L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Jeu. 08 déc. 2016 - ABE - L’Autorité des marchés financiers met à jour la liste noire des sites non autorisés à proposer des options binaires

Partagez
Noter cette article :

Assurance Banque Epargne Info Service a publié un communiqué dans lequel il annonce la mise à jour de la liste des sites non autorisés à proposer du Forex.

L’AMF publie régulièrement la liste des sites Internet et entités proposant en France, sans y être autorisés, des investissements sur le marché des changes (Forex) ou via des options binaires.

Attention, cette liste peut ne pas être complète car de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement. Lien vers la mise à jour du 28 novembre 2016.

Liste noire des sites non autorisés à proposer des options binaires au 28 novembre 2016 :

  • www.01binarygroup.com
  • www.01broker.com
  • www.4investcapital.com
  • www.4xp.com
  • www.24hcapital.com
  • www.50option.com
  • www.77options.com
  • www.2251ws.com
  • www.abbeystockbroker.com
  • www.abcbinaire.com
  • www.abroption.com
  • www.activebanque.com
  • www.agfmarkets.com
  • www.ajbrowdercapital.com
  • www.allianz-brokers.com
  • www.alternative-markets.com
  • www.angels-investors.com
  • www.astonmarkets.com
  • www.attractivetrade.com
  • www.b4trade.com
  • www.bancdemonaco.com
  • www.banco-binario.com
  • www.bankandbinary.com
  • www.bankandcapital.com
  • www.bankandtrader.com
  • www.bankingbinary.com
  • www.bank-invests.com
  • www.bankofbinary.com
  • www.bankofinvest.com
  • www.bankofmarket.com
  • www.bank-partners.com
  • www.banks-capitals.com
  • www.bankxp.com
  • www.banqofbroker.com
  • www.banqueinvest.com
  • www.banque-investissement.com
  • www.banqueoption.com
  • www.barclaysbroker.com
  • www.barclaystraders.com
  • www.bclbrokers.com
  • www.beipartners.com
  • www.bestepargne.com
  • www.betonspot.com
  • www.bfbmarket.com
  • www.bfm-capitals.com
  • www.bfmmarkets.com
  • www.bfmvip.com
  • www.bforbinary.com
  • www.bforbroker.com
  • www.bforoption.com
  • www.bfxoption.com
  • www.bhmmarket.com
  • www.bigoption.com
  • www.binairedirect.com
  • www.binamax.com
  • www.binareo.com
  • www.binarinvest.com
  • www.binaritrading.com
  • www.binaryfxmarket.com
  • www.binary-limited.com
  • www.binarush.com
  • www.binarylowcost.com
  • www.binarymarkets.com
  • www.binarynvest.com
  • www.binarystockmarket.com
  • www.binarywallstreet.com
  • www.binoa.com
  • www.bitransax.com
  • www.bloombex-options.com
  • www.blue-options.com
  • www.bnrmarkets.com
  • www.bo-bank.com
  • www.bocapital.com
  • www.bo-markets.com
  • www.bosscapital.com
  • www.bossoptions.com
  • www.boursoclick.com
  • www.boursofx.com
  • www.boursoland.com
  • www.boursolev.com
  • www.boursomarket.com
  • www.boursoratrade.com
  • www.boursotrad.com
  • www.bp-direct.com
  • www.brevan-invest.com
  • www.brokercapitalinvest.com
  • www.brokerinternationalbank.com
  • www.brokerofgeneve.net
  • www.brokersoptions-markets.com
  • www.brookfield99.com
  • www.brooks-partners.com
  • www.bse-capital.com
  • www.bvamarket.com
  • www.byrix.com
  • www.callwinfx.com
  • www.camfinances.com
  • www.capitalbankltd.com
  • www.capitalcourtage.com
  • www.capital-epargne.com
  • www.carmigestion.com
  • www.ccftrading.com
  • www.cedarfinance.com
  • www.centralebankeurope.com
  • www.cfebourse.com
  • www.chs-fnds.com
  • www.cititrader.com
  • www.citmarkets.com
  • www.citrades.com
  • www.cityofbinary.com
  • www.club-epargne.com
  • www.cobtrading.com
  • www.collinsgestion.com
  • www.colonus-hedging.com
  • www.comexpartners.com
  • www.connecting-trade.com
  • www.ct-broker.com
  • www.ctoption.com
  • www.daily-option.com
  • www.dealinpro.com
  • www.digitoption.com
  • www.directepargne.com
  • www.easyxp.com
  • www.ebinaires.biz
  • www.eiffelinvest.com
  • www.empireoption.com
  • www.epargnefacile.com
  • www.etrade-securities.com
  • www.excellencebroker.com
  • www.excitingmarkets.com
  • www.f-generalsecurities.com
  • www.fb-one.com
  • www.fboption.com
  • www.finances-capital.com
  • www.financialbinary.com
  • www.financial-broker.com
  • www.finpari.com
  • www.firstclassbinary.finance
  • www.fmtrader.com
  • www.fortunebanque.com
  • www.fournisseursopportunitesboursieres.com
  • www.frxbanque.com
  • www.futurmarket.com
  • www.fxbfinances.com
  • www.fxobank.com
  • www.generalbank-invest.com
  • www.general-broker.com
  • www.generaldebank.com
  • www.generaloptions.co
  • www.genevabroker.com
  • www.geoption.com
  • www.gfboptions.com
  • www.gfmtrader.com
  • www.gftrades.com
  • www.globaltrader365.net
  • www.gmtprivatebroker.com
  • www.gointrading.com
  • www.golden-bank.com
  • www.goldwinmarket.com
  • www.good-option.com
  • www.goptions.com
  • www.groupebinary.com
  • www.gtimarkets.com
  • www.gtoptions.com
  • www.haussmancapital.com
  • www.highbroker.com
  • www.iam-broker.com
  • www.ibank-capital.com
  • www.ibl-markets.com
  • www.icbc-invest.com
  • www.idmarkets.com
  • www.igfmarket.com
  • www.igm-financial.com
  • www.igm-markets.com
  • www.ikkotrader.com*
  • www.infinity-bank.com
  • www.ingbroker.com
  • www.inglobalmarkets.com
  • www.inglobaltrade.com
  • www.insta-trading.com
  • www.intercomarkets.com
  • www.intercontinentalmarkets.com
  • www.invest-binary.com
  • www.investmentswiss.com
  • www.invest-option.com
  • www.ioptioneu.com
  • www.ksftrader.com
  • www.laplateformedubinaire.com
  • www.leadercapitalpartners.com
  • www.leaderoption.com
  • www.legendoptions.net
  • www.libertybinary.com
  • www.limited-binary.com
  • www.livetrader.eu
  • www.livretplus.com
  • www.lo-bank.com
  • www.londonbrokersoptions.com
  • www.loyalbinary.com
  • www.luxeinvesting.com
  • www.managementinvest.com
  • www.markets-capital.com
  • www.markets-central-investment.com
  • www.markets-investment.com
  • www.mhoptions.com
  • www.microption.com
  • www.miller-options.com
  • www.monatrade.com
  • www.mondialbank.com
  • www.mutual-broker.com
  • www.mybrokercorp.com
  • www.myselftrade.com
  • www.mytradeoption.com
  • www.newton-invest.com
  • www.nextbinary.com
  • www.ng-bank.com
  • www.nowoption.com
  • www.nrgbinary.co
  • www.obinarycorporation.com
  • www.obmarkets.com
  • www.okboptions.com
  • www.onetradeoption.com
  • www.onetwotrade.com
  • www.optimarkets.com
  • www.option-bank.com
  • www.optionbanking.com
  • www.option-capitalmarket.com
  • www.optionderivative.com
  • www.option-direct.com
  • www.optionet.com
  • www.optionprim.com
  • www.option-pros.com
  • www.optionrama.com
  • www.options-forex.com
  • www.optionside.com
  • www.optionsmarter.com
  • www.optionsxo.com
  • www.option-world.com
  • www.phenixoption.com
  • www.planetoption.net
  • www.prestigebanq.com
  • www.privat-epargne.com
  • www.privatbankinvest.com
  • www.priva-trade.com
  • www.privilege-market.com
  • www.pro-binary.com
  • www.profinalys.com
  • www.proinvest.trade
  • www.rbsbourse.com
  • www.redforoption.com
  • www.royaldebank.com
  • www.sc-options.com
  • www.scottoption.com
  • www.silverbinary.com
  • www.solution-capital.com
  • www.solution-invest.com
  • www.startoptions.com
  • www.sterlingsfx.com
  • www.stock-binary.com
  • www.strongoptions.com
  • www.success-bank.com
  • www.success-broker.com
  • www.superoptions.com
  • www.supremebinary.com
  • www.swiss-banque.com
  • www.swiss-capitalinvest.com
  • www.swisspartners-ag.com
  • www.switzerland-capital.com
  • www.technopers.com
  • www.timebinary.com
  • www.titantrade.com
  • www.tmarkets.com
  • www.total-options.com
  • www.tradarea.com
  • www.trade-call.com
  • www.tradecapital.net
  • www.tradeofbinary.com
  • www.tradeofbroker.com
  • www.tradequicker.com
  • www.tradereasy.com
  • www.trader-invest.com
  • www.tradersking.com
  • www.tradersleader.com
  • www.traderush.com
  • www.traderxp.com
  • www.tradignition.com
  • www.trading-markets-capital.com
  • www.tradobourse.com
  • www.triumphoption.com
  • www.tx-markets.com
  • www.ubinary.com
  • www.udbroker.com
  • www.universalbourse.com
  • www.vipbinary.com
  • www.winn-trade.com
  • www.winntrade.net
  • www.winobin.com
  • www.worldbmarkets.com
  • www.world-of-binary.com
  • www.world-tradeinvests.com
  • www.worldtradeoption.com
  • www.xfroptions.com
  • www.xpertmarket.com
  • www.xpmarkets.com
  • www.zebrainvest.com
  • www.zeoption.com
  • www.zoomoption.com

Jeu. 08 déc. 2016 - Project Syndicate - Empêcher dès maintenant une nouvelle crise de l’euro

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Jean Pisani-Ferry, professeur à la Hertie School of Governance de Berlin et actuellement commissaire général de France Stratégie, une institution de conseil politique à Paris, sur le spectre d'une nouvelle crise de l’euro.

Depuis qu’en 2012 Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, s’est engagé à « tout faire pour préserver l’euro », les dirigeants européens n’on prêté qu’une attention distraite à l’avenir de la zone euro. Pendant plus de quatre ans, ils ont sous-traité la stabilité et l’intégrité de la monnaie unique aux banquiers centraux.

Mais si la BCE a habilement rempli sa mission, cet arrangement confortable touche à sa fin. Aucune banque centrale ne peut en effet trancher des dilemmes politiques et constitutionnels. Les chefs d’État et de gouvernement européens feraient donc bien de remettre l’ouvrage sur le métier et de réfléchir à l’avenir de la zone euro plutôt que de laisser les circonstances décider pour eux...

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 08 déc. 2016 - BdF - Les crédits à l’habitat accélèrent encore

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs aux crédits aux particuliers pour le mois d'octobre 2016.

Le taux de croissance annuel des crédits à l’habitat augmente en octobre (+ 3,9 %, après + 3,7 % en septembre), en raison notamment des taux d’emprunt attractifs. Le taux d’intérêt des nouveaux crédits à l’habitat à long terme à taux fixe diminue de nouveau (1,60 % en octobre, après 1,68 %). La production de crédits nouveaux à l’habitat (24 milliards d’euros en octobre, après 23,5 milliards d’euros en septembre, en données cvs), est toujours soutenue par les renégociations qui représentent plus de la moitié de ces nouveaux prêts (54 % au mois d’octobre).

Le taux de croissance annuel des crédits à la consommation poursuit son léger ralentissement (+ 4,1 % en octobre, après + 4,4 % en septembre et + 5,6 % en août).

Au total, le taux de croissance annuel des crédits aux particuliers est quasiment stable (+ 4,0 % en octobre, après + 3,9 %).

Encours et taux de croissance annuel

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 08 déc. 2016 - FINMA - Modification des annexes 1 et 6 de l'ordonnance du 25 octobre 2006 instituant des mesures à l'encontre de la République populaire démocratique de Corée

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse a publié la modification des annexes 1 et 6 de l'ordonnance du 25 octobre 2006 instituant des mesures à l'encontre de la République populaire démocratique de Corée.

Le 25 octobre 2006, le Conseil fédéral a arrêté des mesures de coercition à l’encontre de la République populaire démocratique de Corée et adopté une ordonnance à cet effet. La Suisse applique ainsi les résolutions 1718 (2006), 1874 (2009), 2087 (2013), 2094 (2013) et 2270 (2016) du Conseil de sécurité de l’ONU.

L'ordonnance prévoit les mesures suivantes à l'encontre de la Corée du Nord :

Sanctions concernant les biens

  • La fourniture, la vente et le transit de biens d'équipement militaires de toute sorte, de biens, y compris de logiciels et de technologies (annexe 2), de biens pouvant être utilisés dans le domaine des programmes touchant aux armes de destruction massive et des systèmes vecteurs ainsi que de biens pouvant renforcer les capacités opérationnelles des forces armées de la Corée du Nord sont interdits (art. 5, al. 1).
  • L'acquisition, l'achat, l’importation, le transit et le transport des biens cités en provenance de la Corée du Nord sont également interdits (art. 5, al. 2).
  • Les dispositions de la législation suisse en matière de matériel de guerre et de contrôle des biens sont réservées (art. 5, al. 4).
  • La vente, la fourniture, l’exportation et le transit de carburants pour l’aviation cités dans l’annexe 3 à destination de la Corée du Nord sont interdits (art. 6, al. 1).
  • L’acquisition, l’achat, l’importation, le transit et le transport de certaines matières premières citées dans l’annexe 4 en provenance de la Corée du Nord sont interdits (art. 7, al. 1).
  • La vente, la fourniture, l’exportation et le transit d'articles de luxe cités dans l'annexe 5 à destination de la Corée du Nord sont interdits (art. 8).
  • Les importations, exportations et transits en provenance et à destination de la Corée du Nord sont contrôlées par l’Administration fédérale des douanes, afin d’exclure toute violation des dispositions de l’ordonnance (art. 17, al. 1).
  • Les exportations et transits à destination de la Corée du Nord doivent être déclarés au SECO au moins cinq jours à l’avance. Les biens peuvent être saisis ou confisqués (art. 17, al. 2).

Prestations de formation

  • Il est interdit aux ressortissants de la Corée du Nord de suivre certaines filières de formation, par exemple dans les domaines de la physique avancée, de la simulation informatique avancée ou de l’ingénierie nucléaire. L’interdiction de s’applique pas aux études débouchant sur un titre de bachelor (art. 3).
  • Les formations militaires, paramilitaires et de police ne sont pas ouvertes aux formateurs, conseillers ou autres membres des autorités de la Corée du Nord (art. 4).

Sanctions dans le domaine financier

  • La fourniture et l'obtention de services de toute sorte, y compris des services financiers, les services de courtage, la formation et les conseils techniques, ainsi que la mise à disposition et la réception d’avoirs liés à la livraison, à la vente, au transit, à l’acquisition, à la fabrication, à l'entretien ou à l'utilisation des biens cités à l'art. 5, al. 1, sont interdits (art. 5, al. 3).
  • Les avoirs et ressources économiques appartenant à ou sous contrôle (1) des personnes physiques, entreprises et entités citées dans l'annexe 1, (2) des personnes physiques, entreprises et entités qui agissent au nom ou selon les instructions des personnes, entreprises et entités citées dans l'annexe 1, et (3) des entreprises et entités appartenant à ou sous contrôle de toutes les personnes, entreprises et entités citées sous (1) et (2) sont gelés (art. 9, al. 1).
  • Les avoirs et ressources économiques, y compris les navires visés à l’annexe 6, qui présentent un lien avec le programme nucléaire ou le programme de missiles balistiques de la Corée du Nord, ou avec d'autres activités interdites en vertu de la présente ordonnance sont gelés. Cela vaut également pour les avoirs et ressources économiques appartenant à ou sous contrôle du gouvernement ou du Parti des travailleurs. L’interdiction de s’applique pas aux avoirs et ressources économiques nécessaires pour mener à bien les activités des missions diplomatiques (art. 9, al. 2).
  • Il est interdit de fournir des avoirs aux destinataires des sanctions ou de mettre à leur disposition, directement ou indirectement, des avoirs ou des ressources économiques. Le SECO peut autoriser des exceptions dans certains cas (art. 10, al. 2).
  • Il est interdit de fournir des services financiers et de mettre à disposition des avoirs et ressources économiques, y compris de l'argent liquide ou de l’or, présentant un lien avec le programme nucléaire ou le programme de missiles balistiques de la
    Corée du Nord, ou avec d'autres activités interdites en vertu de la présente ordonnance (art. 10, al. 1).
  • Le soutien financier, y compris l’octroi de crédits, de garanties ou d’assurances à l’exportation, en matière de commerce avec la Corée du Nord est interdit en vertu de la présente ordonnance dans la mesure où il pourrait contribuer au programme nucléaire ou de missiles balistiques de la Corée du Nord ou aux autres activités interdites en vertu de la présente ordonnance (art. 13).
  • Il est interdit d'honorer certaines créances (art. 14).
  • Les personnes ou institutions qui détiennent ou gèrent des avoirs ou qui ont connaissance de ressources économiques dont il faut admettre qu'ils tombent sous le coup du gel des avoirs doivent les déclarer sans délai au SECO. La déclaration doit mentionner le nom du bénéficiaire, l'objet et la valeur des avoirs et ressources économiques gelés (art. 18).
  • L’ouverture et l’exploitation de succursales, filiales ou représentations de banques de la Corée du Nord en Suisse sont interdites (art. 11, al. 1).
  • Les succursales, filiales et représentations de banques de la Corée du Nord existantes en Suisse doivent être fermées jusqu’au 2 juin 2016 (art. 22, al. 1).
  • Les établissements financiers suisses ont l’interdiction d’établir des coentreprises avec des banques de la Corée du Nord, de posséder des parts de capital dans des banques de la Corée du Nord ou d’établir ou d’entretenir des relations de banque correspondante avec des banques de la Corée du Nord (art. 11, al. 2).
  • Les succursales, filiales et représentations existantes ainsi que les comptes de banques suisses ouverts en Corée du Nord doivent être fermés jusqu’au 2 juin 2016 s’il y a des motifs suffisants de penser que les services financiers fournis pourraient contribuer au programme nucléaire ou de missiles balistiques de la Corée du Nord ou aux autres activités interdites en vertu de la présente ordonnance (art. 22, al. 3).
  • L’ouverture de nouvelles succursales, filiales ou représentations de banques suisses en Corée du Nord est interdite (art. 12, al. 1).

Navigation et trafic aérien

  • Il est interdit de conclure des contrats d’affrètement ou de location d’aéronefs et de navires avec la Corée du Nord ou de mettre à disposition de celle-ci des services d’équipage (art. 15, al. 1).
  • Il est interdit d’enregistrer des navires en Corée du Nord, d’obtenir l’autorisation pour un navire d’utiliser le pavillon de la Corée du Nord, de posséder, louer ou exploiter un navire battant le pavillon de la Corée du Nord ou de fournir d’autres prestations connexes (art. 15, al. 3).
  • Le droit de décoller du territoire suisse, d’y atterrir ou de le survoler n’est pas accordé aux aéronefs dont on soupçonne que le chargement viole les dispositions de l’ordonnance (art. 15, al. 4).

Restrictions de déplacement

  • L'entrée en Suisse et le transit par la Suisse sont interdits (1) aux personnes physiques citées dans l'annexe 1, (2) aux personnes qui agissent au nom ou selon les instructions des destinataires des sanctions citées dans l'annexe 1,
    et (3) aux personnes qui violent la présente ordonnance ou les résolutions déterminantes du Conseil de sécurité de l'ONU, ou qui prêtent assistance à autrui pour les contourner (art. 2).

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 08 déc. 2016 - BCE - Les fondements de solutions pour les paiements instantanés paneuropéens sont posés

Partagez
Noter cette article :

La Banque Centrale Européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle fait le point sur les fondements de la mise en œuvre paneuropéenne des paiements instantanés.

Comme il en avait été chargé par le Conseil des paiements de détail en euros (Euro Retail Payments Board – ERPB), le Conseil européen des paiements (European Payments Council – EPC) a finalisé aujourd’hui le cadre des solutions pour les paiements instantanés paneuropéens. Le système de virements SEPA instantanés ouvre la voie à des solutions innovantes pour les paiements en euros, par exemple par téléphone mobile, à partir de novembre 2017.

« La décision d’aujourd’hui nous rapproche de solutions de paiement plus rapides et plus faciles à utiliser, mais sûres. Le système de virements SEPA instantanés garantit que ces innovations bénéficieront à l’utilisateur final dans toute l’Europe » a déclaré Yves Mersch, membre du Directoire de la BCE et président de l’ERPB. « Le système contribuera également à accélérer les évolutions dans le domaine des solutions de paiement par téléphone mobile. »

Le système de virements SEPA instantanés définit le cadre technique de solutions de paiement en euros innovantes, comme les paiements de particulier à particulier par téléphone mobile. Les prestataires de services de paiement en Europe peuvent maintenant commencer à développer leurs offres de services en ce domaine. Les services entreront en production à partir de novembre de l’année prochaine.

L’ERPB est un organisme de haut niveau présidé par la Banque centrale européenne (BCE), qui rassemble les acteurs du secteur situés du côté de l’offre et de la demande pour traiter de questions stratégiques relatives aux paiements de détail.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 07 déc. 2016 - FINMA - La FINMA et la SFC de Hong Kong concluent un accord de coopération dans le domaine des fonds

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse et la Securities and Futures Commission of Hong Kong (SFC) ont signé un accord de coopération. Le but de cet accord est de renforcer la collaboration entre les deux autorités et de favoriser l'accès réciproque au marché de l'autre pays pour les distributeurs de fonds. A partir de maintenant, les gestionnaires suisses peuvent gérer, à Hong Kong, des placements collectifs de capitaux distribués au public. Les gestionnaires de fonds de Hong Kong ont les mêmes possibilités en Suisse.

Avec cet accord de coopération, la FINMA et la SFC de Hong Kong reconnaissent comme fondamentalement équivalent le régime de l'autre pays en matière de surveillance des gestionnaires de placements collectifs et de fonds en valeurs mobilières. Cela pose les bases permettant aux gestionnaires autorisés en Suisse de gérer, à Hong Kong, des placements collectifs de capitaux distribués au public (investisseurs retail). Cela vaut d'une part pour les fonds émis sous la juridiction de Hong Kong ou sous une juridiction d'un Etat tiers reconnu à Hong Kong (par ex. OPCVM de certaines juridictions). D'autre part, les fonds suisses en valeurs mobilières peuvent désormais également être distribués à Hong Kong, alors qu'ils n'étaient jusqu'ici pas autorisés à la distribution à des particuliers.

Les dispositions de l'accord sont réciproques

Les participants au marché autorisés à Hong Kong reçoivent le même accès au marché suisse. La FINMA et la SFC fournissent sur leurs sites Internet des informations concernant les modalités d'autorisation s'appliquant à la distribution dans la juridiction de l'autre pays. La FINMA décrit dans un catalogue d'exigences la procédure nécessaire pour avoir accès au marché suisse (FINMA-Requirements). La SFC de Hong Kong fixe quant à elle, ses dispositions dans une circulaire (Circular).

Thomas Bauer, président du conseil d'administration de la FINMA, est satisfait de la conclusion de cet accord de coopération: «les gestionnaires de fonds auront ainsi la possibilité d’accéder à une importante place financière. C’est réjouissant et démontre l’importance d’une surveillance et d’une réglementation crédibles et reconnues pour la compétitivité de la place financière suisse».

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 07 déc. 2016 - AMF - L’AMF consulte sur les modalités de mise en œuvre des mécanismes de plafonnement des rachats (« gates ») dans les fonds ouverts

Partagez
Noter cette article :

L'autorité des marchés financiers a publié un copmmuniqué de presse dans lequel elle annonce le lancement d'une consultation sur les modalités de mise en œuvre des mécanismes de plafonnement des rachats (« gates ») dans les fonds ouverts.

La possibilité de prévoir des mécanismes de plafonnement des rachats (appelés « gates » en anglais), actuellement offerte aux fonds de fonds alternatifs, aux fonds professionnels à vocation générale et aux OPCI, est étendue par une disposition du projet de loi « Sapin 2 ». Il revient désormais à l’Autorité des marchés financiers (AMF) de déterminer les cas et conditions dans lesquels les sociétés de gestion pourront utiliser ces mécanismes. L’AMF lance une consultation publique jusqu’au 30 décembre 2016 sur des propositions de modification de son règlement général et de sa doctrine.

A compter de l’entrée en vigueur du projet de loi « Sapin 2 » et du règlement général de l’AMF, les OPCVM, les fonds d’investissement à vocation générale (FIVG), les fonds de capital investissement (FCPR, FCPI et FIP), les fonds professionnels de capital investissement et les fonds d’épargne salariale, pourront prévoir la possibilité de plafonner les rachats à titre provisoire, quand des circonstances exceptionnelles l’exigent et si l’intérêt des porteurs ou du public le commande. L’AMF consulte sur les conditions dans lesquelles les sociétés de gestion pourront utiliser ces mécanismes.

Il est proposé que le règlement général :

  • précise les situations qui permettent l’activation du mécanisme ;
  • impose le principe du plafonnement des demandes de rachat dans les mêmes proportions pour tous les porteurs ;
  • interdise tout droit de priorité accordé au porteur dont l’ordre aura été plafonné, puis présenté à nouveau aux valeurs liquidatives suivantes ;
  • impose aux sociétés de gestion qui décident d’activer la gate, d’informer l’AMF et les porteurs ;
  • définisse les critères et les éléments de calculs du seuil pertinent de déclenchement de la gate, sans le fixer ;
  • impose aux sociétés de gestion de déterminer a priori une durée maximale d’utilisation de la gate.

En complément, l’AMF met en consultation le contenu d’une nouvelle instruction sur les modalités pratiques de mise en œuvre de ces mécanismes de plafonnement des rachats dans les mêmes fonds.

Ces nouvelles règles ne s’appliqueront pas aux mécanismes de plafonnement déjà utilisés par les fonds de fonds alternatifs (FFA), les fonds professionnels à vocation générale (FPVG) et les fonds professionnels spécialisés (FPS).

Enfin, l’AMF propose d’enrichir sa doctrine sur les conditions d’application des gates dans les OPCI commercialisés auprès d’investisseurs non professionnels, en imposant, dans des conditions normales, un seuil minimum de remboursement des porteurs.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 07 déc. 2016 - BCE - Rapport sur les résultats de l’enquête sur l’accès des PME au financement dans la zone euro – avril à septembre 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque Centrale Européenne a publié son quinzième rapport sur les résultats de l’enquête sur l’accès des petites et moyennes entreprises (PME) au financement. Le rapport fournit des informations sur l’évolution de la situation financière, des besoins de financement et de l’accès au financement des petites et moyennes entreprises (PME) dans la zone euro au cours des six mois allant d’avril à septembre 2016 et compare la situation des PME à celle des grandes entreprises.

La recherche de clients reste la principale préoccupation des PME de la zone euro (25 % des participants contre 27 % lors de la précédente campagne d’enquête), suivie par l’accès à une main-d’œuvre qualifiée, tandis que l’accès au financement continue d’être considéré comme le problème le moins important. En termes nets, un plus grand nombre d’entreprises font état d’une hausse de leur chiffre d’affaires (19 % des participants, contre 16 %), mais également d’augmentations de leurs coûts autres que les coûts de main-d’œuvre (37 %, contre 29 %). Étant donné la stabilité du nombre net d’entreprises déclarant des hausses des coûts de main-d’œuvre (sans changement à 44 %), les bénéfices n’enregistrent que de légères améliorations.

Pour la troisième enquête consécutive, le pourcentage net des PME qui font état d’une augmentation de leurs besoins en prêts bancaires s’établit à 1 %, tandis que pour la quatrième fois de suite, les PME confirment une nette amélioration de la disponibilité des prêts bancaires et la volonté des banques d’octroyer des crédits à des taux d’intérêt plus bas. Sur les 29 % de PME ayant fait une demande de prêt, 69 % ont reçu l’intégralité du montant demandé et 7 % ont déclaré que leur demande avait été refusée (contre 8 % précédemment).

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 07 déc. 2016 - BdF - La rémunération moyenne des dépôts bancaires diminue légèrement en octobre

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au taux de rémunération des dépôts bancaires pour le mopis d'octobre 2016..

Le taux moyen de rémunération des dépôts bancaires est en légère baisse en octobre (0,80 %, après 0,81 % en septembre 2016) du fait de la diminution de la rémunération des dépôts à moins de deux ans (0,37 %, après 0,38 %) ainsi que celle des dépôts à plus de deux ans (2,51 %, après 2,52 %).

Taux moyens de rémunération des encours de dépôts bancaires

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 07 déc. 2016 - Ministère des Finances - La lutte contre le financement du terrorisme s'intensifie

Partagez
Noter cette article :

Lors du Conseil des ministres du 30 novembre 2016, le ministre de l’Économie et des Finances a présenté un projet d’ordonnance qui transpose une directive européenne et renforce le dispositif de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Retour sur ce projet d'ordonnance.

Le projet d'ordonnance présenté en Conseil des ministres est pris en application de l’article 118 de la loi du 3 juin 2016 renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement. Il transpose la directive européenne du 20 mai 2015 relative à la prévention de l'utilisation du système financier aux fins du blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme et rend applicable le règlement européen du 20 mai 2015 sur les informations accompagnant les transferts de fonds.

Les modalités du projet d'ordonnance

Le projet d'ordonnance :

  • étend le champ des personnes impliquées dans la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme en y intégrant notamment les intermédiaires d’assurance, en opérations de banque ou en financement participatif et renforce les mesures de vigilance qu’elles devront appliquer ;
  • renforce l’approche par les risques des personnes assujetties à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme en leur imposant une obligation d’évaluation de ces risques leur permettant ainsi d’ajuster l’intensité des mesures de vigilance à mettre en œuvre et d’adapter leurs procédures y compris au niveau des groupes ;
  • consolide les règles de contrôle et de sanction applicables aux personnes assujetties à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme en cas de manquement à leurs obligations;
  • prévoit la centralisation des informations sur les bénéficiaires effectifs des personnes morales au sein du registre du commerce et des sociétés et met également en place un registre des bénéficiaires effectifs des trusts, détenu par l’administration des finances publiques. Ces informations seront mises à disposition des autorités compétentes dans le domaine de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, des personnes assujetties dans le cadre de leurs mesures de vigilance, et pour le registre des  personnes morales, également aux tiers ayant un intérêt légitime à en disposer;
  • étend les prérogatives de la cellule de renseignement financier Tracfin, notamment en élargissant son droit de communication à l’égard de toutes les personnes assujetties et en développant les règles d’échange et de transmission d’informations avec d’autres services de l’État ainsi qu’avec les cellules de renseignements financiers étrangères ;
  • rend applicable sur l’ensemble du territoire les nouvelles règles renforçant les informations accompagnant les transferts de fonds opérés par les établissements financiers dans l’Union européenne, en provenance ou vers les pays tiers.

Des mesures effectives dès la promulgation de la loi de ratification

Ces mesures seront effectives à la suite de la promulgation de la loi de ratification de l’ordonnance, à l’exception notamment de celles relatives à Tracfin (au 1er janvier 2017) et celles portant sur le registre des bénéficiaires effectifs des personnes morales (date d’entrée en vigueur fixée par décret).

Ce texte constitue une avancée importante permettant à la France de lutter plus efficacement contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Renforcement du dispositif français de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme

Dossier de presse : intensification de la lutte contre le financement du terrorisme

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :