L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mer. 01 juil. 2015 - BdF - La forte croissance des dépôts à vue se poursuit en mai 2015

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détailles les chiffres relatifs aux évolutions monétaires en France pour le mois de mai 2015.

La forte croissance des dépôts à vue se poursuit

Le taux de croissance des placements monétaires des résidents auprès des institutions financières monétaires françaises baisse en mai (+ 4,7 % en rythme annuel, après + 5,9 % en avril).

Le taux de croissance des dépôts à vue est quasi-stable (+ 13,6 %, après + 13,7 %). La croissance des dépôts à terme inférieur à 2 ans, en baisse (+ 4,4 %, après + 7,5 %), ne compense que partiellement la décollecte des comptes sur livret, dont le rythme est inchangé à - 2,0 %. Le taux de croissance des titres d’OPC monétaires redevient négatif (- 0,3 %, après + 1,9 %). Après prise en compte des engagements et avoirs monétaires bruts vis-à-vis du reste de la zone euro, la croissance de la composante française de l’agrégat M3 se fait moins forte (+ 4,6 %, après + 6,5 %).

France : ressources monétaires des institutions financières monétaires

L’encours des avoirs monétaires (hors billets et pièces) est constitué de placements d’une durée inférieure ou égale à 2 ans que les agents détenteurs de monnaie (ménages, sociétés non financières, administrations publiques hors administration centrale, sociétés d’assurance, OPC non monétaires, entreprises d’investissement et organismes de titrisation, pour l’essentiel) détiennent auprès des institutions financières monétaires (établissements de crédit, sociétés de financement, Caisse des dépôts et consignations, OPC monétaires et banque centrale).

Les comptes sur livrets comprennent les livrets A, les livrets de développement durable, les comptes d’épargne logement, les livrets d’épargne populaire, les livrets jeunes et les livrets ordinaires. L’épargne réglementée est en partie centralisée au Fonds d’épargne géré par la Caisse des dépôts et consignations et ne fait ainsi que transiter par les bilans des banques. À fin mai 2015, au sein des 613 milliards de comptes sur livrets, 243 milliards sont estimés être centralisés au Fonds d’épargne. Les pensions sont des opérations d’achats temporaires de titres par la clientèle (notamment entreprises, assurances et OPC non monétaires). Les titres de créance à moins de deux ans comprennent principalement des certificats de dépôts émis par les banques françaises et souscrits par des clients qui n’ont pas la qualité d’établissement de crédit ou d’OPC monétaires.

Les taux de croissance des encours sont calculés en corrigeant les variations d’encours des effets ne résultant pas de transactions économiques, en particulier des corrections d’erreurs de classement, mais pas des effets de change.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 01 juil. 2015 - ABE - Rapport d’activité 2014 du Groupement des Cartes Bancaires CB

Partagez
Noter cette article :

ABE Info Service, site édité par la Banque de France, a publié le rapport d’activité 2014 du Groupement des Cartes Bancaires CB.

Le groupement des cartes bancaires (CB) a publié son rapport d’activité avec quelques chiffres clés pour l’année 2014.

9,14 milliards de paiements ont été faits pour un montant total de 420,1 milliards d’euros ( + 4,5% par rapport à 2013).

616,7 millions de paiements en ligne ont été passés en 2014 pour un montant de 55,2 milliards d’euros.

62,8 millions de cartes CB sont en circulation en 2014 soit une augmentation de 1,7% en 2014.

Mer. 01 juil. 2015 - Tracfin - Utilisation frauduleuse de l'identité de Tracfin

Partagez
Noter cette article :

La cellule de renseignement financier, Tracfin, lutte contre le blanchiment, les fraudes aux finances publiques et le financement du terrorisme, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce avoir relevé de nombreuses utilisation frauduleuse de son identité.

Des cas d’utilisations frauduleuses de l’identité de Tracfin, par contact téléphonique et par courrier électronique, ont été récemment détectés par des déclarants.

Afin d’éviter tout contact avec des personnes non habilitées à recevoir vos déclarations ou informations, nous vous invitons, en cas de doute sur votre correspondant, à vérifier les points suivants :

  • En cas de doute sur un correspondant dont le contact a été établi par téléphone : appelez le standard du Service dont le numéro est accessible sur le site institutionnel de Tracfin (www.economie.gouv.fr/tracfin). Vous serez ainsi redirigé vers l’agent du Service susceptible de vous avoir contacté.
  • En cas de correspondance par courrier électronique, vérifiez que l’adresse de votre correspondant est dotée du suffixe « @finances.gouv.fr .

Pour tout échanges avec le Service Tracfin, nous vous invitons à privilégier la plateforme sécurisée ERMES (https://tracfin.finances.gouv.fr) afin de garantir au mieux leur confidentialité.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 01 juil. 2015 - Project Syndicate - Le leurre de la bonne gouvernance

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Jomo Kwame Sundaram, coordonnateur du développement économique et social de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, et de Michael T. Clark, Conseiller spécial sur la gouvernance internationale au sein de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, sur le thème du leurre de la bonne gouvernance.

Le développement économique et une gouvernance améliorée viennent souvent de pair.

Pourtant, contrairement à la croyance générale, il y a peu d’indications que le succès de la mise en vigueur des réformes de gouvernance entraîne un développement économique et social accéléré et inclusif.

En fait, il est fort probable que ce soit l’inverse...

Consulter l'article

Lien de secours

Mer. 01 juil. 2015 - OFCE - C’est quoi une économie de gauche ? (Ou pourquoi les économistes sont en désaccord)

Partagez
Noter cette article :

L'OFCE, le centre de recherche en économie de Sciences-Po, a publié l'article de Guillaume Allègre, sur le thème "C’est quoi une économie de gauche ?".

C’est quoi une économie de gauche ? Dans une tribune publiée dans Libération le 9 Juin 2015 (« la concurrence peut servir la gauche », Jean Tirole et Etienne Wasmer répondent qu’être progressiste c’est « partager un socle de valeurs et d’objectifs redistributifs ». Or, comme le soulignent très justement Brigitte Dormont, Marc Fleurbaey et Alain Trannoy (« Non, le marché n’est pas l’ennemi de la gauche », Libérationdu 11 Juin 2015), réduire le progressisme à la redistribution des revenus est un peu court. Une politique économique de gauche doit aussi se préoccuper de cohésion sociale, de participation à la vie en société, d’égalisation de tous les pouvoirs, objectifs auxquels on peut ajouter la défense de l’environnement et, plus généralement, le juste héritage légué aux générations à venir. Paradoxalement, si la gauche ne doit pas a priori rejeter des solutions de marché (notamment la mise en place d’un marché carbone), la dé-marchandisation des relations fait également partie du socle des valeurs de gauche.

Les auteurs de ces deux tribunes insistent sur le fait que ce sont les fins qui comptent et non les moyens : le marché et la concurrence peuvent servir des objectifs progressistes. Ceci n’est pas une idée neuve. Les marchands du XVIIIe siècle avaient déjà compris que la détention d’un monopole privé pouvait leur permettre d’amasser des grandes fortunes. Tirole et Wasmer utilisent des débats plus récents, et notamment la question des taxis, du logement, du Smic, de la régulation du marché du travail et des frais d’inscription à l’université.

Leur conclusion, un brin pro domo est premièrement qu’il faut davantage d’évaluations indépendantes et deuxièmement qu’il faut former les élus et les hauts fonctionnaires à l’économie.

Consulter l'article

Lien de secours

Mar. 30 juin 2015 - AMF - Guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié son guide sur les régimes de commercialisation des OPCVM et des FIA en France.

L’AMF, soucieuse d’accompagner les acteurs de la gestion dans un environnement juridique sécurisé, a décidé de publier un guide sur les régimes d’autorisation de commercialisation des OPCVM et FIA en France qui recense les dispositions applicables. Il est précisé que le présent Guide ne traite pas des procédures de commercialisation de parts ou actions de FIA issues des règlements (UE) n° 345/2013 et n° 346/2013 du Parlement européen et du Conseil du 17 avril 2013 relatifs aux fonds de capital-risque européens et aux fonds d’entrepreneuriat social européens.

Lorsqu’il est envisagé qu’il y ait commercialisation en France d’un OPCVM ou d’un FIA, les règles rappelées dans le présent Guide sont applicables, sans préjudice du respect des autres dispositions, spécialement celles concernant les règles de bonne conduite (cf. par exemple l’instruction AMF - DOC 2008-04 ou la position AMF - DOC 2010-05) ou encore celles sur le démarchage bancaire ou financier.

Ce Guide sera mis à jour en tant que de besoin.

Par méthode, le terme « société de gestion de portefeuille » désigne la société de gestion de portefeuille agréée en France, le terme « société de gestion » désigne la société de gestion agréée dans un Etat membre de l’Union européenne autre que la France et le terme « gestionnaire » désigne le gestionnaire établi dans un pays tiers.

Lien de secours

Mar. 30 juin 2015 - ABE - Les ministères économiques et financiers mettent à disposition l'application Budgetek

Partagez
Noter cette article :

ABE Info Service, site édité par la Banque de France, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce que les ministères économiques et financiers ont mis à disposition l'application Budgetek.

Les ministères économiques et financiers ont développés l'application mobile Budgetek qui donne accès à de nombreuses informations concernant la finance.

Budgetek permet de consulter les projets de lois de finances déposés par le Gouvernement et les lois de finances votées par le Parlement (loi de finances initiale ; loi de finances rectificative en cours d’année ; loi de règlement du budget et d’approbation des comptes), ainsi que l’ensemble des documents qui leur sont annexés.

Vous trouverez sur l'application :

  • Les projets de lois de finances :
    • PLPFP projet de loi de programmation des finances publiques ;
    • PLF : projet de loi de finances ;    
    • PLFR : projet de loi de finances rectificative ;
    • PLR : projet de loi de règlement.
  • Les lois de finances
    • loi de programmation des finances publiques ;
    • lois de finances initiales ;
    • collectifs budgétaires ;
    • lois de règlement du budget et d’approbation des comptes.
  • Et tous leurs documents annexés    
    • Projets annuels de performances (PAP) ;
    • Rapports annuels de performances (RAP) ;
    • Jaunes budgétaires (crédits concourant à la réalisation d’une politique publique)…

Cette application est disponible sur smartphones et tablettes via l’App Store et Google Play.

Mar. 30 juin 2015 - Project Syndicate - Mettre l'Europe à l'abri de la tempête

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Mohamed A. El-Erian, conseiller économique en chef d'Allianz et membre de son Comité exécutif international, président du Conseil de développement global du président américain Barack Obama et ancien PDG et co-chef des placements de PIMCO, sur le thème des sombres nuages qui obscurcissent l'avenir économique de l'Europe

En effet, trois tempêtes distinctes convergent : la crise grecque, l'incursion de la Russie en Ukraine et la montée des partis populistes.

Bien que chacune constitue une menace considérable, l'Europe aidée par la récente reprise conjoncturelle est en mesure d'y répondre individuellement, sans autre risque qu'une série de perturbations passagères.

Toutefois si ces trois phénomènes devaient converger en une sorte de « tempête parfaite », un retour à l'embellie serait alors extrêmement difficile à prévoir...

Consulter l'article

Lien de secours

Mots-clés : Project Syndicate

Mar. 30 juin 2015 - BCE - La liquidité d'urgence (Emergency Liquidity Assistance - ELA) accordée aux banques grecques est maintenue à son niveau actuel

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce que la liquidité d’urgence (Emergency liquidity assistance - ELA) accordée aux banques grecques est maintenue à son niveau actuel.

Le Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne accueille favorablement l’engagement des ministres des pays participant à la zone euro à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer encore la capacité de résistance des économies de la zone euro et à se tenir prêts à agir résolument en faveur du renforcement de l’Union économique et monétaire.

À la suite de la décision des autorités grecques d’organiser un référendum et de la non-prolongation du programme d’ajustement de l’UE pour la Grèce, le Conseil des gouverneurs signale qu’il coopérera étroitement avec la Banque de Grèce pour assurer la stabilité financière.

Au vu des circonstances actuelles, le Conseil des gouverneurs a décidé de maintenir le plafond de la fourniture de liquidités d’urgence aux banques grecques au niveau décidé vendredi (26 juin 2015).

Le Conseil des gouverneurs se tient prêt à réexaminer sa décision.

Mario Draghi, président de la BCE, a déclaré : « Nous continuons de travailler étroitement avec la Banque de Grèce et nous soutenons fermement l’engagement des pays de la zone euro à prendre des mesures pour remédier aux fragilités des économies de la zone. »

Pour sa part, Yannis Stournaras, gouverneur de la Banque de Grèce, a indiqué que : « La Banque de Grèce, en tant que membre de l’Eurosystème, prendra toutes les mesures nécessaires au maintien de la stabilité financière en faveur des citoyens grecs dans ces circonstances difficiles. »

Le Conseil des gouverneurs suit attentivement la situation sur les marchés financiers ainsi que leurs implications potentielles pour l’orientation de la politique monétaire et pour la balance des risques pesant sur la stabilité des prix dans la zone euro. Le Conseil des gouverneurs est déterminé à utiliser tous les instruments disponibles dans le cadre de son mandat.

Points clés :

  • La BCE prend note de la décision relative à la tenue d’un référendum en Grèce et de la non-prolongation du programme d’ajustement de l’Union européenne.
  • La BCE coopérera étroitement avec la Banque de Grèce pour préserver la stabilité financière
  • La liquidité d’urgence est maintenue à son niveau du vendredi 26 juin 2015
  • Le Conseil des gouverneurs se tient prêt à réexaminer sa décision
  • Le Conseil des gouverneurs suit attentivement la situation et ses implications potentielles pour l’orientation de la politique monétaire

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 30 juin 2015 - CVMO - Les autorités en valeurs mobilières du Canada simplifient les obligations d’information pour les placements privés de titres étrangers auprès de certains investisseurs canadiens

Partagez
Noter cette article :

La Commission des valeurs mobilières de l’Ontario a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce la mise en œuvre de modifications au Règlement 33-105 sur les conflits d’intérêts chez les placeurs. En outre, sont publiés concurremment aujourd’hui dans leur forme définitive le Règlement 45-107 sur les dispenses relatives à la déclaration d’inscription à la cote et à la communication des droits d’action prévus par la loi, des modifications à la Rule 45‑501, Ontario Prospectus and Registration Exemptions, de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et une modification à l’Annexe 45‑106A1, Déclaration de placement avec dispense, applicable en Ontario uniquement.

Ensemble, ces modifications prévoient une dispense restreinte de certaines obligations d’information pour les placements privés de titres étrangers effectués au Canada auprès de clients autorisés, soit généralement des investisseurs avertis, souvent des investisseurs institutionnels.

Les modifications visent à supprimer l’obligation d’établir une « chemise » (mieux connue sous la désignation anglaise « wrapper ») lorsque des émetteurs étrangers placent des titres au Canada auprès de clients autorisés sous le régime d’une dispense de prospectus. La chemise renferme l’information obligatoire au Canada et toute autre information optionnelle, et est jointe au début du document de placement étranger.

« Ces modifications allégeront le fardeau réglementaire associé aux placements privés de titres étrangers au Canada et visent à donner accès aux investisseurs avertis à un plus vaste éventail d’occasions de placement », a déclaré Louis Morisset, président des ACVM et président-directeur général de l’Autorité des marchés financiers.

Les trois séries de modifications sont apportées dans le but d’inscrire dans la réglementation certaines dispenses discrétionnaires accordées par le passé à des courtiers qui participaient à des placements privés de titres étrangers au Canada. Sous réserve de l’approbation des ministres compétents, les modifications entreront en vigueur le 8 septembre 2015.

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :