L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Jeu. 04 févr. 2016 - Ministère des Finances - Tarifs bancaires : mode d’emploi du nouveau comparateur public

Partagez
Noter cette article :

Initié par le ministère des Finances et des Comptes publics et le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), le premier comparateur public des tarifs bancaires permet de comparer les principaux frais facturés par les différents établissements bancaires. Comment l’utiliser ?

Gratuit et mis à jour toutes les semaines, ce nouveau dispositif porte sur l’ensemble des départements français et recense environ 150 établissements de crédit, ce qui représente plus de 98% du marché existant sur le territoire.

Outre les services de base comparables, comme les virements, les prélèvements ou les cartes bancaires, le comparateur permet de comparer une dizaine des prestations différentes et d’afficher jusqu’à six entrées différentes à la fois.

Un outil clair et simple d’usage

Il vous suffit de renseigner le type d’établissement (physiques, en ligne ou les deux réunis) qui vous intéresse, ainsi que son département. Ensuite, sélectionnez jusqu'à six tarifs à comparer. En seulement trois clics, les résultats, exportables et imprimables, apparaissent sous la forme d’un tableau. Voici comment procéder :

1. Dirigez vous vers le site www.tarifs-bancaires.gouv.fr

2. Arrivé sur la page d’accueil du site, qui correspond à l’onglet « Effectuer une recherche » , choisissez le type d’établissement que vous souhaitez inclure dans votre recherche (un choix possible) :

  • Banques ou prestataires de services de paiement avec agences
  • Banques ou prestataires de services de paiement en ligne
  • Tous établissements

3. Choisissez  votre département (un choix possible) dans le menu déroulant ou bien en cliquant sur le département en question dans l’Hexagone (ou sur les îles des départements d’Outre-mer) juste en dessous.

4. Choisissez les tarifs bancaires à comparer. Vous pouvez saisir jusqu'à six choix sur ordinateur et tablette ou jusqu'à trois sur mobile.  Si vous souhaitez connaître la définition de ces tarifs avant de les cocher, cliquez sur les points d’interrogation rouges à côté de chacun des tarifs pour obtenir des explications.

Mer. 03 févr. 2016 - Deutsche Börse - Le chiffre d'affaires des marchés au comptant de Deutsche Börse s'établit à 133.7 milliards d'euros en janvier 2016

Partagez
Noter cette article :

La Deutsche Börse a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille le chiffre d'affaires de ses marchés au comptant pour le mois de janvier 2016.

En janvier, le chiffre d'affaires des marchés au comptant de Deutsche Börse s'établit à 133.7 milliards d'euros, contre 148,5 milliards d'euros pour la même période un an plus tôt.

Sur ces 133.7 milliards, 123,4 sont imputables à Xetra (janvier 2015 : 135,0 milliards d'euros), 6,2 milliards à Xetra Stood (janvier 2015: 6.4 milliards), et 4,1 milliards sont attribuables à la Bourse de Francfort (janvier 2015 : 5,8 milliards d'euros). En ce qui concerne le Tradegate Exchange, le chiffre d'affaires de ses carnets d'ordres a atteint approximativement 6,2 milliards d'euros pour la même période contre 7,7 milliards en janvier 2015.

Dans le marché action, le chiffre d'affaires a atteint 112,9 milliards d'euros sur les marchés cash de la Deutsche Börse.

Le chiffre d'affaires des obligations est d'environ 500 millions d'euros, et celui des produits structurés de 1,5 milliard d'euros.

Enfin, le chiffre d'affaires du carnet d'ordres dans les ETFs/ETCs/ETNs s'élève à 18,5 milliards d'euros pour la période analysée.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 03 févr. 2016 - Eurostat - Le taux de chômage à 10,4% dans la zone euro

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au  taux de chômage pour le mois de décembre 2015.

Dans la zone euro (ZE19), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 10,4% en décembre 2015, en baisse par rapport au taux de 10,5% enregistré en novembre 2015 et à celui de 11,4% de décembre 2014. Il s’agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis septembre 2011. Dans l’UE28, le taux de chômage s’est établi à 9,0% en décembre 2015, stable par rapport à novembre 2015 et en baisse par rapport au taux de 9,9% de décembre 2014. Il s’agit du taux le plus faible dans l'UE28 depuis juin 2009. Ces chiffres sont publiés par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Eurostat estime qu’en décembre 2015, 21,944 millions d’hommes et de femmes étaient au chômage dans l’UE28, dont 16,750 millions dans la zone euro. Par rapport à novembre 2015, le nombre de chômeurs a diminué de 52 000 dans l’UE28 et de 49 000 dans la zone euro. Comparé à décembre 2014, le chômage a baissé de 2,026 millions de personnes dans l’UE28 et de 1,501 million dans la zone euro.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 03 févr. 2016 - Project Syndicate - Les causes et conséquences du Brexit

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article d'Ana Palacio, ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères et ancienne vice-présidente de la Banque mondiale, sur le thème des causes et des conséquences du Brexit.

La perspective d’une sortie britannique hors de l’Union européenne est aujourd’hui une épée de Damoclès bien réelle. Il semble de plus en plus probable que la prochaine réunion du Conseil européen aboutira à un accord sur les conditions de l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE – accord qui sera soumis aux électeurs britanniques dans le cadre d’un référendum, qui pourrait se tenir dès l’été prochain.

Mais à l’heure où la mécanique s’emballe, il appartient à la Grande-Bretagne et à l’UE de prendre un moment de réflexion consciencieuse. Après tout, et malgré les garanties qui émanent des deux camps, nul ne sait sur quoi débouchera le référendum, et encore moins comment il s’agira de procéder si les électeurs britanniques choisissent effectivement de sortir de l’UE...

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 04 févr. 2016 - BdF - Stat info - Épargne des ménages 3ème et 4ème trimestres 2015

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs à l'épargne des ménages pour les 3ème et 4ème trimestres 2015.

Au quatrième trimestre 2015, augmentation des placements sur les PEL et décollecte moins marquée des livrets d’épargne ; ralentissement de l’assurance-vie.

Sur le front de l'emploi, la BdF note une quasi-stabilité de l’investissement logement et une diminution des flux de placements financiers sous forme de dépôts bancaires, retraits sur les livrets et cessions de titres. Elle note également une légère progression de l’assurance-vie.

Concernant l'éndettement, les flux d’emprunts remontent au troisième trimestre 2015.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 03 févr. 2016 - IOSCO-OICV - Rapport de l'OICV sur la gestion de la liquidité dans les OPC

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation internationale des commissions de valeurs a publié son rapport final sur les alternatives à l’utilisation des notations externes pour analyser le risque de crédit.

L'OICV a publié fin 2015 son rapport relatif aux les alternatives à l’utilisation des notations externes pour analyser le risque de crédit : Sound Practices at Large Intermediaries Relating to the Assessment of Creditworthiness and the Use of External Credit Ratings - Final Report.

Dans ce document, l'OICV identifie 12 principes ( pp 21-22) qu’il recommande aux intermédiaires de marché importants, tout en reconnaissant que les principes ne seront pas tous appropriés oud’une égale efficacité pour chacun de ces acteurs.

Ce rapport est paru à la suite du Consultation report CR05/2015 Sound Practices at large intermediaries: Alternatives to the use of credit ratings to assess creditworthiness lancé en mai 2015 par l'OICV.

Lun. 08 févr. 2016 - AMF - Etude CSA pour l’Autorité des marchés financiers : Plusieurs centaines de milliers de Français pourraient avoir été victimes d’une escroquerie à l’investissement

Partagez
Noter cette article :

L'Autorité des marchés financiers a publié les résultats de l'étude du CSA sur les offres et les éventuelles arnaques ou escroqueries en matière d'investissements financiers.

Depuis plusieurs années, l’AMF constate le développement d’offres présentées comme des alternatives aux placements financiers traditionnels commercialisés par les banques. Qu’il s’agisse de miser sur le marché des changes ou avec des options binaires, d’investir dans des terres rares, des métaux ou des timbres, les propositions faites aux particuliers sont multiples et se développent notamment à la faveur d’internet.

Pour mieux connaître l’ampleur de ce phénomène auprès des Français, l’AMF a chargé l’Institut CSA de réaliser le premier sondage sur le sujet.

Les principaux résultats – 9% des Français déclarent avoir déjà investi dans ces placements (offres de trading / options binaires et/ou placements en biens divers)

Si 62% des Français ont déjà entendu parler de ces offres, ils sont 28% à avoir été en contact ou activement démarchés par des sociétés proposant ces placements et 9% déclarent avoir investi dans l’un d’entre eux.

Notons que les hommes, les moins de 35 ans et les catégories CSP+ (cadres, professions intermédiaires) s’avèrent les plus exposés à ces placements.

Les principaux résultats – 5% des Français déclarent avoir déjà été victime d’une « arnaque » avec ce type de placement

Cette étude vient confirmer la forte exposition du grand public à ce type même d’offres. Epargne Info Service, le centre de l’AMF dédié aux épargnants, a ainsi enregistré en 2015 une augmentation de près de 30% des demandes concernant le Forex (marché des changes) ou les options binaires, lesquelles représentent 41% de l’ensemble des demandes traitées par la plateforme.

Les appels concernant les biens divers (vins, terres rares etc.) sont moins fréquents (440 demandes sur l’année) mais en progression sensible.

Le régulateur émet régulièrement des mises en garde concernant les placements atypiques, et rappelle que ces propositions ne sont pas soumises au cadre protecteur des instruments financiers : en ce sens, elles sont particulièrement risquées, voire déconseillées, et relèvent parfois même de l’escroquerie.  

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 02 févr. 2016 - BCE - Évolutions économiques et financières dans la zone euro par secteurs institutionnels : troisième trimestre 2015

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs aux évolutions économiques et financières dans la zone euro par secteurs institutionnels pour le troisième trimestre 2015.

L’épargne de la zone euro a augmenté à un rythme plus rapide que les investissements non financiers. Le montant net des investissements non financiers est resté globalement stable et positif pour les sociétés et les ménages et il est demeuré quasiment inchangé et négatif pour les administrations publiques. Par conséquent, la capacité nette de financement de la zone euro vis-à-vis du reste du monde a encore augmenté.

La dette des ménages rapportée tant au PIB qu'au revenu disponible a continué de diminuer (les ratios respectifs revenant à 61,0 % et 95,6 % au troisième trimestre 2015, contre 61,8 % et 96,4 % au troisième trimestre 2014).

Le ratio de dette des sociétés non financières rapporté au PIB a atteint 132,6 % au troisième trimestre 2015, contre 130,9 % au troisième trimestre 2014. Les investissements non financiers bruts ont progressé à un rythme moins rapide (2,8 % contre 3,1 % au deuxième trimestre 2015).

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 02 févr. 2016 - Ministère des Finances - Signature de l’accord multilatéral prévoyant les modalités de mise en œuvre du reporting pays par pay

Partagez
Noter cette article :

Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, et les représentants d’une trentaine d’autres pays ont signé l’accord prévoyant les modalités de mise en œuvre du reporting pays par pays, mesure issue du plan BEPS (Erosion de la base d'imposition et transfert de bénéfices), le 27 janvier au siège de l’OCDE, à Paris.

Le reporting pays par pays vise à donner aux administrations fiscales une vision complète de la façon dont les entreprises multinationales structurent leurs activités, afin de limiter les possibilités d’optimisation fiscale agressive.

Depuis le sommet de Los Cabos en 2012, la France a toujours soutenu les travaux de l’OCDE sur l’optimisation fiscale des multinationales. Après près de trois ans de travaux, les conclusions de BEPS ont pu être adoptées par les chefs d’Etat et de gouvernement au sommet du G20 à Antalya en novembre dernier. Il reste à traduire rapidement en droit national, en droit international, et pour certains pays, en droit européen, l’ensemble des conclusions de BEPS.

Consulter l'accord multilatéral entre autorités compétentes portant sur l’échange des déclarations pays par pays

Lien de secours

Mar. 02 févr. 2016 - AMF - Chiffres clés de la gestion d’actifs : publication de la compilation des chiffres 2014 et des premiers chiffres 2015

Partagez
Noter cette article :

L'Autorité des marchés financiers a publié un document dans lequel elle compile les chiffres clés 2014 de la gestion d’actifs. Ces données sont publiés par l’AMF chaque mois depuis juillet 2015, et elles intègrent des annexes complémentaires. Le document rassemble des informations sur les acteurs de l’industrie de la gestion, leurs profils, leurs encours gérés, leur activité, leur rentabilité ou encore leur dispositif de contrôle.

L’AMF publie une compilation des chiffres clés 2014 de la gestion d’actifs qui comprend les chiffres édités chaque mois depuis juillet 2015 et des annexes complémentaires. A cette occasion, l’AMF dévoile les premiers chiffres de l’année 2015 : 627, c’est le nombre de sociétés de gestion de portefeuille agréées en France au 31 décembre 2015. En effet, alors que le nombre de retraits d’agrément est important, la dynamique de création de sociétés de gestion se maintient.

La compilation des chiffres clés 2014

La compilation des chiffres clés 2014 de la gestion d’actifs rassemble des informations sur les acteurs de l’industrie de la gestion, leur actionnariat, leur taille, leurs encours gérés, leur activité, leur rentabilité ou encore leur dispositif de contrôle. Ce document contient, en outre, des données chiffrées complémentaires sous forme de tableaux en annexe. Il est disponible en téléchargement depuis les liens "En savoir plus" à la fin de l'article.

Le maintien de la dynamique de création des sociétés de gestion en 2015

Au 31 décembre 2015, le nombre de sociétés de gestion de portefeuille agréées en France s’établit à 627, contre 634 à fin 2014. En léger recul, ce solde net s’explique par le nombre important de retraits d’agrément (38) que le flux toujours fort de créations (31) n’a pas permis de compenser en 2015.

Les retraits d’agrément

L’analyse des motifs de retrait d’agrément traduit encore les effets post crises (55% d’arrêt pur et simple de l’activité de gestion) tout autant qu’une amorce de consolidation du secteur, les fusions (intragroupe ou entre compétiteurs) représentant 39% des motifs de retraits.

Les créations de structures

Les deux tiers des créations de structures en 2015 sont des projets entrepreneuriaux. La dynamique de création repose largement sur les classes d’actifs réels qui représentent, à elles seules, les trois quart des agréments initiaux délivrés (dont 45% pour le capital investissement et 39% pour l’immobilier). Le dernier quart étant constitué d’acteurs qui développent une gestion sophistiquée sur des classes d’actifs traditionnels (13%).

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :