L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mar. 21 mai 2013 - NYSE - Situation globale des sociétés côtées sur le NYSE plutôt en amélioration

Partagez
Noter cette article :

NYSE-Euronext a publié un communiqué de presse dans lequel il détaille la situation globale des sociétés qui sont côtées sur le NYSE.

Les entreprises membres du New York Stock Exchange qui font affaire avec le public font état d'un bénéfice 2013 après impôts au premier trimestre de 4,2 milliards de dollars et de revenus d'environ 43 milliards de dollars, contre respectivement 4 milliards de dollars et 40,9 milliards de dollars au cours du quatrième trimestre 2012. 

Les résultats financiers comparatifs sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Revenue $43,368   $42,039   $40,975  
Expense $36,775   $34,784   $34,679  
After Tax Profit/Loss $4,285   $4,716   $4,092  
After Tax Annualized Return on Capital 6.1%   7.0%   5.9%  
Assets $4,154,335   $4,136,786   $4,169,613  
Capital and subordinated liabilities $284,107   $269,979   $280,120  
Commission Revenues $5,733   $6,005   $5,368  
Firms 164   169   165  
Profitable Firms 113   116   91  
Aggregate PreTax Earnings of Profitable Firms $6,794   $7,347   $7,549  
Unprofitable Firms 51   53   74  
Aggregate PreTax Loss of Unprofitable Firms ($201)   ($92) * ($1,253)

Résumé :

New York Stock Exchange member firms that conduct business with the public reported a first-quarter 2013 after-tax profit of $4.2 billion and revenues of approximately $43.0 billion, compared with a $4.0 billion after-tax profit on revenues of about $40.9 billion in the fourth-quarter of 2012.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Mar. 21 mai 2013 - CME - Extension des futures dans le domaine agricole

Partagez
Noter cette article :

Le CME Group, la plus importante société de bourse de contrats à termes du monde, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce l'extension des contrats à terme dans le domaine agricole.

Un nouveau SWAP agricoles relatif à l'huile de palme et libellé en dollars américains.sera introduit sur les marchés over-the-counter de CME Group.

En attendant son approbation par la CFTC, le nouveau USD Malaysian Crude Palm Oil Calendar Swap sera disponible pour la compensation sur CME ClearPort dès le 3 Juin et sera coté avec et sous réserve des règles et règlements de la CBOT.

"Contrairement à d'autres produits agricoles qui sont récoltés une fois par an, l'huile de palme et ses produits raffinés associés sont produits en continu ici, en Asie, en veillant à la nécessité d'une gestion continue des risques contre les fluctuations de prix liées à la demande et aux facteurs fondamentaux de l'offre", a déclaré Nelson Low, Directeur exécutif des produits des matières premières au sein de CME Group.

Résumé :

CME Group, the world's leading and most diverse derivatives marketplace, today announced it has expanded its centrally cleared, over-the-counter (OTC) agricultural swap offering through the introduction of a new U.S. dollar (USD)-denominated palm oil swap. Pending CFTC review, the new USD Malaysian Crude Palm Oil Calendar Swap will be available for clearing on CME ClearPort on June 3, and will be listed with and subject to the rules and regulations of the CBOT.

"Unlike other agricultural commodities that are harvested once a year, palm oil and its associated refined products are produced continuously here in Asia, ensuring the need for ongoing risk management against price swings associated with demand and supply fundamentals," said Nelson Low, Executive Director, Commodity Products, CME Group. "We're introducing these calendar swaps in response to customers in Singapore, Malaysia and around the world, who are looking for additional tools to manage counterparty risk in their underlying cash positions in crude palm oil."

The USD Malaysian Crude Palm Oil Calendar Swap is based on prices from Bursa Malaysia Derivatives' ("BMD") Crude Palm Oil futures contract ("FCPO").

"BMD's FCPO is the global price benchmark for palm oil, and together with crude palm oil options contract listed last year, BMD has provided a comprehensive suite of exchange-traded crude palm oil products. The OTC clearing for the new USD Malaysian Crude Palm Oil Calendar Swap contract complements the palm products offered by BMD and we expect greater palm liquidity for both exchanges arising from this CME Group initiative," said Chong Kim Seng, Chief Executive Officer of BMD.

As the world's leading and most diverse derivatives marketplace, CME Group (www.cmegroup.com) is where the world comes to manage risk.  CME Group exchanges offer the widest range of global benchmark products across all major asset classes, including futures and options based on interest rates, equity indexes, foreign exchange, energy, agricultural commodities, metals, weather and real estate.  CME Group brings buyers and sellers together through its CME Globex® electronic trading platform and its trading facilities in New York and Chicago.  CME Group also operates CME Clearing, one of the world's leading central counterparty clearing providers, which offers clearing and settlement services across asset classes for exchange-traded contracts and over-the-counter derivatives transactions. These products and services ensure that businesses everywhere can substantially mitigate counterparty credit risk.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Mar. 21 mai 2013 - OMS - Un tiers de la population mondiale n'a pas encore d'assainissement des eaux usées !

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation mondiale de la Santé a publié son rapport 2013 sur les progrès en matière d’assainissement et d’alimentation en eau.

Quelque 2,4 milliards de personnes, soit un tiers de la population mondiale, n’auront toujours pas accès à des services d’assainissement amélioré en 2015, d’après un rapport commun OMS/UNICEF rendu public aujourd’hui.

Selon ce rapport, intitulé Rapport 2013 sur les progrès en matière d’assainissement et d’alimentation en eau, la cible de l’Objectif no7 du Millénaire pour le développement sera manquée de 8%. La cible consiste à diviser par deux le pourcentage de la population qui n’avait pas accès à des services d’assainissement en 1990. Cela concerne un demi-milliard d’individus.

Alors que l’UNICEF et l’OMS ont pu annoncer l’an dernier que la cible OMD relative à l’eau potable avait été atteinte et même dépassée en 2010, les problèmes rencontrés pour améliorer l’assainissement et toucher ceux qui en ont besoin ont incité ces deux organismes à lancer un appel à l’action commun pour accélérer les progrès.

«Il est urgent de faire en sorte que toutes les pièces du puzzle - volonté politique, financement et leadership - soient en place pour qu’on puisse accélérer les progrès au plan mondial et atteindre la cible sur l’assainissement de l’Objectif du Millénaire pour le développement, a déclaré le Dr Maria Neira, Directrice de l’OMS pour la santé publique et l’environnement. Nous pouvons changer de direction et transformer la vie des millions de gens qui n’ont toujours pas accès à des services d’assainissement de base. Les avantages en seraient immenses pour la santé, et le bien-être et permettraient de combattre la pauvreté à sa source

Le rapport fait écho à l’urgent appel à l’action lancé par le Secrétaire général adjoint des Nations Unies Jan Eliasson, qui a demandé à la communauté internationale d’unir ses forces pour mettre fin à la défécation à l’air libre d’ici 2015. Il reste moins de trois ans pour atteindre cette cible OMD, aussi l’OMS et l’UNICEF en appellent-ils à un dernier effort pour atteindre la cible relative à l’assainissement.

«Il s’agit d’une crise non moins épouvantable qu’un gigantesque séisme ou un tsunami, affirme Sanjay Wijesekera, Directeur du programme Eau, assainissement et hygiène de l’UNICEF. Des centaines d’enfants meurent chaque jour; chaque jour, des milliers de parents pleurent leurs fils et leurs filles. Nous pouvons et devons agir face à cette colossale tragédie humaine.»

Principales conclusions

Selon les données recueillies en 2011 :

  • Près de deux tiers de la population mondiale (64 %) avaient accès à des installations sanitaires améliorées, ce qui représente 1,9 milliard d’individus en plus depuis 1990.
  • Quelque 2,5 milliards d’individus n’avaient pas accès à des installations sanitaires améliorées; 761 millions d’entre eux utilisaient des installations communes ou publiques et 693 millions des installations qui ne répondaient pas aux normes d’hygiène minimum.
  • En 2011, un milliard de personnes déféquaient encore à l’air libre et 90% des défécations à l’air libre ont lieu dans les zones rurales.
  • Fin 2011, 89% de la population mondiale utilisait une source d’eau potable améliorée et 55% avaient de l’eau courante chez eux. Cela laisse quelque 768 millions d’individus sans source améliorée d’eau potable, dont 185 millions comptent sur les eaux de surface pour leurs besoins quotidiens.
  • Il existe toujours des disparités frappantes entre ceux qui vivent en zone rurale et ceux qui habitent les villes. Les citadins comptent pour trois-quarts des individus qui ont accès à l’eau courante chez eux. Les communautés rurales abritent 83% de la population mondiale n’ayant pas accès à une source améliorée d’eau potable et 71% des personnes qui vivent sans assainissement.

Il est possible de faire des progrès plus rapides en matière d’assainissement, affirment les deux organisations. Le rapport résume une vision commune du secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène incluant les communautés de chercheurs, de défenseurs des droits de l’homme et du suivi. Dans le monde de l’après-2015, affirment-ils:

  • Personne ne devrait déféquer à l’air libre.
  • Tout le monde devrait avoir l’eau potable, de services d’assainissement et d’hygiène à la maison.
  • Toutes les écoles et tous les centres de santé devraient avoir l’eau potable, des services d’assainissement et d’hygiène.
  • L’eau, l’assainissement et l’hygiène devraient être durables.
  • Les inégalités d’accès devraient être éliminées.

Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'eau et de l'assainissement

Le Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l'eau et de l'assainissement est le mécanisme officiel du système des Nations Unies, chargé de suivre les progrès accomplis dans le monde pour atteindre les cibles des Objectifs du Millénaire pour le développement relatives à l'eau potable et l'assainissement. Les données qu’il produit permettent d’établir des liens entre l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires privées et la qualité de vie.

Consulter le rapport

Lien de secours

Mar. 21 mai 2013 - INSEE - Baisse de l'emploi dans la fonction publique en 2010 et 2011 !

Partagez
Noter cette article :

L'Institut national de la statistique et des études économiques a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce les chiffres de l’emploi dans la fonction publique entre 2010 et 2011.

Fin 2011, la fonction publique emploie 5,5 millions d’agents, y compris les bénéficiaires de contrats aidés. Hors contrats aidés, l’effectif de la fonction publique s’établit à 5,4 millions d’agents.

Dans l’ensemble de la fonction publique, les effectifs salariés (yc contrats aidés) diminuent de 0,5 % (à périmètre constant) entre fin 2010 et fin 2011 (soit -29 100 agents en un an). Hors contrats aidés, la baisse s’établit à -0,4 % (-21 200 agents). Cette baisse intervient après une relative stabilité l’année précédente.
Au total, dans la fonction publique, le volume de travail annuel en équivalent temps plein est stable entre 2010 et 2011 (5,2 millions, yc contrats aidés).

Sur un an, l’emploi recule dans la fonction publique de l’État (-2,0 % yc contrats aidés, -2,4 % hors contrats aidés). Il est en baisse dans les ministères (-3,1 % yc contrats aidés) et en hausse dans les établissements publics (+2,9 % yc contrats aidés, +1,2 % hors contrats aidés), du fait notamment des transferts d’effectifs du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche vers les universités devenues progressivement autonomes.

L’effectif de la fonction publique territoriale progresse (+0,3 % yc contrats aidés, +1,1 % hors contrats aidés) aussi bien dans les régions et départements (+0,5 % yc contrats aidés) que dans le secteur communal (+0,2 % yc contrats aidés, +1,2 % hors contrats aidés).

La hausse est plus marquée dans la fonction publique hospitalière (+1,3 % yc contrats aidés, +1,7 % hors contrats aidés), avec une progression plus importante dans les établissements médico-sociaux que dans les hôpitaux (respectivement +2,1 % et +1,2 % yc contrats aidés).

Effectifs par versant de la fonction publique
 

 
(niveaux en milliers)
(1) Évolutions à périmètre de la fonction publique constant
(2) postes principaux finaux au 31 décembre
(3) tout poste actif dans l'année
Champ : France
Sources : Insee, Siasp
      Évolution (%) (1)
    2011 09-10 10-11
Effectifs au 31 décembre (2)
Fonction publique Ensemble, yc contrats aidés 2 466,2 –0,9 –2,0
de l'État hors contrats aidés 2 398,7 –1,0 –2,4
Fonction publique Ensemble, yc contrats aidés 1 881,5 1,0 0,3
territoriale hors contrats aidés 1 830,4 0,2 1,1
Fonction publique Ensemble, yc contrats aidés 1 145,2 1,1 1,3
hospitalière hors contrats aidés 1 129,4 1,3 1,7
Fonction Ensemble, yc contrats aidés 5 493,0 0,2 –0,5
publique hors contrats aidés 5 358,5 –0,1 –0,4
Volume de travail en équivalent temps plein (3)
Fonction Ensemble, yc contrats aidés 5 169,3 - –0,2
publique hors contrats aidés 5 067,9 - –0,1

 

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 20 mai 2013 - Innovation America - Le palmarès des Etats américains qui aident les entrepreneurs

Partagez
Noter cette article :

Innovation America a publié le dernier palmarès américain des "états qui entreprennent".

Commandé par la fondation américaine des chambres de commerce et réalisé par la société de conseil "Praxis Strategy Group", le rapport sur les initiatives des états américains en matière d'entrepreneuriat et de développement économique vient de sortir sous le titre accrocheur de "Enterprising States, Getting Down to Small Business". Ce rapport fait actuellement l'objet d'une large diffusion dans la plupart des cercles économiques, en particulier ceux liés à l'entrepreneuriat et des agences économiques des états.

Aux Etats-Unis, ce type de rapport suscite en effet toujours beaucoup d'intérêt parce qu'il établit un classement des états selon plusieurs critères et qu'il met en exergue la compétence des états fédérés en matière de développement économique.

Autre dimension de ce rapport, il vise à susciter l'émulation, sinon la concurrence entre les états, tous à la recherche de recettes pour une sortie de crise rapide.

Le catalogue des mesures et des programmes est grand. Chaque état semble également avoir ses cibles et ses priorités : pour certains ce sont les entreprises de niveau 2 (plus d'un million de CA), pour d'autres ce sont les jeunes entrepreneurs (Indiana), pour d'autres encore, c'est la création d'un écosystème propice à l'éclosion de l'innovation (Nevada, Michigan, Virginie occidentale) ou des investissements dans des infrastructures (large bande). Une chose est sûre, les états dépensent davantage de budget et de moyens pour de telles actions : +30% entre 2012 et 2013. L'Ohio, par exemple, a lancé le programme d'accélération technologique "Third Frontier" doté de 2,3 milliards de dollars qui représente un montant au moins aussi élevé que le programme fédéral SBIR de développement technologique des PMEs pour l'ensemble des E.-U. !

Mais dans l'ensemble, comment y voir clair sur toutes ces initiatives et surtout comment évaluer les retombées ? C'est le sens des cinq critères (eux-mêmes subdivisés en sous-critères dont le nombre varie de 7 à 4) mis au point par les auteurs pour hiérarchiser les états et établir un classement :

  • Exportations et commerce extérieur
  • Entrepreneuriat et innovation
  • Climat des affaires
  • Accès aux talents
  • Infrastructures

Pour conclure, on peut dire que ce type de classement n'a pas grand intérêt, un simple changement de critères pouvant faire éclater le palmarès et rebattre les cartes des états en concurrence. On relève par exemple que les investissements extérieurs ne sont pas pris en compte, il s'agit pourtant d'un indicateur d'attractivité. De même le critère n°2 met-il de côté la question de l'accès aux sources de financement, composante essentielle des écosystèmes d'innovation : présence de capital-risque, banques d'affaires, réseau d'investisseurs providentiels, etc... Il n'est donc pas étonnant que l'on retrouve en tête des états, certes qui font des efforts pour construire un environnement favorable à l'innovation et l'entrepreneuriat, mais qui ne disposent pas encore de forces égales aux écosystèmes de Californie et du Massachusetts.

Beaucoup plus pertinentes dans ce rapport sont les statistiques sur le nouveau paysage de l'entrepreneuriat et les analyses sur le rôle des états. Ces derniers, ne l'oublions pas, ont des compétences économiques locales, à la différence du gouvernement fédéral qui ne possède que des attributions liées au commerce et la monnaie. Même dans un grand pays libéral comme les Etats-Unis, et alors que la sortie de crise tend à modifier la carte économique du pays, c'est donc assurément au niveau des états qu'il convient de suivre les développements de l'innovation et de l'entrepreneuriat.

Consulter la carte de la création d'emploi et de la croissance par état.

Lun. 20 mai 2013 - AMF - Réglementation des informations financières pro forma

Partagez
Noter cette article :

 

L’Autorité des marchés financiers a publié sa réglementation sur les informations financières pro forma.

Afin d’aider les professionnels dans l’élaboration des informations pro forma et d’en faciliter la lecture pour les investisseurs et les actionnaires, l’Autorité des marchés financiers (AMF) publie une recommandation n° 2013-08 qui propose toute une série d’orientations pour bâtir des données pro forma pertinentes.

Pour rappel, l’information pro forma vise à donner à un investisseur ou un actionnaire l’impact qu’aurait eu l’opération, objet de l’information pro forma, sur les états financiers historiques d’une entreprise si cette opération s’était produite à une date antérieure à sa survenance réelle. Une telle information a notamment pour objet d’assister le lecteur dans ses analyses des perspectives futures de l’entité à périmètre et méthodes comptables constants.

Partant du constat que l’établissement d’informations pro forma peut se révéler être un exercice complexe, l’AMF a décidé de publier la recommandation n° 2013-08 dans laquelle se trouve toute une série d’orientations pour bâtir des informations pro forma pertinentes.

Cette recommandation à caractère pédagogique porte sur tout ce qui a trait à l’information pro forma à intégrer dans un prospectus ou un rapport financier annuel. Elle a pour périmètre l’information financière pro forma qui est fournie en cas d’acquisitions, de cessions, de scissions (spin-off), fusions ou encore d’apports partiels d’actifs.

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 20 mai 2013 - BCE - Nouvel article du réglement sur la lutte contre le blanchiment d'argent

Partagez
Noter cette article :

La Banque Centrale européenne a publié un article dans lequel elle annonce la mise en place du réglement sur la lutte contre le blanchiment d'argent.

Le 15 mai 2013, le Conseil des gouverneurs a adopté l’orientation BCE/2013/14 modifiant l’orientation BCE/2006/4 relative à la prestation par l’Eurosystème de services en matière de gestion des réserves en euros aux banques centrales, aux pays n’appartenant pas à la zone euro et aux organisations internationales.

La modification porte sur la question des contreparties soumises à des mesures restrictives dans le domaine de la prévention du blanchiment de capitaux et de la lutte contre le financement des activités terroristes.

Résumé :

Guideline ECB/2006/4 of 7 April 2006 on the Eurosystem’s provision of reserve management services in euro to central banks and countries located outside the euro area and to international organisations should address the issue of counterparties subject to restrictive measures in the area of anti-money laundering and terrorist financing.

Therefore, Guideline ECB/2006/4 should be amended accordingly,

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 20 mai 2013 - TSE - Codes des nouveaux ETF/ETN

Partagez
Noter cette article :

Le Tokyo Stock Exchange a publié un communiqué de presse dans lequel il annonce la liste des nouveaux codes ETF/ETN.

Dès le 17 juin 2013, le Tokyo Stock Exchange publiera la valeur liquidative indicative en temps réel par action à travers le service standard FLEX pour les Exchange Traded Funds ci-dessous et les billets négociés en bourse.

Le Tokyo Stock Exchange précise que la valeur liquidative indicative pour les 5 ETN ci-dessous a été publiée sur le site TSE depuis le 30 avril 2013.

Résumé :

Beginning June 17, 2013, Tokyo Stock Exchange, Inc. (TSE) will publish the real-time Indicative Net Asset Value (Indicative NAV) per share through the FLEX standard service for the below Exchange Traded Funds (ETFs)and Exchange Traded Notes (ETNs)

Indicative NAV for the 5 ETNs above have been published on the TSE website since April 30, 2013. Indicative NAV for the 3 ETFs will begin dissemination through the website on June 17, 2013.

Additionally, PCF (Portfolio Composition File) files will published on the TSE website for “Nikkei 225 Bull 2x ETF ” (Local Code:1579) and “Nikkei 225 Bear -1x ETF” (Local Code:1580) beginning that day.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Lun. 20 mai 2013 - SEC - Les opérations transfrontalières à la croisée des chemins

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission, l'Autorité de marché des États-Unis, a publié le discours de John Ramsay, Directeur par intérim de la division de la négociation et Marchés, sur le thème des opérations transfrontalières.

Dans son discours, John Ramsay décrit les récentes propositions de l'Autorité de marché des États-Unis sur la réglementation transfrontalière des produits dérivés.

Il y détaille également l'état d'avancement entre les régulateurs internationaux, à la fois dans le développement de leurs régimes de dérivés et aux prises avec les aspects transfrontaliers épineux de la négociation de produits dérivés.

Les points traités dans ce discours sont :

  • Le statut des efforts des réglementations internationales ;
  • Les principes de conduite de la proposition transfrontalière ;
  • La présentation de la proposition ;
  • Les spécificités de la proposition.

Résumé :

Before I launch into my remarks, I need to note that, as a matter of policy, the SEC disclaims responsibility for the private statements of SEC employees. The views I express today are my own, and do not necessarily reflect the views of the SEC, the Commissioners, or my colleagues on the staff.

Today, I’d like to describe the Commission’s recent set of proposals on the cross-border regulation of derivatives. First, though, I’ll describe the state of play among international regulators, both in developing their derivatives regimes and in grappling with the thorny cross-border aspects of derivatives trading.

Consulter le discours

Lien de secours

Lun. 20 mai 2013 - CME Group - Lancement des premières transactions avec le nouveau système de compensation sur Ethanol RINs Futures

Partagez
Noter cette article :

Le CME Group, la plus importante société de bourse de contrats à termes du monde, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce le lancement des premières transactions avec le nouveau système de compensation sur Ethanol RINs Futures.

Le premier contrat à terme Ethanol Renewable Identification Number a été autorisé le mercredi 15 mai sur CME ClearPort.

"Nous sommes heureux de voir cette première opération Renewable Identification Number d'éthanol et sommes impatients de travailler avec les clients et les autres acteurs du marché pour leur offrir de nouveaux produits innovants qui aident à gérer les risques dans les marchés de l'énergie." a déclaré Gary Morsches, directeur général de Global Energy au CME Group

Résumé :

CME Group, the world's leading and most diverse derivatives marketplace, today announced the first Ethanol Renewable Identification Number (RINs) futures contract was cleared Wednesday, May 15 over CME ClearPort. This trade was brokered by StarFuels Inc.

"As the most actively traded market for North American gasoline, ultra-low-sulfur diesel and ethanol futures contracts, our new RINs products make a good complement to our existing suite of services," said Gary Morsches, Managing Director Global Energy at CME Group. "We're pleased to see this first trade in Ethanol RINs, and look forward to working with customers and other market participants to offer innovative new products that help manage risk in the energy markets."
James Damask, Manager at StarFuels, added, "Our clients are very excited about the new suite of RINs futures. With these contracts, they will be able to hedge their price risk exposure, achieve increased liquidity, and eliminate credit risk."

This launch comes at a time when CME Group's suite of Ethanol futures and options contracts are trading at record levels. The Ethanol complex has averaged between 5,000-6,000 contracts a day in 2013, which is up over 25% since 2012.

RINs futures provide a useful hedge for the price risk associated with the U.S. Environmental Protection Agency's (EPA) renewable fuel standard (RFS2). The EPA has created a credit trading system for compliance with RFS2 for various types of renewable fuels based on units called RINs.

These contracts are listed by and subject to the rules of NYMEX.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :