L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 15 nov. 2019
Auteur: DB
Noter cette article :

L'Autorité bancaire européenne (EBA) a publié un rapport sur l'évolution de la qualité des actifs du secteur bancaire de l'UE, qui montre que celui-ci s'est nettement amélioré au cours des quatre dernières années. Le total des prêts improductifs (PNP) est passé de plus de 1 150 milliards d'euros en juin 2015 (6% du total des prêts) à 636 milliards d'EUR en juin 2019.

Le ratio des prêts non productifs à 3%, le plus bas depuis  que l'EBA a introduit une définition harmonisée des prêts improductifs dans tous les pays européens. Le taux de couverture moyen a légèrement augmenté, passant de 43,6% à 44,9% au cours de la même période.

 Le rapport identifie trois piliers qui déterminent la réduction globale des prêts non productifs: l’attention des autorités de contrôle et la volonté politique de s’attaquer efficacement au problème des prêts non performants, ainsi que par les efforts des banques pour améliorer leurs capacités de gestion. Cette réduction a également été favorisée par une croissance économique positive, des taux d’intérêt bas et une baisse du chômage.

Les pays où les ratios de prêts non performants sont élevés ont mené le processus de réduction des risques des bilans des banques. Toutefois,  malgré l’amélioration significative, la dispersion des ratios de prêts non productifs entre les pays reste grande. En juin 2019, la Grèce affichait le ratio de prêts non performants le plus élevé (39,2%), suivie de Chypre (21,5%), tandis que cinq autres pays affichaient un taux de prêts non performants supérieur à 5%.

En comparaison, en juin 2015, 17 pays avaient déclaré un ratio de prêts non performants supérieur à 5%, parmi lesquels 10 pays avaient un ratio à deux chiffres. Les pays où les ratios de prêts non performants sont élevés ont une plus grande part  de prêts de plus d’u n an d’âge. Ces anciens PNL, note l’étude,  sont plus difficiles à traiter, car plus  dévalués,  et représentent un risque important pour les banques dont la part d'actif augmente dans leur bilan.

Télécharger le document

Lien de secours