L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mer. 06 mai 2015 - CVMO - Les autorités en valeurs mobilières du Canada publient des indications à l’intention des agences de conseil en vote

Partagez
Noter cette article :

La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce la mis en œuvre de l’Instruction générale 25-201 relative aux indications à l’intention des agences de conseil en vote.

« L’instruction générale recommande des pratiques exemplaires conçues pour répondre aux préoccupations des participants au marché tout en reconnaissant le rôle important qu’exercent les agences de conseil en vote dans le processus de vote », a déclaré Louis Morisset, président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers. « Nous avons tenu compte du point de vue de toutes les parties prenantes, y compris les investisseurs institutionnels et les émetteurs, et estimons être parvenus à une solution satisfaisante. »

L’instruction générale fournit des indications aux agences de conseil en vote en matière de pratiques et de communication de l’information, afin de favoriser la transparence des services que celles-ci fournissent aux clients et d’aider les participants au marché à mieux comprendre leurs activités.

Les indications portent sur la détermination, la gestion et l’atténuation des conflits d’intérêts réels ou potentiels, la transparence et l’exactitude des recommandations de vote, l’élaboration des lignes directrices en matière de vote par procuration, et les communications.

Les ACVM sont le conseil composé des autorités provinciales et territoriales en valeurs mobilières du Canada. Elles coordonnent et harmonisent la réglementation des marchés des capitaux du Canada.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 06 mai 2015 - Eurostat - Le taux de chômage à 11,3% dans la zone euro

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au taux de chômage de la zone euro pour le mois de mars 2015.

Dans la zone euro (ZE19), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 11,3% en mars 2015, stable par rapport à février 20154 mais en baisse par rapport au taux de 11,7% de mars 2014. Dans l’UE28, le taux de chômage s’est établi à 9,8% en mars 2015, stable par rapport à février 2015 mais en baisse par rapport au taux de 10,4% de mars 2014. Ces chiffres sont publiés par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Eurostat estime qu’en mars 2015, 23,748 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage dans l’UE28, dont 18,105 millions dans la zone euro. Par rapport à février 2015, le nombre de chômeurs a diminué de 75 000 dans l’UE28 et de 36 000 dans la zone euro. Comparé à mars 2014, le chômage a baissé de 1,523 million de personnes dans l’UE28 et de 679 000 dans la zone euro.

États membres

Parmi les États membres, le taux de chômage le plus faible en mars 2015 a été enregistré en Allemagne (4,7%), et les plus élevés en Grèce (25,7% en janvier 2015) et en Espagne (23,0%).

Sur un an, le taux de chômage en mars 2015 a baissé dans vingt-deux États membres, a augmenté dans cinq autres et est resté stable en Autriche. Les baisses les plus marquées ont été observées en Irlande (de 12,0% à 9,8%), en Espagne (de 25,1% à 23,0%) et en Pologne (de 9,6% à 7,7%). Les hausses ont quant à elles été enregistrées en Croatie (de 17,3% à 18,2%), en Finlande (de 8,4% à 9,1%), en Italie (de 12,4% à 13,0%), en France (de 10,1% à 10,6%) ainsi qu’en Belgique (de 8,4% à 8,5%).

En mars 2015, le taux de chômage aux États-Unis s’est établi à 5,5%, au même niveau qu’en février 2015 mais en baisse par rapport au taux de 6,6% de mars 2014

Taux de chômage en mars 2015, données corrigées des variations saisonnières

Chômage des jeunes

En mars 2015, 4,804 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l’UE28, dont 3,215 millions dans la zone euro. Par rapport à mars 2014, le nombre de jeunes chômeurs a diminué de 520 000 dans l’UE28 et de 276 000 dans la zone euro. En mars 2015, le taux de chômage des jeunes s’est établi à 20,9% dans l’UE28 et à 22,7% dans la zone euro, contre respectivement 22,8% et 24,2% en mars 2014. Les taux les plus faibles en mars 2015 ont été observés en Allemagne (7,2%), en Autriche (10,5%), au Danemark ainsi qu’aux Pays-Bas (10,8% chacun), et les plus élevés en Grèce (50,1% en janvier 2015), en Espagne (50,1%), en Croatie (45,5% au premier trimestre 2015) et en Italie (43,1%).

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 06 mai 2015 - AMF - Rapport sur les cessions et acquisitions d’actifs significatifs par des sociétés cotées

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié son rapport sur les cessions et acquisitions d’actifs significatifs par des sociétés cotées.

Ce rapport contient le résultat des travaux du groupe de réflexion sur les cessions d’actifs significatifs de sociétés cotées, créé en mai 2014, sous la présidence de Christian Schricke, membre du Collège de l’AMF.

Dans sa version mise en consultation en février 2015, le rapport préconisait la consultation préalable de l’assemblée générale des actionnaires lors de la cession du principal des actifs d’une société cotée, ainsi que des mesures visant à renforcer l’information du marché et la promotion de bonnes pratiques permettant de démontrer la conformité d’une opération à l’intérêt social.

Le rapport final intègre également des préconisations sur les acquisitions d’actifs significatifs.

Mer. 06 mai 2015 - BdF - Pour quelques dollars de plus : Réserves internationales et croissance en périodes de crise

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié l'article de Matthieu Bussière, Gong Cheng, Menzie Chinn et Noëmie Lisack, sur le thème des réserves internationales et de la croissance en périodes de crise.

Cette étude aborde la question de l’accumulation de réserves internationales, et de leur rôle protecteur pendant la crise financière de 2008-09, en se fondant sur un panel de 112 pays émergents ou en développement. Plus spécifiquement, cet article étudie la relation entre le niveau de réserves internationales et la présence de contrôles des capitaux.

Les résultats indiquent que le niveau de réserves joue un rôle important : les pays ayant un niveau de réserves élevé (en proportion de leur dette à court terme) ont relativement moins souffert de la crise, particulièrement quand leur compte de capital est moins ouvert.

Cela suggère une certaine complémentarité entre accumulation de réserves et contrôles des capitaux.

Consulter l'article

Lien de secours

Mer. 06 mai 2015 - Project Syndicate - Le dollar entre en guerre monétaire

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Nouriel Roubini, professeur à la Stern School of Business de NYU et président de Roubini Global Economics, ancien économiste principal pour les affaires internationales du Conseil des conseillers économiques de la Maison Blanche sous l'administration Clinton, sur le thème du dollar en guerre monétaire.

Dans un contexte de faible demande intérieure, au sein de nombreuses économies avancées et sur les marchés émergents, les dirigeants politiques s’efforcent de dynamiser la croissance économique et l’emploi en privilégiant une croissance poussée par les exportations.

Ceci exige une monnaie faible, ainsi que des politiques monétaires conventionnelles et non conventionnelles, afin de générer la dépréciation requise...

Consulter l'article

Lien de secours

Mots-clés : Project Syndicate

Mar. 05 mai 2015 - Eurostat - Le taux d’inflation annuel de la zone euro en hausse à 0,0%

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au taux d’inflation annuel de la zone euro au mois d'avril 2015.

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 0,0% en avril 2015, en hausse par rapport au mois de mars où il était de -0,1%, selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne.

S'agissant des principales composantes de l'inflation de la zone euro, les services (0,9%, contre 1,0% en mars) et l’alimentation, boissons alcoolisées & tabac (0,9%, contre 0,6% en mars) devraient connaître les taux annuels les plus élevés en avril, suivis des biens industriels hors énergie (0,1%, contre 0,0% en mars) et de l’énergie (-5,8%, contre -6,0% en mars).

Inflation annuelle (en %) dans la zone euro, avril 2015

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 05 mai 2015 - AMF - L’AMF prépare une recommandation sur la consultation préalable des actionnaires et l’information au marché sur les cessions d’actifs significatifs des sociétés cotées

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce qu'elle prépare une recommandation sur la consultation préalable des actionnaires et l’information au marché sur les cessions d’actifs significatifs des sociétés cotées.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) publie la synthèse des réponses apportées à la consultation publique et le rapport final du groupe de réflexion sur les cessions et acquisitions d’actifs significatifs des sociétés cotées. L’AMF publiera une recommandation sur ces sujets d’ici l’été.

L’AMF publie la synthèse des 27 réponses reçues à la consultation publique lancée à la suite de la publication du rapport du groupe de réflexion sur les cessions d’actifs significatifs.

Fort de ces contributions, le Collège de l’AMF a décidé d’émettre, d’ici la fin du premier semestre, une recommandation sur la consultation préalable de l’assemblée générale, dès lors que 50 % au moins des actifs d’une société cotée sont appelés à être cédés, ce seuil étant apprécié en fonction de l’atteinte de certains critères. En plus des quatre critères proposés par le groupe de réflexion, le Collège souhaite en ajouter un cinquième pour prendre en compte les effectifs concernés par l’activité cédée. L’AMF invite les associations professionnelles à faire évoluer leur code de gouvernement d’entreprise sur ce sujet.

En outre, la recommandation de l’AMF intègrera des mesures visant à renforcer l’information du marché et à promouvoir les bonnes pratiques démontrant, notamment, la conformité d’une opération à l’intérêt social de l’émetteur concerné.

Enfin, le groupe de réflexion a poursuivi ses travaux sur les acquisitions d’actifs significatifs. Dans son rapport final, publié ce jour, il préconise d’étendre, à ces acquisitions, les mesures d’information proposées pour les cessions.

Pour rappel, ces travaux avaient été engagés en 2014 à la suite des opérations SFR-Vivendi et Alstom. Le Collège de l’AMF avait souhaité qu’une réflexion sur l’opportunité d’un encadrement renforcé des cessions d’actifs significatifs de sociétés cotées soit menée. Un groupe ad hoc avait ainsi été constitué sous la présidence de Christian Schricke, membre du Collège. Une consultation publique avait été effectuée à l’issue des travaux de ce groupe.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 05 mai 2015 - OFCE - L’économie américaine à l’arrêt au premier trimestre : l’impact du pétrole de schiste

Partagez
Noter cette article :

L'OFCE, le centre de recherche en économie de Sciences-Po, a publié l'article d'Aurélien Saussay, sur le thème de l’impact du pétrole de schiste sur l'économie américaine au premier trimestre 2015.

Le Bureau of Economic Analysis vient de livrer son estimation de la croissance américaine au premier trimestre 2015 : à 0,2% en rythme annualisé, ce chiffre est très en-deçà du consensus des principaux instituts américains qui s’accordaient sur une prévision légèrement supérieure à 1% – bien loin déjà des 3% encore espérés début mars.

S’il est encore trop tôt pour connaître les raisons exactes de ce coup d’arrêt, un facteur semble devoir émerger : aux États-Unis, la « révolution » du pétrole de schiste semble au bord de l’implosion.  La baisse brutale des cours du brut au deuxième semestre 2014 a provoqué un effondrement de l’activité extractive : le nombre de foreuses pétrolières en activité aux États-Unis a chuté de 56% de novembre 2014 à avril 2015, pour revenir à son niveau d’octobre 2010 (voir graphique). La rapidité de ce ralentissement souligne la fragilité du boom du pétrole de schiste, et sa dépendance à un prix du baril élevé.

Consulter l'article

Lien de secours

Mar. 05 mai 2015 - BdF - Le PIB par habitant dans les pays avancés durant le XXème Siècle

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié l'article d'Antonin Bergeaud, Gilbert Cette et Rémy Lecat, sur le thème du PIB par habitant dans les pays avancés durant le XXème Siècle.

Cette analyse propose une comparaison du niveau et de l’évolution du PIB par habitant de 17 importants pays avancés sur la longue période 1890-2013. Elle propose également une comparaison du niveau et de l’évolution des principales composantes du PIB par habitant ainsi que les résultats de tests de convergence, utilisant la méthodologie de Philips-Sul (2007), du PIB par habitant et de ses principales composantes. Ces composantes sont la productivité globale des facteurs (PGF), l’intensité capitalistique (volume de capital par heure de travail), la durée du travail et le taux d’emploi. Sur l’ensemble de la période de l’étude, les niveaux de vie appréhendés par le PIB par habitant ont connu une très forte augmentation dans les pays avancés, essentiellement du fait de l’augmentation de la PGF et de l’intensité capitalistique.

Les principaux résultats de l’analyse sont les suivants : i) Dans tous les pays, au moins une grande vague de croissance du PIB par habitant est observée au cours du XXème Siècle, mais avec des ampleurs très contrastées et des décalages parfois importants selon les pays ; ii) Dans presque tous les pays, le PIB par habitant ralentit fortement sur les dernières décennies de la période étudiée ; iii) Le pays leader parmi les plus grands pays industrialisés en termes de PIB par habitant change sur la période , du Royaume-Uni jusqu’à la Première Guerre Mondiale aux États-Unis depuis la Seconde Guerre Mondiale ; iv) Une forte convergence des niveaux de PIB par habitant est observée parmi les pays avancés, surtout après la Seconde Guerre Mondiale, essentiellement expliquée par la convergence de l’intensité capitalistique et de la PGF, tandis que les niveaux de durée du travail et surtout de taux d’emploi demeurent disparates ; v) Mais ce processus de convergence n’est pas continu et devient plus diffus à partir de 1990. La convergence du PIB par habitant de la Zone Euro, du Royaume-Uni et du Japon s’interrompt à une distance encore importante du niveau observé aux États-Unis, les pays structurellement flexibles ou ayant mis en œuvre des réformes institutionnelles importantes bénéficiant d’une accélération associée à la diffusion des Technologies de l’Information et de la Communication, tandis que d’autre pays comme le Japon pâtissent d’une crise prolongée ; vi) Le taux d’emploi et la durée du travail ne contribuent pas à la convergence d’ensemble des niveaux de PIB par habitant et se caractérisent plutôt par des club-convergences, une convergence apparaissant pour ces variables entre les pays européens d’un côté et les pays anglo-saxons de l’autre. Les évolutions sont contrastées entre ces deux groupes de pays depuis 1974, en relation avec la mise en œuvre de politiques très différenciées sur le marché du travail.

Consulter l'article

Lien de secours

Mar. 05 mai 2015 - Project Syndicate - Une politique économique chamboulée

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Stephen S. Roach, ancien président de Morgan Stanley Asie et économiste en chef de la firme, actuellement senior fellow à l'Institut des affaires internationales de Jackson de l'Université de Yale, sur le thème de la politique économique chamboulée.

L’économie mondiale est en proie à une cruelle illusion. La grande période d’expansion des années 1990 ayant entraîné dans son sillage une très lourde récession, les décideurs politiques ont sorti de leur chapeau de vieux trucs d’ingénierie économique pour tenter de retrouver un peu de magie.

Ce faisant, ils ont fait d’une économie globale déséquilibrée une boîte de Petri pour la plus grande expérience de politique économique de l’histoire moderne. Ils étaient convaincus que l’expérience était sous contrôle. Et rien ne saurait être plus inexact...

Consulter l'article

Lien de secours

Mots-clés : Project Syndicate

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :