L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mer. 28 sept. 2016 - Project Syndicate - Les coûts inévitables de l'argent hélicoptère

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié un article de Michael Heise, chef économiste au sein d'Allianz SE, sur le thème des coûts inévitables de l'argent hélicoptère.

La discussion au long cours au sujet de l'opportunité de ce que l'on appelle l'argent hélicoptère s'est transformée, car de nouvelles idées émergent au sujet de la forme qu'il pourrait prendre - et des questions surgissent pour savoir si certaines économies y ont déjà eu recours.

Ce qui n'a pas changé, c'est qu'adopter l'argent hélicoptère reste une très mauvaise idée..

Télécharger le document

Lien de secours

Mots-clés : Project Syndicate

Mer. 28 sept. 2016 - BCE - Balance des paiements mensuelle de la zone euro (Juillet 2016)

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs à la balance des paiements mensuelle de la zone euro pour le mois de juillet 2016.

En juillet 2016, le compte des transactions courantes de la zone euro a enregistré un excédent de 21,0 milliards d’euros.

Dans le compte financier, les investissements directs et de portefeuille cumulés ont enregistré des acquisitions nettes d’actifs à hauteur de 58 milliards d’euros et des cessions nettes de passifs de 14 milliards d’euros.

Balance des paiements de la zone euro : flux cumulés sur douze mois
(en pourcentage du PIB)

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 28 sept. 2016 - ACVM - Tables rondes pour discuter des propositions de rehaussement des obligations des conseillers, des courtiers et des représentants envers leurs clients

Partagez
Noter cette article :

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont annoncé aujourd’hui les dates des tables rondes mises sur pied pour analyser en profondeur les enjeux soulevés dans le Document de consultation 33-404 des ACVM, Propositions de rehaussement des obligations des conseillers, des courtiers et des représentants envers leurs clients, qui traite de projets de mesures réglementaires visant à améliorer la relation client-personne inscrite. La date limite pour transmettre des commentaires écrits sur le document de consultation est le 30 septembre 2016.

« Lors de la publication du document de consultation, nous avions indiqué notre intention de tenir des tables rondes pour analyser en profondeur les enjeux soulevés dans les mémoires reçus afin d’orienter les prochaines étapes », a déclaré Louis Morisset, président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers. « Nous encourageons fortement les parties intéressées qui ne l’auraient pas déjà fait à participer au projet en nous transmettant leurs commentaires sur le document de consultation ».

D’autres renseignements sur les tables rondes et la façon dont les parties intéressées pourront y participer seront communiqués peu avant les rencontres par les autorités en valeurs mobilières concernées. Les membres des ACVM qui ne tiennent pas de tables rondes peuvent mener d’autres formes de consultation auprès des parties intéressées dans leurs territoires respectifs.

Publié le 28 avril 2016, le document de consultation porte sur des projets de réformes ciblées du Règlement 31-103 sur les obligations et dispenses d’inscription et les obligations continues des personnes inscrites, accompagnés d’indications dans plusieurs domaines, qui permettraient de concilier les intérêts des personnes inscrites et des clients, d’améliorer les résultats pour ces derniers et de rehausser certaines des obligations que les personnes inscrites ont envers eux.

Par ailleurs, il traite d’un projet de norme réglementaire d’agir au mieux des intérêts du client, accompagné d’indications, qui constituerait la norme générale et le principe directeur en fonction desquels toutes les autres obligations envers les clients seraient interprétées. Seuls certains territoires mènent une consultation sur ce projet de norme pour les raisons indiquées dans la partie 8 du document.
On peut consulter le document de consultation, qui comprend une liste de 68 questions, sur les sites Web des membres des ACVM.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 28 sept. 2016 - BdF - Les taux des crédits à la consommation sont différenciés selon leur nature et les réseaux distributeurs

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié les chiffres relatifs aux crédits à la consommation pour le second trimestre 2016.

’accélération du crédit à la consommation aux ménages se poursuit en France au second trimestre 2016, atteignant +5,6% (en glissement annuel) après +4,6% au premier trimestre. Cette accélération s’inscrit dans un contexte de léger ralentissement au sein de la zone Euro, en raison principalement d’un changement méthodologique dans un pays. En France, la hausse est portée par les prêts amortissables (+6,0%) et les crédits-bails (+40%). Les taux d’intérêt se maintiennent à des niveaux historiquement bas.

Évolution de l’encours de crédit à la consommation aux particuliers

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 27 sept. 2016 - Bank of England - Les taux maintenus à 0,25% au Royaume-Uni

Partagez
Noter cette article :

La Banque d'Angleterre a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce qu'elle a maintenu sa politique monétaire tout en déclarant qu'il était probable qu'elle abaisse de nouveau son taux directeur d'ici la fin de l'année, même si l'impact immédiat du Brexit sur l'économie du Royaume-Uni s'annonce moins marqué qu'attendu il y a encore un mois.

Les neuf membres du Comité de politique monétaire (MPC) de la banque centrale britannique ont approuvé le maintien du taux directeur à 0,25%, son plus bas niveau historique, tout comme celui du programme d'achats d'obligations à 435 milliards de livres, ainsi que la poursuite du programme d'achats de 10 milliards de livres d'obligations d'entreprise.

Les indicateurs économiques publiés depuis la réunion d'août ont montré un rebond après l'impact immédiat du résultat du référendum du 23 juin, sans toutefois remettre en cause le scénario d'un ralentissement marqué.

Télécharger le document

Lien de secours

Mar. 27 sept. 2016 - OCDE - La faible progression des échanges et les distorsions du système financier assombrissent les perspectives de croissance mondiale

Partagez
Noter cette article :

Selon les dernières Perspectives économiques intermédiaires de l’OCDE, la faible progression des échanges et les distorsions du système financier exacerbent la lenteur de la croissance économique mondiale.

Selon les prévisions, l’économie mondiale devrait croître moins rapidement qu’en 2015, seule une légère accélération étant attendue en 2017. Dans ses Perspectives, l’OCDE alerte sur le fait que le monde est pris au piège de la croissance molle, la médiocrité des anticipations de croissance bridant encore davantage les échanges, l’investissement, la productivité et les salaires.

Ces dernières années, le taux de croissance du commerce mondial a diminué de moitié par  rapport à la période pré-crise, et a encore décliné ces derniers trimestres, avec une faible progression des échanges concentrée en Asie. Si le niveau peu élevé de l’investissement a joué un rôle, le rééquilibrage à l’œuvre en Chine et le retournement du développement des chaînes de valeur mondiales pourraient initier un ralentissement permanent de la croissance des échanges, ce qui pèserait sur les gains de productivité. Les avancées insuffisantes – voire la régression – de l’ouverture des marchés mondiaux aux échanges ont amplifié cette décélération.

Les taux d’intérêt exceptionnellement bas – voire négatifs – faussent le fonctionnement des marchés de capitaux et accentuent les risques à l’échelle du système financier dans son ensemble. La déconnexion entre la hausse des prix des obligations et des actions et entre la détérioration des anticipations de bénéfices et de croissance, conjuguée à la surchauffe des marchés immobiliers dans de nombreux pays, accentue la vulnérabilité des investisseurs en cas de forte correction des prix des actifs.

« Le ralentissement prononcé des échanges internationaux met en relief les préoccupations relatives à la santé de l’économie et les difficultés à s’extraire du piège de la croissance molle, » a déclaré Mme Catherine Mann, Chef économiste de l’OCDE. « Si la faiblesse de la demande contribue assurément au ralentissement des échanges, l’absence de soutien politique en faveur de politiques commerciales dont les bienfaits pourraient être largement partagés est très préoccupante.

« Les États sollicitent beaucoup trop la politique monétaire. Ils doivent mettre en œuvre des politiques budgétaires et structurelles pour réduire le recours excessif aux banques centrales et assurer des opportunités et la prospérité aux générations futures. »

Selon les prévisions de l’OCDE, la croissance de l’économie mondiale sera de 2.9 % cette année et de 3.2 % en 2017, soit un taux bien inférieur aux moyennes de long terme qui se situent autour de 3¾ pour cent.

La légère révision à la baisse des perspectives mondiales depuis la parution des dernières Perspectives économiques de l’OCDE en juin 2016 s’explique par la dégradation des prévisions pour 2017 concernant de grandes économies avancées – le Royaume-Uni notamment – contrebalancée par l’amélioration progressive de l’activité des producteurs de matières premières d’économies émergentes de premier plan.

La croissance des plus importantes économies avancées sera modérée. Aux États‑Unis, où la forte progression de la consommation et de l’emploi est neutralisée par l’atonie de l’investissement, la croissance s’établira, d’après les estimations, à 1.4 % cette année et à 2.1 % en 2017. La croissance de la zone euro devrait atteindre 1.5 % en 2016 et 1.4 % en 2017. En Allemagne, elle devrait être de 1.8 % en 2016 et de 1.5 % en 2017 et, en 2016 et 2017, de 1.3 % en France et de 0.8 % en Italie.

Au Royaume‑Uni, la croissance a marqué le pas depuis la décision des Britanniques de quitter l’UE lors du référendum du 23 juin. En dépit des mesures vigoureuses prises par la Banque d’Angleterre, qui ont contribué à stabiliser les marchés, les incertitudes demeurent très vives et les risques sont sans équivoque orientés à la baisse. Dans ces conditions, la croissance du Royaume‑Uni devrait s’établir à 1.8 % en 2016 et 1 % en 2017, soit un taux bien inférieur à celui de ces dernières années.

Au Japon, la croissance restera faible et en demi‑teinte pour se situer à 0.6 % en 2016 et 0.7 % en 2017, l’appréciation du yen et la torpeur des échanges en Asie pesant sur les exportations. Au Canada, elle devrait s’élever à 1.2 % cette année et 2.3 % en 2017.

La Chine devrait continuer à faire face à des difficultés à mesure qu’elle rééquilibre son économie, se détournant d’une demande tirée par le secteur manufacturier au profit des biens de consommation et des services. La croissance chinoise devrait atteindre 6.5 % en 2016 et 6.2 % en 2017. L’Inde poursuivra sa forte croissance avec 7.4 % en 2016 et 7.5 % en 2017. Malgré quelques améliorations, l’économie du Brésil continuera de s’enfoncer dans une profonde dépression, régressant de 3.3 % cette année et de 0.3 % de plus en 2017.

Dans ses Perspectives économiques intermédiaires, l’OCDE préconise une nouvelle fois de réagir en concertation et plus vigoureusement pour doper la croissance à l’aide des politiques budgétaires, structurelles et commerciales. Sur le front des finances publiques, la faiblesse des taux d’intérêt offre aux États une nouvelle marge de manœuvre budgétaire pour investir dans le capital humain et les infrastructures physiques afin de stimuler la demande à court terme, la production à long terme et la cohésion sociale.

En ce qui concerne la situation structurelle, des politiques plus ambitieuses sont nécessaires, en particulier celles qui stimulent les échanges, comme les engagements à maintenir un statu quo des mesures protectrices, à supprimer celles qui sont en place et à s’attaquer d’urgence aux autres obstacles aux échanges et à l’investissement.

Télécharger le document

Mar. 27 sept. 2016 - Project Syndicate - La tendance économique est notre alliée

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié un article de J. Bradford DeLong, professeur d'économie à l'Université de Californie à Berkeley, associé de recherche au National Bureau of Economic Research, et ancien sous-secrétaire adjoint américain au Trésor dans l'administration Clinton, sur le thème de la situation économique mondiale.

Depuis quelque temps, la situation du monde est synonyme de profond désenchantement. De sombres forces associées au fanatisme et à une foi meurtrière sont en effet de retour – forces que nous autres Occidentaux pensions pour la plupart éteintes depuis 1750. Elles sont par ailleurs rejointes et renforcées par un nationalisme, une intolérance et un racisme que nous pensions disparus dans les ruines de Berlin en 1945.

La croissance économique est elle aussi profondément décevante depuis 2008. Aucun scénario raisonnable ne permet d'espérer un monde meilleur pour les quelque cinq prochaines années. De même, l'incapacité des institutions internationales à produire une prospérité croissante vient mettre à mal cette confiance et cette espérance qui, en des temps plus cléments, auraient permis de neutraliser les mentalités destructrices de notre époque.

Il est compréhensible que le pessimisme gagne aujourd'hui facilement les esprits – mais peut-être trop facilement. En effet, une vision inverse, enthousiaste et optimiste est possible : si nous songeons à la croissance économique mondiale non pas à un horizon de seulement cinq ans, mais sur les 30 à 60 prochaines années, le tableau apparaît beaucoup plus favorable...

Télécharger le document

Lien de secours

Mots-clés : Project Syndicate

Mar. 27 sept. 2016 - BdF - Crédits dans les régions françaises : juillet 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié les chiffres relatifs aux crédits dans les régions françaises pour le mois de juillet 2016.

La centralisation financière des dépôts et crédits recense, sur une base conventionnelle, les opérations traitées par environ 300 banques adhérentes à la Fédération bancaire française, pour le compte de leur clientèle non financière (résidente et non résidente). Ne participent à cette centralisation ni les sociétés financières ni les institutions financières spécialisées.

La centralisation est élaborée en fonction de l'implantation géographique des guichets ayant traité les opérations et est agrégée par département de la France métropolitaine.

Les variations des données d’un mois sur l’autre peuvent refléter les modifications affectant les réseaux bancaires, ainsi que la titrisation de certains crédits.

Pour les dépôts bancaires de la clientèle non financière : Juillet 2016

Pour les crédits : Juillet 2016

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 26 sept. 2016 - AMF - Étude sur les barrières à la distribution transfrontière des fonds d’investissement en Europe

Partagez
Noter cette article :

L'autorité des marchés financiers a publié une étude sur les barrières à la distribution transfrontière des fonds d’investissement en Europe.

Si le grand nombre de passeports européens dans la gestion d’actifs témoigne du succès du dispositif, l’étude de l’AMF souligne qu’il reste encore certains obstacles à la distribution des fonds d’investissement et propose des pistes pour développer l’offre transfrontière en Europe et la confiance des investisseurs.

Dans le cadre de son initiative en faveur d’une Union des marchés de capitaux, la Commission européenne s’est fixée pour objectif de créer un véritable marché européen des services de détail, en offrant aux consommateurs un plus large choix en matière de placements financiers. Résolument engagée dans le débat européen, l’Autorité des marchés financiers a souhaité apporter un éclairage sur les freins éventuels à la distribution transfrontière des fonds d’investissement en Europe.

Dans une étude intitulée « Distribution transfrontière des fonds en Europe: identifier les barrières à l’entrée et améliorer la confiance des investisseurs », l’AMF dresse un panorama des passeports accordés. Leur nombre (80% des OPCVM et 40% des FIA européens ont un passeport transfrontière en 2016 selon la Commission européenne) témoigne du succès de ce sésame, qui permet aux fonds européens d’être vendus dans d’autres pays. Les frais annuels liés à l’obtention du passeport apparaissent très faibles au regard de l’activité des fonds : ils représentent de 0% à 0,0016% du montant moyen des actifs sous gestion.

Si les passeports sont nombreux, ils ne sont pas toujours synonymes d’une réelle commercialisation des fonds dans les pays ciblés par les sociétés de gestion. L’étude identifie un certain nombre de freins à cette distribution transfrontière : les préférences des réseaux de distribution pour leurs propres produits, la nécessaire adaptation au profil du consommateur local, la fiscalité et un biais national du consommateur.

Forte de ces conclusions, l’AMF propose trois pistes pour développer l’offre transfrontière de fonds d’investissement tout en protégeant les consommateurs européens :

  • Promouvoir une distribution en architecture ouverte et la convergence des règles de commercialisation ;
  • Renforcer la confiance des épargnants en permettant à l’autorité locale de surveiller la publicité des produits financiers vendus sur son territoire ;
  • Ouvrir le débat sur le contrôle des actes de commercialisation réalisés depuis l’étranger.

Etude - Distribution transfrontière des fonds en Europe : identifier les barrières à l'entrée et améliorer la confiance des investisseurs

Synthèse de l'étude - Union des marchés de capitaux : Distribution transfrontière des fonds en Europe : identifier les barrières à l'entrée et améliorer la confiance des investisseurs

Trois propositions pour développer les investissements transfrontières en Europe

 

Lun. 26 sept. 2016 - AFT - Émission de l'AFT : 5,999 milliards d'OAT

Partagez
Noter cette article :

L’Agence France Trésor a procédé à l’adjudication de l'OAT 0,00% 25 février 2019 et de l'OAT 0,00% 25 mai 2021.

Vous trouverez ci-dessous le détail de ces adjudications.
Le montant total adjugé est susceptible d’être augmenté avec les offres non compétitives 2 (ONC2), qui auront lieu vendredi 16 septembre 2016.
OAT 0,00% 25 février 2019
Volume demandé : 8,220 milliards d'euros
Volume adjugé : 3,154 milliards d'euros
Prix limite : 101,34%
Pourcentage adjugé au prix limite : 30,00%
Taux de couverture (volume demandé / volume adjugé) : 2,61
Taux moyen pondéré : -0,55%
Prix moyen pondéré : 101,35%
Date de règlement : 19/09/2016
Code ISIN : FR0013101466

OAT 0,00% 25 mai 2021
Volume demandé : 7,725 milliards d'euros
Volume adjugé : 2,845 milliards d'euros
Prix limite : 101,76%
Pourcentage adjugé au prix limite : 100,00%
Taux de couverture (volume demandé / volume adjugé) : 2,72
Taux moyen pondéré : -0,37%
Prix moyen pondéré : 101,77%
Date de règlement : 19/09/2016
Code ISIN : FR0013157096

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :