L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Jeu. 28 mai 2015 - Project Syndicate - Du financement pour le développement doté de caractéristiques chinoises ?

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Richard Kozul-Wright, Directeur de la Division de la mondialisation et des stratégies de développement à la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, et de Daniel Poon, officier des affaires économiques à la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, sur le thème du financement pour le développement doté de caractéristiques chinoises.

Après une dernière bourrasque d’adhésions pour devenir membre fondateur de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures, l’attention porte maintenant sur le processus de formulation des règles et statuts de la BAII lancée par la Chine. Mais des questions importantes demeurent – la plus importante étant si la BAII est une rivale potentielle ou un complément bienvenu aux institutions financières multilatérales actuelles comme la Banque mondiale.

Puisque la Chine et 20 pays, surtout d’Asie, ont signé le protocole d’entente initial de la BAII en octobre dernier, 36 autres pays – dont l’Australie, le Brésil, l’Égypte, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Indonésie, l’Iran, l’Israël, l’Italie, la Norvège, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, la Corée du Sud, la Suède, la Suisse, la Turquie et le Royaume-Uni – se sont ralliés à titre de membres fondateurs...

Consulter l'article

Lien de secours

Mots-clés : Banque mondiale, Banque

Jeu. 28 mai 2015 - AMF - Arrêté du 5 mai 2015 portant homologation de modifications du règlement général de l'Autorité des marchés financiers

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié l'arrêté du 5 mai 2015 portant homologation de modifications du règlement général de l'Autorité des marchés financiers.

L’arrêté du 5 mai, publié au Journal officiel du 14 mai 2015, concerne une modification du livre V du règlement général de l’AMF fixant, conformément à la loi de séparation et de régulation activités bancaires du 26 juillet 2013, les mesures d’application relatives à l’encadrement des marchés d’instruments financiers dont le sous-jacent est une matière première agricole.

Les limites de position mentionnées à l’article 580-1 du règlement général seront applicables à partir du 1er juillet 2015.

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 28 mai 2015 - OCDE - Afrique : libérer le potentiel des économies locales est essentiel à une croissance plus inclusive

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié les résultats des dernières Perspectives économiques en Afrique 2015.

Avec une population qui devrait doubler à l’horizon 2050, le continent africain devra impérativement moderniser les économies locales pour renforcer sa compétitivité et rehausser le niveau de vie de ses habitants, selon les Perspectives économiques en Afrique 2015, publiées à l’occasion des 50e Assemblées annuelles du Groupe de la Banque africaine de développement. 

Surpassant la plupart des autres régions malgré la crise financière, les économies africaines enregistreront une croissance de 4,5 % en 2015 et pourraient même atteindre les 5 % en 2016, convergeant ainsi avec les taux actuellement observés en Asie. Cependant, le tassement des cours du pétrole et des matières premières, les incertitudes à l’échelle mondiale, les conséquences de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest et l’instabilité de la vie politique intérieure pourraient retarder le retour prévu aux niveaux de croissance d’avant 2008.

Selon les prévisions, l’investissement direct étranger (IDE) devrait s’établir à 73,5 milliards de dollars (USD) en 2015, à la faveur de l’augmentation des investissements de la Chine dans des projets entièrement nouveaux. La Chine demeure le principal partenaire commercial de l’Afrique, après l’Union européenne. Ce rapport fait également état d’une progression des flux d’IDE intra-africains et vers les autres régions du monde. Les entreprises sud-africaines sont les premiers investisseurs sur le continent.

 « Les pays africains témoignent d’une grande résilience face à l’adversité économique mondiale. Pour que la croissance à venir soit durable et source de transformations, il faudra que ses bienfaits soient partagés plus équitablement au sein de la population et que les pays continuent d’appliquer des politiques favorisant la stabilité économique », a déclaré Steve Kayizzi-Mugerwa, Chef Économiste et Vice-président par intérim de la Banque africaine de développement.

En Afrique, les niveaux de développement humain s’améliorent depuis 2000 et 17 des 52 pays du continent ont atteint un niveau de développement intermédiaire ou élevé. Cependant, les taux de pauvreté demeurent obstinément élevés tandis que les progrès de la santé, de l’éducation et des revenus sont inégaux. D’immenses inégalités persistent entre et à l’intérieur des pays, et aussi entre femmes et hommes. Dans de nombreuses zones, la faiblesse de la productivité et de l’investissement, l’absence d’infrastructures et de réseaux ruraux-urbains ainsi que la pénurie d’emplois en dehors du secteur agricole freinent les avancées économiques et le développement.

L’explosion démographique du continent exacerbe ces défis. D’ici à 2050, tant les villes que les communautés rurales auront vu leur population faire un bond considérable, et les campagnes compteront, selon les estimations, 400 millions d’habitants supplémentaires.

Ainsi, le rapport montre qu’au cours des 15 prochaines années, 370 millions de jeunes entreront sur le marché du travail en Afrique subsaharienne, ce qui nécessitera de créer beaucoup plus d’emplois et d’opportunités d’épargne et d’investissement. De plus, cette croissance démographique, conjuguée au changement climatique, exercera des pressions accrues sur les ressources naturelles telles que l’alimentation, l’eau et la terre. 

Projections de croissance de la main-d’œuvre en Afrique subsaharienne, en Afrique du Nord, en Chine, en Inde, en Europe et aux États-Unis, 2010-2050

Le rapport estime que les efforts déployés dans le passé pour promouvoir le développement territorial via l’aménagement du territoire, le développement de l’infrastructure et la décentralisation, sont dispersés et ont eu un effet limité. En conséquence, les territoires africains, qui renferment des bassins hydrographiques, des zones frontalières et d’importants corridors entre zones urbaines et rurales, ne concrétisent pas leur potentiel.

« Les économies africaines pourraient tirer parti de la mobilisation du potentiel immense et largement inexploité de leurs divers territoires. Si l’on place les personnes et les lieux au centre de l'élaboration des politiques, on peut améliorer la compétitivité de l’Afrique et le bien-être de ses habitants », a déclaré Mario Pezzini, Directeur du Centre de développement de l’OCDE.

La transformation des économies nécessitera d’explorer des secteurs plus productifs, en encourageant les activités manufacturières, en développant les services, en élaborant des stratégies pour la croissance verte ou en modernisant le secteur agricole.

En outre, pour surmonter les inégalités spatiales, il faudrait mettre en œuvre des politiques transsectorielles, par exemple en diversifiant les économies rurales et en les reliant aux villes, par le biais des chaînes de valeur et des corridors commerciaux. Mais aussi en mobilisant le financement intérieur, en développant les transports et les communications et en investissant dans les services sociaux de base.

« Une croissance inclusive et durable constitue un aspect fondamental du programme de développement pour la transformation économique et sociale de l’Afrique de l’après-2015 », a déclaré Abdoulaye Mar Dieye, Directeur du Bureau régional pour l’Afrique au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). « Nous devons investir dans le renforcement des opportunités économiques, y compris au niveau local. En particulier pour les jeunes femmes et les jeunes hommes qui sont les architectes de l’Afrique de demain. »

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 28 mai 2015 - FFSA - Assurance vie : collecte nette positive en avril 2015

Partagez
Noter cette article :

Le Fédération Française des Sociétés d'Assurances a publié les chiffres de la collecte nette en assurance-vie pour le mois d'avril 2015.

Le montant des cotisations collectées par les sociétés d'assurances en cumul depuis le début de l’année est de 46.8 milliards d'euros (44.5 milliards d'euros sur même période en 2014). Les versements sur les supports unités de compte représentent 9.9 milliards d’euros depuis le début de l’année (+ 46 % par rapport à la même période en 2014), soit 21 % des cotisations en 2015 selon les chiffres de la FFSA et du GEMA.

Les prestations versées par les sociétés d'assurances sur la même période s'élèvent à 38 milliards d'euros (36.8 milliards d'euros sur les quatre premiers mois de 2014).

La collecte nette s'établit à 8.8 milliards d'euros depuis le début de l'année.

Pour le mois d’avril 2015, la collecte nette s'établit à 2.3 milliards d'euros.

L’encours des contrats d’assurance-vie (provisions mathématiques + provisions pour participation aux bénéfices) s’élève à 1 558.7 milliards d’euros à fin avril 2015.

Évolution mensuelle des cotisations (Estimations : vie et capitalisation - affaires directes - en milliards d'euros)

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Jeu. 28 mai 2015 - AFG - L'ESMA vient de publier une "Opinion" sur l'impact d'EMIR sur les UCITS

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié une "Opinion" sur l'impact d'EMIR sur les UCITS.

L'ESMA vient de publier une "Opinion" sur l'impact d'EMIR sur les fonds UCITS. Dans ce document, l'ESMA appelle de ses voeux une modification de la directive UCITS afin de prendre en compte les obligations de compensation pour certains types de transactions sur dérivés de gré à gré dans le cadre d'EMIR.

 

 

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 27 mai 2015 - SEC - 55 millions de dollars d'amende contre Deutsche Bank

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission, l'Autorité de marché des États-Unis a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce la condamnation de la Deutsche Bank pour avoir minimisé des pertes éventuelles liées à des produits financiers complexes au plus fort de la crise de 2008.

La SEC accuse le premier établissement financier allemand de ne pas avoir indiqué dans ses rapports l'impact négatif qu'aurait pu entraîner un portefeuille fort risqué de produits dérivés adossés. Les pertes auraient pu se chiffrer en milliards de dollars si la banque n'avait pas cédé à temps les titres en question, assure la SEC.

"La banque ne reconnaît ni ne dément les accusations" de la SEC, a réagi Deutsche Bank dans un communiqué distinct, soulignant qu'elle avait coopéré pendant toute la durée de l'enquête.

La banque affirme par ailleurs que depuis la crise, elle a augmenté et amélioré ses procédures et contrôles internes afin de mieux évaluer la valeur des actifs non liquides.

L'accord annoncé mardi solde ce litige. La Deutsche Bank a accepté de payer 55 millions de dollars d'amende pour clore ce litige.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 27 mai 2015 - FINMA - Appel dans le cadre de la lutte contre l'organisation terroriste "Etat Islamique"

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse, a publié un communiqué de presse dans lequel elle fait le point sur la lutte contre l'organisation terroriste "Etat Islamique".

Dans le cadre de la lutte contre l'organisation terroriste se faisant appeler "Etat islamique" (EI), le Groupe d'action financière GAFI a créé un groupe de travail afin d'investiguer sur les sources de financement de l'EI, sur les flux financiers et sur l'utilisation des moyens financiers au niveau international, en tenant compte du régime de sanctions de l'ONU existant et des nouvelles résolutions 2170 du 14 août 2014 et 2178 du 24 septembre 2014 du Conseil de sécurité de l'ONU.

La résolution 2170 du Conseil de sécurité de l'ONU traite des sources de financement de l'EI, c'est-à-dire de la vente de pétrole brut, des kidnappings et du négoce de métaux précieux, de drogues et d'armes ainsi que d'autres biens avec des organisations et personnes inscrites sur des listes de sanctions. La résolution 2178 prévoit entre autres que le financement des "foreign terrorist fighters" soit passible de sanctions pénales. Cela comprend également les actions de préparation à des voyages et les activités qui y sont liées.

Le 12 février 2015, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté la résolution 2199. Le paragraphe opérationnel 23 de cette résolution contient la déclaration suivante:

" Urges Member States to take steps to ensure that financial institutions within their territory prevent ISIL, ANF or other individuals, groups, undertakings or entities associated with Al-Qaida from accessing the international financial system".

Le 27 février 2015, le GAFI a, lui, publié sur sa page Internet le rapport sur le financement des activités de l'association terroriste "Etat islamique" ainsi qu'un communiqué à ce sujet. Le rapport démontre de quelle manière l'EI finance ses activités et utilise ces ressources financières.
 
Le rapport fait notamment référence à l'utilisation d'"electronic funds transfers" (EFTs), c'est-à-dire de virements électroniques de fonds par voie bancaire. Il mentionne aussi l'utilisation d'autres canaux de transactions, dans le cadre de la transmission de fonds et de valeurs grâce à des money value transfers systems (MVTS), vers des régions géographiquement proches du terrain où se déroulent les opérations de l'EI ou en faveur de personnes inscrites sur des listes de sanctions.

La FINMA appelle tous les intermédiaires financiers, notamment les banques et les entreprises de transfert d'argent, à prendre en considération les informations ci-dessus dans le cadre du contrôle de leurs transactions. La FINMA prie également les organismes d'autorégulation reconnus d'en informer tous leurs membres actifs dans le domaine de la transmission de fonds et de valeurs.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 27 mai 2015 - Eurostat - PIB par habitant dans l’UE en 2013 : sept régionscapitales parmi les dix régions les plus prospères

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs au volume de production dans le secteur de la construction dans la zone euro pour le mois de mars 2015.

En 2013, exprimé en standards de pouvoir d'achat, le PIB régional par habitant oscillait entre 27% de la moyenne de l'UE28 dans le département français d’outre-mer de Mayotte et 325% de cette moyenne dans la région d'Inner London au Royaume-Uni.

Derrière Inner London au Royaume-Uni (325% de la moyenne), les régions qui occupaient la tête du classement des PIB régionaux par habitant en 2013 étaient le Grand-Duché de Luxembourg (258%), Bruxelles/Brussel en Belgique (207%), Hamburg en Allemagne (195%), Groningen aux Pays-Bas (187%), Bratislava en Slovaquie (184%), Stockholm en Suède (179%), l’Île de France en France (175%) et Praha en République tchèque (173%).

Après Mayotte en France (27% de la moyenne), les régions ayant le plus faible PIB par habitant se situaient toutes en Bulgarie et en Roumanie: Severozapaden (30%), Severen tsentralen (31%) ainsi que Yuzhen tsentralen (32%) en Bulgarie et Nord-Est en Roumanie (34%).

Il convient de noter cependant que, dans certaines régions, le niveau du PIB par habitant peut être fortement influencé par les flux de navetteurs. Les arrivées nettes de navetteurs dans ces régions accroissent la production à un niveau qui ne pourrait être atteint par la seule population active résidente. L’effet inverse est observé dans les régions où habitent les navetteurs.

Consulter le communiqué de press

Lien de secours

Mer. 27 mai 2015 - AMF - L'application du principe ne bis in idem dans la répression des abus de marché

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié la proposition de réforme de son groupe de travail sur l'application du principe ne bis in idem dans la répression des abus de marché.

A la suite de l’évolution récente de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme et de celle du Conseil constitutionnel, une réforme de la législation française est désormais impérative afin de restaurer le régime applicable à l’ensemble des abus de marché.

Le groupe de travail constitué par l’AMF publie le fruit de ses réflexions et propose une solution qui devrait permettre de préserver les acquis d’un système administratif qui s’est révélé très performant et adapté à la matière financière, tout en améliorant la répression pénale dans les cas qui le justifient.

Mer. 27 mai 2015 - Project Syndicate - Maintenir le cap en Europe de l’Est

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Carl Bildt, ancien ministre des Affaires étrangères de la Suède de 2006 à 2014, et ancien Premier ministre de 1991 à 1994, sur le thème du maintiens du cap en Europe de l’Est.

Alors que les dirigeants de l’Union européenne sont réunis à Riga avec les représentants des six membres du Partenariat oriental de l’UE, nombreux sont ceux à se souvenir de la réunion dramatique de Vilnius en novembre 2013, au cours de laquelle le président ukrainien de l’époque, Viktor Yanoukovitch, soumis à de fortes pressions russes, avait annoncé que son gouvernement reportait la signature de l'accord d'association Ukraine-UE, négocié entre 2007 et 2012.

On le sait, lors de son retour en Ukraine, Yanoukovitch a été confronté à des milliers de manifestants sur la place de l’indépendance, le Maïdan. Déterminés à l’obliger à honorer sa promesse de signer un accord avec l’UE et à ne pas conclure une union douanière entre l’Ukraine et la Russie, les manifestants ont mobilisé le pays. Yanoukovitch, incapable de réprimer le mouvement avec les forces de sécurité, s’est simplement enfui. Le comportement de la Russie envers l’Ukraine depuis ces événements rend le Partenariat oriental plus important que jamais...

Consulter l'article

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :