L'information financière que vous ne trouvez
nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

Date de publication: 27 mars 2013
Auteur: Y B
Noter cette article :
Deutsche_Bank.png

La Deutsche Bank a publié une étude sur la Taxe sur les transactions boursières.

Selon l'étude, cette taxe serait contreproductive.

La proposition vise le secteur des services financiers, mais impose des coûts directs et indirects à l'économie réelle.

Malgré les ambitions pour développer leurs propres centres financiers, les états ont signé un impôt qui encourage la délocalisation de l'activité.

Plus important encore, à un moment où le coût et la disponibilité des capitaux dans l'UE est parfois problématique, la TTF ne va-t-elle pas l'augmenter pour les ménages, les entreprises et même des États.

Cette TTF, version européenne de la célèbre taxe Tobin dessinée il y a 40 ans par l’économiste américain James Tobin, vise à prélever un impôt de 0,1% sur les échanges d’actions et d’obligations et de 0,01% sur les contrats dérivés (comme par exemple les subprimes). La taxe s'appliquerait dès lors qu'au moins un établissement financier participant à la transaction - même si elle a lieu hors de l’Union européenne - est établi dans l'UE.

Le couple franco-allemand, fervent défenseur de l’instauration d’une telle imposition, espère que les pays qui en ont accepté le principe vont la traduire en loi dès l’année prochaine. La taxe sur les transactions financières pourrait alors rapporter environ 37 milliards d’euros, selon une étude publiée en 2012 par l’Institut allemand pour la recherche économique (DIW) (en Allemand). Et si ces rentrées fiscales ne seront pas négligeables, la TTF peut aussi servir à “moraliser les marchés financiers”.

Résumé :

The Financial Transaction Tax (FTT) that 11 EU members – including Germany, France, Italy and Spain – are planning to implement in January 2014 is misguided, counterproductive and badly designed.

The proposal is targeted at the financial services sector but would impose direct and indirect costs to the real economy. Despite ambitions to grow their own financial centres, states have signed up to a tax that encourages off-shoring of activity. Most importantly, at a time when the cost and availability of capital in the EU is sometimes problematic, the FTT would raise it for households, firms and even states.

Télécharger le document

Lien de secours