L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Ven. 23 janv. 2015 - BCE - La BCE annonce une modification du taux d’intérêt applicable aux futures opérations de refinancement à plus long terme ciblées

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce une modification du taux d’intérêt applicable aux futures opérations de refinancement à plus long terme ciblées.

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) a décidé ce jour que le taux d’intérêt applicable aux six opérations de refinancement à plus long terme ciblées (TLTRO) restantes serait égal au taux des opérations principales de refinancement de l’Eurosystème en vigueur au moment de la réalisation de chaque TLTRO.

Par cette décision, le spread de 10 points de base au-dessus du taux des opérations principales de refinancement appliqué lors des deux premières TLTRO est éliminé pour les TLTRO qui seront effectuées entre mars 2015 et juin 2016. Cette décision favorise l’efficacité de ces opérations en reflétant la réduction des primes de terme sur les instruments de financement de marché pour les banques, qui a été observée depuis l’annonce des TLTRO le 5 juin 2014.

La décision prise ce jour confirme l’intention du Conseil des gouverneurs de favoriser l’efficacité des TLTRO comme instruments essentiels de soutien de l’activité de prêt au secteur privé non financier, améliorant ainsi la transmission de la politique monétaire et renforçant l’orientation accommodante de la politique monétaire.

Ce changement sera mis en œuvre par une modification de la décision de la BCE du 29 juillet 2014 concernant les mesures relatives aux opérations de refinancement à plus long terme ciblées (BCE/2014/34), qui sera publiée avant la prochaine TLTRO de mars 2015.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 23 janv. 2015 - BCE - Statistiques relatives aux fonds d'investissement de la zone euro - Novembre 2014

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les statistiques relatives aux fonds d'investissement de la zone euro pour le mois de novembre 2014.

En novembre 2014, l’encours de parts émises par les fonds d’investissement non monétaires de la zone euro était supérieur de 127 milliards d’euros à celui enregistré en octobre 2014, évolution qui s’explique essentiellement par des augmentations de la valeur des parts.

L’encours de parts émises par les fonds d’investissement non monétaires de la zone euro est ressorti en hausse à 8 366 milliards d’euros en novembre 2014, contre 8 238 milliards en octobre 2014. Sur la même période, l’encours de parts émises par les fonds d’investissement monétaires de la zone euro a diminué, revenant de 943 milliards d’euros à 935 milliards.

Les souscriptions nettes1 de parts de fonds d’investissement non monétaires de la zone euro sont ressorties à 26 milliards d’euros en novembre 2014, tandis que les fonds d’investissement monétaires ont enregistré des rachats à hauteur de 6 milliards.

Le taux de croissance annuel des émissions de parts de fonds d’investissement non monétaires de la zone euro, calculé sur la base des transactions, s’est inscrit à 8,8 % en novembre 2014. S’agissant des fonds d’investissement monétaires, ce taux est ressorti à 1,4 %. 

Émissions de parts de fonds d’investissement
(montants en milliards d’euros et taux de croissance annuels ; données brutes ; encours en fin de période, souscriptions nettes/rachats nets au cours de la période)

 

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 23 janv. 2015 - OFCE - Le déficit commercial français est-il entièrement structurel ?

Partagez
Noter cette article :

L'OFCE, le centre de recherche en économie de Sciences-Po, a publié l'article d'Eric Heyer sur sur le thème du déficit commercial français.

Au cœur du débat qui oppose les tenants d’une insuffisance de l’offre à ceux d’une insuffisance de la demande pour expliquer le faible niveau d’activité en France depuis 4 ans, la question de la nature du déficit commercial français est centrale.

D’un côté, l’économie française connaît un grand nombre de symptômes caractéristiques d’une économie en situation d’insuffisance de demande : une forte désinflation, un chômage élevé, des entreprises déclarant de fortes capacités de production inutilisées principalement du fait d’une demande insuffisante, … Mais, d’un autre côté, l’existence d’un déficit persistant de la balance commerciale (graphique 1) jette un doute sur la compétitivité des entreprises françaises et sur leur capacité à satisfaire un supplément de demande, ce qui traduirait alors un problème d’offre.

Ainsi, après plus de dix années d’excédents commerciaux qui ont représenté jusqu’à plus de 2 points du PIB en 1997, la balance commerciale française est devenue déficitaire en 2005. Le déficit, qui s’est creusé graduellement jusqu’en 2010 pour atteindre près de 2 points de PIB, se résorbe depuis. En 2013 (dernier chiffre disponible), le déficit commercial s’établissait encore à 1 point de PIB.

Consulter l'article

Lien de secours

Ven. 23 janv. 2015 - Eurostat - Taux d'investissement des entreprises quasiment stable à 21,7% dans la zone euro

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au taux d'investissement des entreprises dans la zone euro pour le troisième trimestre 2014.

Au troisième trimestre 2014, le taux d'investissement des entreprises s’est établi à 21,7% dans la zone euro, contre 21,6% au deuxième trimestre 2014.

La part des profits des entreprises a quant à elle été de 38,8% au troisième trimestre 2014 dans la zone euro, contre 38,9% au trimestre précédent.

Taux d’investissement et part des profits des sociétés non-financières
(corrigés des variations saisonnières)

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mots-clés : Eurostat, Zone Euro

Ven. 23 janv. 2015 - Project Syndicate - Le sens de la fin de l'accord Euro-Franc suisse

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié un article de Markus Brunnermeier, professeur d'économie et directeur du Centre Bendheim des finances à l'Université de Princeton, et d'Harold James, professeur d'histoire et d'affaires internationales à l'Université de Princeton et  senior fellow au Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale, sur le thème du choc suisse.

Depuis l’éruption de la crise de la dette souveraine européenne en 2009, chacun se demande ce qu’il adviendrait si un pays quittait la zone euro. Dans un premier temps, le débat s’est concentré sur les pays en crise – la Grèce, ou même le Portugal, l’Espagne, ou l’Italie, avant de se tourner de manière plus hypothétique vers les pays fortement excédentaires comme la Finlande ou l’Allemagne.

Au gré de ces débats s’est dessiné un consensus sur le fait que la sortie de la zone euro d’un pays pourrait – comme la chute de Lehman Brothers en 2008 – déclencher un marasme plus profond encore. La Suisse met en évidence certains risques potentiels qui pourraient être soulevés par la sortie de la zone euro d’un pays excédentaire.

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 22 janv. 2015 - BdF - Hausse des placements des sociétés d’assurance au T4 2014

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres des placements des assurances pour le 4e trimestre 2014.

Hausse des placements des sociétés d’assurance

Assurance vie et mixte : l’encours des placements financiers s’établit à 1 877 milliards d’euros à fin septembre 2014 en augmentation de 35,2 milliards par rapport à fin juin. Cette progression résulte principalement de la revalorisation des actifs (23,8 milliards, après 33,1 milliards au 2ème trimestre) en raison de la baisse des taux de marché. Les souscriptions nettes de titres d’OPC non monétaires (+6,2 milliards) constituent la plus grosse partie des flux nets de placement.

Assurance non-vie : l’encours des placements financiers s’élève à 205 milliards d’euros à fin septembre 2014, en hausse de 5,5 milliards par rapport à juin. Contribuent notamment à cet accroissement les effets de valorisation sur les titres obligataires et les actions cotées ainsi que les souscriptions de titres d’OPC.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Jeu. 22 janv. 2015 - OCDE - Le taux d’emploi de l’OCDE en hausse à 65.7% au troisième trimestre 2014

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille la situation de l'emploi dans la zone OCDE au troisième trimestre 2014.

 Le taux d’emploi de la zone OCDE – défini comme la part des personnes en âge de travailler ayant un emploi – était en hausse de 0.1 point de pourcentage à 65.7% au troisième trimestre 2014. Le taux d’emploi de la zone OCDE était de 0.5 point de pourcentage plus élevé qu’un an auparavant, mais restait néanmoins inférieur de 0.8 point de pourcentage au niveau observé au deuxième trimestre 2008.

Au troisième trimestre 2014, le taux d’emploi était en hausse de 0.1 point de pourcentage dans la zone euro (à 64.0%), la quatrième hausse consécutive, les plus fortes hausses étant observées au Portugal (hausse de 0.6 point de pourcentage à 63.0%), en Grèce (hausse de 0.5 point de pourcentage à 49.7%), en Irlande (hausse de 0.5 point de pourcentage à 61.9%), en République slovaque (hausse de 0.3 point de pourcentage à 61.0%), en Allemagne (hausse de 0.3 points de pourcentage à 74.0%) et aux Pays-Bas (hausse de 0.3 points de pourcentage à 73.9%).

Le taux d’emploi était également en hausse au Japon (de 0.2 point de pourcentage à 72.8%, la dixième hausse consécutive), au Royaume-Uni (de 0.1 point de pourcentage à 72.0%, la sixième hausse consécutive), aux États-Unis (de 0.1 point de pourcentage à 68.2%, son niveau le plus élevé depuis le premier trimestre 2009) et au Canada (de 0.1 point de pourcentage à 72.3%, après deux trimestres de baisse).

Comparé au deuxième trimestre 2014, le taux d’emploi de la zone OCDE pour les jeunes (15-24 ans) était stable au troisième trimestre 2014 (à 39,7%, après trois trimestres de hausse), tandis que le taux d’emploi de la zone OCDE était en hausse pour les travailleurs de 25 à 54 ans (de 0.1 point de pourcentage à 76.0%) et pour les travailleurs de 55 à 64 ans (de 0.2 point de pourcentage à 57.5%). Le taux d’emploi de la zone OCDE pour les hommes était en plus forte hausse (de 0.2 point de pourcentage à 73.7%) que celui pour les femmes (en hausse de 0.1 point de pourcentage à 57.9%).

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Jeu. 22 janv. 2015 - Project Syndicate - Se préparer aux aléas inconnus

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié un article de Lucy P. Marcus, fondatrice et PDG de Marcus Venture Consulting, Ltd., professeur de leadership et de gouvernance à l'IE Business School, et directrice du conseil d'administration non exécutif de Atlantia SpA, sur le thème de la préparatiob aux aléas inconnus.

Nous vivons une époque pleine de dangers. Dès que nous sommes sur le point de retrouver nos repères, un événement ou un autre pour nous ébranler à nouveau. Les actes et les événements sont souvent étroitement liés et ce qui arrive sur un plan – frappant des personnes, des États, des secteurs économiques et des sociétés de toute taille – peut avoir des répercussions sur d’autres.

Les récents attentats terroristes à Paris en sont un exemple, touchant non seulement les familles et les amis des victimes, mais aussi la France tout entière. Les répercussions se font sentir dans le monde entier et elles continueront de le faire – bien au-delà des frontières de l’Europe – dans des domaines comme la politique publique, la scène électorale, la liberté de presse et bien d’autres.

Les attentats sont arrivés au moment où les gens ont coutume de chercher un sens à l’année qui vient – pour prévoir les risques qui nous attendent, les occasions à saisir et les défis à relever. Mais qu’en est-il des risques à long terme ? Des événements comme les attentats de Paris montrent à quel point il est difficile de les prévoir ? Ou bien les attentats ont-ils exposé précisément le type de risque que les projections à long terme devraient avoir décelé ?

Le Forum économique mondial vient de publier son rapport des « Risques mondiaux 2015 » qui tente de prédire et jauger les plus grands dangers auxquels le monde est confronté au cours des derniers dix ans. L’accent du FEM est mis en plein sur le plan macro. Par exemple, « la plus grande menace envers la stabilité du monde dans la prochaine décennie provient du risque de conflit international ». Et la menace de guerre est succédée par une pléthore de risques et tendances sociales, environnementaux, géopolitiques, technologiques et économiques.

Mais tous ces risques se feront sentir sur un plan organisationnel et ultimement, individuel. C’est pourquoi nous passons tout ce temps en salle de conférence ou autour de la table de cuisine à tenter de les atténuer. Et pourtant, nous savons également que le rythme du changement est plus rapide que jamais et que les États, les entreprises et les ménages ont de plus en plus de difficultés à suivre la cadence. Sous tous ces efforts de détection, de quantification et de réduction des risques réside la vérité indéniable et intemporelle que la seule chose d’immuable est le changement...

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 22 janv. 2015 - FINMA - Publication de faillite : MCC Mac Cojy Commodities GmbH

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce avoir prononcé l'ouverture de la faillite de la société "MCC Mac Cojy Commodities GmbH".

La FINRA rappelle que les créanciers et les personnes qui ont des revendications à faire valoir sur des biens détenus par la débitrice sont priés de produire leurs créances ou revendications en mains du liquidateur de la faillite, dans le délai imparti, en y joignant les moyens de preuve y relatifs.

Les débiteurs de la faillie ainsi que les personnes qui détiennent des biens de la banque à titre de gage ou à quelque titre que ce soit ont l'obligation de les annoncer au liquidateur de la faillite dans le délai de production précité et de les mettre à disposition. Tout droit de préférence s'éteint si l'annonce ou la mise à disposition est omise de façon injustifiée.

La faillite sera effective au 21 février 2015.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Jeu. 22 janv. 2015 - FMI - Lutte contre le chômage dans le monde : trop tôt pour crier victoire

Partagez
Noter cette article :

Le Fonds Monétaire Internationnal a publié l'article de Prakash Loungani sur le thème de la lutte contre le chômage dans le monde.

Sept ans après le début de la grande récession, le taux de chômage dans le monde est retombé au niveau où il se situait avant la crise: 5,6 % en 2014, soit pratiquement identique à 2007, l’année avant la récession.

Si cette baisse est une bonne nouvelle, il est trop tôt pour dire «mission accomplie». Dans les pays membres de l’Organisation de coopération et développement économique (OCDE), le taux de chômage moyen demeure nettement supérieur à ce qu’il était avant la récession, à la grande différence de celui des pays non membres.

En outre, un nouvel indicateur, l’indicateur de l’emploi dans le monde révèle que la croissance de l’emploi dans le monde reste terne, à environ 1,5 % par an, taux nettement plus faible que les taux annuels de 2 à 2½ %, courants avant la crise.

Cet indicateur part d’estimations trimestrielles des niveaux d’emploi dans 64 grands pays et les fusionne ensuite pour obtenir un total mondial. Les pays concernés représentent près de 95 % du PIB mondial et 80 % de la population active mondiale. Dans les pays qui n’ont pas de données trimestrielles disponibles, le niveau d’emploi est calculé à partir d’estimations des liens historiques entre emploi et croissance...

Consulter l'article

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :