L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Ven. 24 mars 2017 - INSEE - En février 2017, les prix des matières premières industrielles accélèrent

Partagez
Noter cette article :

L'Institut national de la statistique et des études économiques a publié les chiffres relatifs au prix du pétrole et des matières premières importées pour le mois de février 2017.

En février 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau modérément (+0,9 % après +0,7 %). Il s'établit à 52,1 € en moyenne par baril, son plus haut niveau depuis juillet 2015. Les prix en euros des autres matières premières importées accélèrent (+3,1 % après +1,3 % en janvier), du fait des matières premières industrielles (+4,8 % après +1,4 %).

En revanche les prix des matières premières alimentaires sont stables (après +1,1 % en janvier).

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 24 mars 2017 - FINMA - Modification de l’annexe 2 de l'ordonnance du 2 octobre 2000 instituant des mesures à l'encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse a publié la modification de l’annexe 2 de l'ordonnance du 2 octobre 2000 instituant des mesures à l'encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban.

L'ordonnance du 02.10.2000 instituant des mesures à l'encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban met en œuvre les mesures de sanctions décidées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (ONU) dans les résolutions 1267 (1999), 1333 (2000), 1390 (2002), 1455 (2003), 1526 (2004), 1617 (2005) et 1735 (2006):

  • Embargo sur le matériel de guerre
  • Interdiction d'entrée en Suisse et de transit par la Suisse
  • Sanctions financières : Gel des avoirs et des ressources économiques. Sont considérés comme ressources économiques les valeurs de quelque nature que ce soit, corporelles ou incorporelles, mobilières ou immobilières, en particulier les immeubles et les biens de luxe, à l’exception des avoirs.

Sont touchées par ces mesures les personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban qui sont mentionnées à l’annexe 2 de l’ordonnance. La liste nominative de l'annexe 2 se base sur les décisions du Comité des sanctions du Conseil de sécurité compétent pour les sanctions contre Al-Qaïda/Taliban. Elle est constamment mise à jour et directement disponible par le lien ci-dessous.

Les personnes et les institutions qui détiennent ou gèrent des avoirs ou qui ont connaissance de ressources économiques dont il faut admettre qu'ils tombent sous le coup de ce gel doit les déclarer sans délai au Secrétariat d'Etat à l'économie SECO.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 24 mars 2017 - OCDE - Le moment est venu pour la Chine d'axer son action sur les risques financiers et sur les réformes structurelles

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié les résultats de sa dernière Étude économique consacrée à la Chine.

À mesure que l'économie chinoise parvient à maturité, avec une croissance plus lente mais plus durable, les pouvoirs publics doivent davantage concentrer leur effort sur l'efficience, la stabilité et l'inclusivité, selon une nouvelle étude de l'OCDE.

D'après la dernière Étude économique de l'OCDE consacrée à la Chine, l'économie chinoise devrait rester l'un des principaux moteurs de la croissance mondiale dans un avenir proche, son PIB par habitant étant bien parti pour augmenter de près de 100 % entre 2010 et 2020. Il est recommandé dans cette Étude de poursuivre les efforts de rééquilibrage de l'économie en faveur de la consommation par rapport à l'investissement, et de s'attaquer à des risques clés tels que le niveau élevé d'endettement des entreprises, les surcapacités industrielles et la flambée des prix des logements.

« Après des décennies d'expansion spectaculaire, le moment est venu d'agir pour rendre la croissance plus résiliente, durable et inclusive et de s'attaquer aux risques pour la stabilité », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE M. Angel Gurría. « L'économie chinoise devrait désormais être moins portée par l'investissement physique et davantage par l'innovation, elle doit se désendetter et, par-dessus tout, devenir plus respectueuse de l'environnement. »

Les risques financiers s'amplifient en raison de l'endettement croissant des entreprises et des surcapacités dans certains secteurs, ainsi que de l'outrance des prix de l'immobilier. L'endettement des entreprises non financières chinoises, stimulé par les garanties implicites de l'État dont bénéficient les entreprises publiques et les entités du secteur public, a atteint 170 % du PIB en 2016, taux le plus élevé des grandes économies. Les deux tiers de cette dette sont le fait des entreprises publiques. Pour s'attaquer aux risques financiers, la Chine devrait supprimer progressivement les garanties implicites dont bénéficient les entreprises publiques et mettre en place des restrictions aux investissements financés par l'emprunt sur les marchés d'actifs.

Les auteurs de l'Étude recommandent en outre à la Chine de poursuivre ses réformes structurelles dans l'optique d'atteindre son objectif de devenir « une société modérément prospère » d'ici à 2020.

Le système de prélèvements et de transferts réduit moins les inégalités que dans d'autres grandes économies. Ainsi, de nombreux ménages à bas revenus payent un pourcentage plus élevé de leur revenu sous forme de cotisations sociales que les ménages plus riches. Les auteurs de l'Étude préconisent de calculer les cotisations sociales sur la base du revenu effectivement perçu, mais aussi d'élargir l'assiette de l'imposition sur le revenu des personnes physiques et d'augmenter la progressivité de l'impôt.

Il existe en outre d'importantes disparités en matière d'accès à une éducation de qualité. Les auteurs de l'Étude recommandent d'accroître les financements publics en faveur des structures d'accueil des jeunes enfants et de favoriser la scolarisation en bas âge des enfants des campagnes. Ils plaident également en faveur d'une augmentation des transferts de l'État et des provinces au titre de l'aide sociale vers les régions les plus déshéritées.

Les auteurs de l'Étude préconisent en outre d'étendre les aides à la recherche‑développement, actuellement trop concentrées sur les secteurs de haute technologie, à un plus grand nombre d'activités afin de stimuler la croissance dans toute l'économie et de préserver une croissance durable. Même si la Chine occupe la première position mondiale s'agissant des dépôts de brevets, la rationalisation de son système d'incitations et la suppression des obstacles réglementaires amplifieraient les effets de l'innovation sur la productivité.

Télécharger le document

Ven. 24 mars 2017 - AFG - LCBFT - Gel des avoirs : Liste unique des gels – mise à jour au 22 mars 2017

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié la "liste unique des gels",  (fichier zippé) contenant tous les gels des avoirs applicables en France, a été mise à jour le 22 mars 2017.

Mise en place par la direction générale du Trésor,  ce tableau ne se substitue pas au Journal officiel qui fait seul foi. Il est de la compréhension de l'administration néanmoins que les personnes qui ont utilisé cette liste, de bonne foi, ne pourraient pas voir leur responsabilité engagée, sauf s'ils avaient connaissance d'une erreur.

Assistance auprès de la Direction du Trésor : sanctions-gel-avoirs@dgtresor.gouv.fr

Jeu. 23 mars 2017 - Project Syndicate - La confiance, enjeu majeur pour l'avenir de l'économie américaine

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Mohamed A. El-Erian, conseiller économique principal chez Allianz, sur le thème de la confiance, enjeu majeur pour l'avenir de l'économie américaine.

Les marchés financiers semblent convaincus que le regain de confiance des entreprises et des consommateurs va bientôt se traduire dans les principaux indicateurs économiques (le taux de croissance du PIB, le niveau d'investissement des entreprises, de la consommation et des salaires).

Pourtant les économistes et les responsables politiques ne sont pas aussi optimistes, car ils prennent en compte des facteurs qui pourraient être lourds de conséquences pour les USA et pour l'économie mondiale...

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 23 mars 2017 - AFG - L'AFG publie sa Charte de gouvernance des SICAV de droit français

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié sa Charte de gouvernance des SICAV de droit français.

L’objectif de cette Charte est de promouvoir certaines bonnes pratiques afin d’améliorer la qualité de la gouvernance des SICAV de droit français, offrant un cadre solide et protecteur des intérêts des investisseurs. Elle transpose aux SICAV, quelle que soit leur structure formelle de direction (conseil d’administration ou directoire et conseil de surveillance), certaines mesures recommandées par l’AFG dans son Guide sur la gouvernance des sociétés de gestion.

Les SICAV qui choisiront de mettre en œuvre et de respecter l’ensemble de ces critères pourront en faire état dans leur documentation.

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 23 mars 2017 - BCE - Lignes directrices à l’intention des banques concernant le traitement des prêts non performants

Partagez
Noter cette article :

La Banque Centrale Européenne a publié la version finale de ses lignes directrices en ce qui concerne les prêts non performants (non-performing loans, NPL). Celles-ci constituent une avancée importante sur la voie du traitement des NPL dans l’ensemble de la zone euro. Ce traitement, qui doit être une priorité des banques, est ainsi encadré par des mesures, des processus et des bonnes pratiques dont les banques doivent s’inspirer. La BCE attend des banques qu’elles respectent pleinement ces lignes directrices conformément à la gravité et à l’ampleur des NPL présents dans leurs portefeuilles.

Les lignes directrices invitent les banques à mettre en œuvre des stratégies à la fois réalistes et ambitieuses visant à élaborer une approche holistique de la question. Des domaines tels que la gouvernance et la gestion des risques sont concernés. À titre d’exemple, les banques doivent s’assurer que les différents responsables sont encouragés à mener des stratégies de réduction des NPL et les organes de direction en garantir un encadrement rigoureux.

Se gardant de définir des objectifs quantitatifs en la matière, la BCE demande aux banques de concevoir une stratégie pouvant comprendre un ensemble d’options, telles que la résolution, le recouvrement et les cessions de portefeuilles de NPL.

Les lignes directrices feront désormais partie intégrante du dialogue prudentiel entretenu au quotidien avec les banques. La BCE appliquera le principe de proportionnalité et interviendra plus ou moins étroitement en fonction de l’ampleur et de la gravité des NPL détenus par les banques. Les autorités de surveillance ont déjà commencé à collaborer avec les banques présentant des encours élevés de NPL. À présent que la version finale des lignes directrices est publiée, elles vont poursuivre dans cette voie, notamment en adressant prochainement, dans le cadre de leurs activités de surveillance régulières, des courriers aux banques à niveaux élevés de NPL. Ces lettres « NPL » feront mention d’éléments qualitatifs et viseront à garantir que la gestion et la réduction de ces prêts par les banques sont en phase avec les attentes prudentielles.

À la fin du troisième trimestre 2016, les établissements importants de la zone euro totalisaient 921 milliards d’euros de NPL. Des niveaux élevés de ces prêts entravent la capacité des banques à octroyer des crédits à l’économie et font perdre un temps précieux à leurs dirigeants. Il convient par conséquent de mener une action volontaire et déterminée en la matière, même si la BCE admet que réduire les niveaux élevés de NPL prendra du temps. La BCE exhorte également les gouvernements à agir résolument et à adapter leurs cadres juridiques et judiciaires afin de faciliter la tâche des banques dans ce domaine.

La publication des lignes directrices fait suite à un processus de consultation qui a eu lieu entre septembre et novembre 2016. Un compte rendu des commentaires reçus est publié sur le site Internet de la BCE. Il indique les cas où la version finale des lignes directrices a été modifiée par rapport au projet correspondant.

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 23 mars 2017 - OCDE - Les pouvoirs publics doivent adopter un agenda propice à la croissance pour garantir une reprise économique plus vigoureuse

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié les résultats de son rapport Objectif croissance selon lequel les gouvernements doivent mettre en œuvre des trains de mesures permettant de tirer profit des synergies entre les réformes des marchés du travail, des marchés de produits et des marchés de capitaux pour échapper au piège de la croissance molle et garantir que les gains obtenus seront largement partagés entre le plus grand nombre de citoyens.

Le rapport Objectif croissance contient une évaluation détaillée des réformes de l’action publique qu’il est possible de combiner pour doper la croissance à long terme, améliorer la compétitivité et la productivité, créer des emplois et garantir une économie plus inclusive.

L’édition 2017 d’Objectif croissance montre que les responsables de l’action publique ont accordé une attention plus grande aux réformes visant à stimuler l’emploi, en particulier aux mesures destinées à aider les femmes, les jeunes et les travailleurs peu qualifiés à entrer sur le marché du travail et à y réussir, et ces mesures ont déjà produit des résultats. En revanche, le ralentissement inquiétant des réformes ayant une influence sur la productivité du travail, par exemple celles qui concernent l’innovation ou la politique de l’innovation, se révèle particulièrement préoccupant dans le contexte de l’érosion persistante des gains de productivité, qui sont essentiels à la progression des salaires et des niveaux de vie.

Points clés du document :

  • Un ralentissement a été observé dans des pays qui s’étaient montrés des réformateurs particulièrement actifs au cours des deux années précédentes, comme le Mexique, la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne ou encore la Pologne, mais aussi dans plusieurs autres où, sur la même période, le rythme des réformes n’avait pas été aussi soutenu (Australie, Indonésie et Slovénie par exemple).
  • L’intensité des réformes s’est en revanche accrue de manière sensible dans certains pays qui ne figuraient pas au nombre des réformateurs les plus énergiques au cours des deux années précédentes, tels que la Belgique, le Chili, la Colombie, Israël, l’Italie et la Suède mais aussi l’Autriche, le Brésil et la France.
  • Le ralentissement du rythme des réformes est principalement attribuable au recul des réformes dans des domaines en lien avec la productivité. Étant donné l’importance des gains de productivité pour les niveaux de vie à long terme, le rapport de cette année met davantage l’accent sur les priorités de réforme dans les domaines de l’éducation, la concurrence sur les marchés de produits et l’investissement public.
  • Les pays ont été nombreux à tenir compte des recommandations formulées par l’OCDE préconisant de stimuler la création d’emplois en réduisant les coins fiscaux sur le travail pour les travailleurs faiblement rémunérés. Ainsi, l’aide individualisée à la recherche d’emploi et les subventions salariales ont été développées pour faciliter le retour à l’emploi des chômeurs de longue durée. De la même façon, les réformes visant à abaisser les obstacles au travail des femmes, y compris par un accès plus large aux structures d’accueil de jeunes enfants et d’éducation préscolaire, sont en augmentation. Dans ces deux domaines, les réformes propices à la croissance permettent aussi de favoriser l’inclusivité.

Accéder à la page du rapport

Mer. 22 mars 2017 - FINMA - Modification de l’annexe 2 de l'ordonnance du 2 octobre 2000 instituant des mesures à l'encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse a publié la modification de l’annexe 2 de l'ordonnance du 2 octobre 2000 instituant des mesures à l'encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban.

L'ordonnance du 02.10.2000 instituant des mesures à l'encontre de personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban met en œuvre les mesures de sanctions décidées par le Conseil de Sécurité des Nations Unies (ONU) dans les résolutions 1267 (1999), 1333 (2000), 1390 (2002), 1455 (2003), 1526 (2004), 1617 (2005) et 1735 (2006):

  • Embargo sur le matériel de guerre
  • Interdiction d'entrée en Suisse et de transit par la Suisse
  • Sanctions financières : Gel des avoirs et des ressources économiques. Sont considérés comme ressources économiques les valeurs de quelque nature que ce soit, corporelles ou incorporelles, mobilières ou immobilières, en particulier les immeubles et les biens de luxe, à l’exception des avoirs.

Sont touchées par ces mesures les personnes et entités liées à Oussama ben Laden, au groupe « Al-Qaïda » ou aux Taliban qui sont mentionnées à l’annexe 2 de l’ordonnance. La liste nominative de l'annexe 2 se base sur les décisions du Comité des sanctions du Conseil de sécurité compétent pour les sanctions contre Al-Qaïda/Taliban.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 22 mars 2017 - Bank of England - La Banque d'Angleterre maintient ses taux directeurs inchangés à 0,25%

Partagez
Noter cette article :

La Banque d'Angleterre a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce qu'elle a, comme prévu, maintenu son principal taux directeur à 0,25% à l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire (MPC).

Le taux « repo » est à son plus bas niveau depuis la création de l’institution en 1694. La BoE confirme par ailleurs le montant de ses achats d’actifs à 435 milliards de livres pour les obligations d’Etat, et à 10 milliards celui destiné aux obligations d’entreprises.

La BoE avait abaissé son taux repo d’un demi-point à 0,25% le 4 août dernier. Avant cela, il avait été réduit d’également un demi-point le 5 mars 2009. Enfin, il avait été abaissé de 5% à 1% entre octobre 2008 et février 2009.

Toutefois, pour Kristin Forbes, les données prises en compte pour établir la politique monétaire «ont évolué de façon à justifier une hausse immédiate du taux directeur». Elle a cité en particulier l'accélération rapide de l'inflation d'une part et d'autre part le fait que «la faiblesse de l'activité attendue depuis le référendum (qui a vu les Britanniques voter en juin pour une sortie de l'Union européenne, NDLR) ne s'était pas concrétisée».

Pour elle, «il y a moins de raisons de tolérer une inflation au-dessus de sa cible pendant une période prolongée, même si la politique monétaire doit rester agile».

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :