L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Jeu. 05 sept. 2013 - Deutsche Börse - 6,6 millions de contrats ont été échangés quotidiennement par Eurex Group au cours du mois d'août 2013

Partagez
Noter cette article :

La Deutsche Börse a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce que 6,6 millions de contrats ont été échangés quotidiennement par Eurex Group au cours du mois d'août 2013.

On y apprend entre autres qu'au cours du mois d'août 2013, les marchés de produits dérivés internationaux d'Eurex Group ont enregistré un volume moyen quotidien de 6,6 millions de contrats (août 2012 : 7,2 millions). Dans ces 6,6 millions, 4,5 millions étaient des contrats Eurex (août 2012 : 5,1 millions) et 2,1 millions des contrats ont été échangés avec l'International Securities Exchange (août 2012 : 2,1 millions).

Au total, 98,9 millions de contrats ont été négociés sur l'Eurex Exchange et 46,4 millions sur ISE au cours du mois d'août 2013.

Volumes d'échange d'Eurex Group pour le mois d'août 2013 (en contrats négociés)

Résumé :

In August 2013, the international derivatives markets of Eurex Group recorded an average daily volume of 6.6 million contracts (August 2012: 7.2 million). Of those, 4.5 million were Eurex Exchange contracts (August 2012: 5.1 million), and 2.1 million contracts (August 2012: 2.1 million) were traded at the U.S.-based International Securities Exchange (ISE). In total, 98.9 million contracts were traded at Eurex Exchange and 46.4 million at ISE.

At Eurex Exchange, the equity index derivatives segment totaled 44.1 million contracts (August 2012: 56.8 million). The future on the EURO STOXX 50® Index recorded 16.7 million contracts. The options on this blue chip index totaled 17.2 million contracts. Futures on the DAX index recorded 1.9 million contracts while the DAX options reached another 3.0 million contracts. The Eurex KOSPI Product recorded 1.8 million contracts (August 2012: 1.8 million).

The equity derivatives (equity options and single stock futures) segment at Eurex Exchange reached 19.8 million contracts (August 2012: 23.4 million). Thereof, equity options totaled 14.1 million contracts and single stock futures equaled 5.7 million contracts.

Eurex Exchange’s interest rate derivatives segment totaled 33.9 million contracts (August 2012: 36.2 million). The Euro-Bund-Future reached 13.2 million contracts, the Euro-Bobl-Future 8.5 million contracts and the Euro-Schatz-Future 6.1 million contracts. The three Euro-BTP-Futures totaled around 590,000 contracts, the two Euro-OAT-Futures recorded around 769,000 contracts.

The Eurex Exchange segment dividend-based derivatives had 506,000 contracts (an increase of 19 percent). Volatility derivatives totaled 494,000 contracts, an increase of 31 percent y-o-y.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Jeu. 05 sept. 2013 - OCDE - La croissance reprend dans les économies avancées mais ralentit dans certaines économies émergentes

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un article dans lequel elle annonce que la croissance a repris dans les économies avancées mais a ralentit dans certaines économies émergentes.

Une reprise modérée est en cours dans les grandes économies avancées, d'après la dernière Évaluation économique intermédiaire de l'OCDE. La croissance avance à un rythme encourageant aux États-Unis, au Japon et au Royaume-Uni. La zone euro dans son ensemble est sortie de la récession bien que la production reste faible dans plusieurs pays.

En revanche, la croissance s'est ralentie dans certaines grandes économies émergentes. L’un des facteurs en cause est la hausse des rendements obligataires enregistrée au niveau mondial – déclenchée en partie par les perspectives de repli des mesures de relance par assouplissement quantitatif engagées par la Réserve fédérale aux États-Unis – ce qui a provoqué une instabilité des marchés et des sorties de capitaux dans un certain nombre de grandes économies émergentes, telles que l'Inde et l'Indonésie.

Représentant à l’heure actuelle une large part de la production mondiale, la baisse de régime observée dans les pays émergents laisse entrevoir une croissance atone à court terme pour l'économie mondiale en dépit de la reprise dans les économies avancées.

Dans les économies avancées, l'expansion économique devrait se poursuivre au second semestre de 2013 à un rythme similaire à celui du deuxième trimestre. Dans les trois plus grandes économies de l’OCDE, les États-Unis, le Japon et l’Allemagne, l'activité devrait augmenter d’un taux annualisé d’environ 2 ½ pour cent au troisième et quatrième trimestre. La France devrait voir sa croissance atteindre un taux annualisé d’environ 1 ½ pour cent dans la seconde moitié de l’année alors qu’en Italie la croissance devrait rester légèrement négative.

Selon les prévisions de l'OCDE, la croissance du PIB de la Chine devrait augmenter d’environ 8 % d’ici au dernier trimestre, après avoir ralenti lors de la première moitié de 2013. Ce chiffre traduit tout de même un rythme de croissance plus lent que celui de ces dernières années.

Lors de la présentation de cette Évaluation à Paris, le Chef économiste adjoint de l'OCDE, M. Jorgen Elmeskov, a déclaré : « Le redressement progressif de l'activité observé dans les économies avancées est encourageant, mais nous ne sommes pas encore engagés sur la voie d'une croissance durable. Des risques considérables subsistent. La zone euro reste exposée à un regain de tensions liées aux marchés de capitaux, aux banques et aux dettes souveraines. Les niveaux d'endettement élevés observés sur plusieurs marchés émergents ont par ailleurs accentué leur vulnérabilité. De même, un retour à un affrontement politique sur les questions budgétaires aux États-Unis pourrait affaiblir la confiance et déclencher de nouveaux épisodes d’agitation financière. »

Il a ajouté : « Il est nécessaire de continuer à soutenir la demande pour garantir l'ancrage de la reprise et il demeure essentiel d’associer à cet effort des réformes structurelles pour stimuler la croissance, rééquilibrer l'économie mondiale et éviter une nouvelle hausse du  chômage structurel.»

D’après l’OCDE, lutter contre le chômage élevé est crucial et doit être au centre de l’action gouvernementale. Les taux de chômage atteignent environ 12% dans la zone euro et 7 ½ pour cent aux États-Unis, bien au-delà des niveaux d’avant la crise. Afin d’éviter que ces taux élevés ne s’inscrivent dans la durée, les gouvernements doivent mettre en place des politiques de formation et d’activation renforcées par un soutien à la demande. Réformer les systèmes d’impositions devrait favoriser les incitations au travail alors que des mesures ciblées sont nécessaires pour les populations vulnérables comme les jeunes sans emploi et en dehors du système d’éducation et de formation.

Selon cette Étude économique intermédiaire, la situation des finances publiques s'est améliorée dans la plupart des économies avancées, à l’exception du Japon, mais les politiques d'assainissement budgétaire doivent se poursuivre. Ces politiques doivent cependant être mieux conçues afin de protéger les membres les plus vulnérables de nos sociétés, d'obtenir l'adhésion de la population aux réformes structurelles qui s'imposent, et d'accorder une importance prioritaire aux dépenses permettant de faciliter les retours à l'emploi.

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 05 sept. 2013 - SEC - Condamnation d'un gestionnaire de fonds pour fraude

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission, l'Autorité de marché des États-Unis a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce avoir condamné un gestionnaire de fonds pour fraude.

Selon la plainte déposée par la SEC, Ronald Feldstein, un gestionnaire de fonds basé à New York, aurait mis en place un schéma dit de "free-riding" dans lequel il aurait escroqué trois firmes de courtage ainsi que plusieurs investisseurs pour un montant de près d'un demi-million de dollars. Il aurait détourné cet argent pour financer son train de vie luxueux.

Ronald Feldstein aurait ainsi causé plus de 2 millions de dollars de pertes pour les firmes de courtage qui lui avaient confié leurs fonds. Feldstein aurait ouvert trois comptes de courtage séparés avec deux noms de fonds d'investissement différents. Il n'avait pas l'intention de payer pour les actions achetées lorsque ces dernières entrainaient de lourdes pertes. En effet, Feldstein avait prévu de se retirer de toutes les transactions dont le cours avait diminué considérablement.

Résumé :

The Securities and Exchange Commission today charged a purported money manager in New York with conducting a free-riding scheme to defraud three brokerage firms, and then bilking several investors out of nearly a half-million dollars that he stole to fund his luxurious lifestyle that included a Bentley automobile, summers in the Hamptons, and casino junkets.
The SEC alleges that Ronald Feldstein caused more than $2 million in losses for the brokerage firms that he victimized in the free-riding scheme, which occurs when customers buy or sell securities in their brokerage accounts without having the money or shares to actually pay for them.  Feldstein opened three separate brokerage accounts in the names of two purported investment funds that he created.  He had no intention to pay for the stocks that he purchased if they resulted in big losses.  Feldstein planned to walk away from any transactions where the price declined substantially after the trade date, and planned to use sales proceeds to pay for the purchases if the price of a stock increased.

The SEC further alleges that Feldstein later began soliciting investments by targeting owners of businesses that he had frequented for decades, including a dry cleaner and a car leasing and servicing company.  Feldstein convinced them to provide funds for him to invest on their behalf, promising such profitable opportunities as a successful hedge fund, a promising penny stock, and an initial public offering (IPO) of a fashion company.  However, Feldstein never invested this money, instead converting it for his personal use without their knowledge.

Consulter la plainte de la SEC

Lien de secours

Jeu. 05 sept. 2013 - L'ESMA a publié son avis sur l'équivalence des règles des dérivés non-européens

Partagez
Noter cette article :

L'Autorité européenne des Marchés Financiers a publié son avis à la Commission européenne sur l'équivalence des régimes de réglementation des produits dérivés négociés de gré à gré, des contreparties centrales et des référentiels centraux des pays non membres de l'Union Européenne avec le Règlement européen sur les infrastructures de marché.

L'ESMA a évalué l'équivalence des régimes de réglementation de l'Australie, de Hong Kong, du Japon, de Singapour, de la Suisse et des États-Unis. Les règles des pays tiers ont été comparées avec les exigences de la directive EMIR pour la compensation centrale, le reporting, les contreparties centrales, les référentiels centraux, les contreparties non financières ainsi que les techniques d'atténuation des risques pour les opérations non compensées.

Résumé :

The European Securities and Market Authority (ESMA) has published its advice to the European Commission on the equivalence of the regulatory regimes for OTC derivatives clearing, central counterparties (CCPs), and trade repositories (TR) of non-EU countries with the European Markets Infrastructure Regulation (EMIR). ESMA has assessed the equivalence of the regulatory regimes of Australia, Hong Kong, Japan, Singapore, Switzerland and the US. The third-country rules were compared with EMIR requirements for central clearing, reporting, CCPs, TRs and non-financial counterparties as well as risk mitigation techniques for uncleared trades.

Jeu. 05 sept. 2013 - Project Syndicate - Des économies émergentes mal assurées contre les risques

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Gene Frieda, stratégiste global pour Moore Europe Capital Management, sur le thème des économies émergentes mal assurées contre les risques.

Ces dix dernières années, la politique monétaire expansionniste de l’Amérique et la croissance rapide de la Chine ont constitué les deux principaux moteurs des flux financiers à travers le monde. Ces deux dynamiques sont aujourd’hui en train de s’inverser, faisant apparaître de nouveaux risques pour l’économie mondiale – et notamment pour les pays émergents. La capacité de ces derniers capacité à surmonter les changements dépendra du niveau suffisant d’assurance qu’ils auront prévu pour faire face à un certain nombre de risques, qu’il se sera agi d’appréhender correctement.

À la suite de la crise financière asiatique de la fin des années 1990, les économies émergentes ont commencé à accumuler d’importantes réserves de change afin de se prémunir contre les risques de surendettement externe. Elles ont en réalité amassé bien plus que ce dont elles avaient besoin – 6 500 milliards $, selon les derniers chiffres – devenant ainsi surassurées contre les éventuels chocs externes de la balance des paiements.

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 05 sept. 2013 - Eurostat - Le PIB de la zone euro en hausse de 0,3% et celui de l’UE27 en hausse de 0,4% au deuxième trimestre 2013

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce les chiffres du PIB de la zone euro pour le deuxième trimestre 2013.

Au cours du deuxième trimestre 2013, le PIB de la zone euro (ZE17) a progressé de 0,3% et celui de l’UE27 de 0,4% par rapport au trimestre précédent, selon les deuxièmes estimations publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Au cours du premier trimestre 2013, les taux de croissance avaient étérespectivement de -0,2% et -0,1%.

En comparaison avec le même trimestre de l'année précédente, le PIB corrigé des variations saisonnières a diminué de 0,5% dans la zone euro et est resté stable dans l'UE27 au deuxième trimestre 2013, après respectivement -1,0% et -0,7% au trimestre précédent.

Au deuxième trimestre 2013, le PIB des États-Unis a crû de 0,6% par rapport au trimestre précédent (après +0,3% au premier trimestre 2013). Par rapport au même trimestre de l'année précédente, le PIB a augmenté de 1,6% (après +1,3% au trimestre précédent)

Taux de croissance du PIB de l’UE27, de la zone euro et des États-Unis
Pourcentage de variation par rapport au trimestre précédent

Consulter le communiqué

Lien de secours

Jeu. 05 sept. 2013 - BdF - L’endettement pro-cyclique en tant que stabilisateur automatique

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un article sur le thème de l'endettement pro-cyclique en tant que stabilisateur automatique.

Cet article montre que la dette publique crée un effet de richesse, jusqu’à présent négligé, qui exerce une incidence notable sur les fluctuations du cycle conjoncturel.

Les auteurs de cet article présentent un nouveau canal par lequel les gouvernements peuvent influencer les fluctuations cycliques générées par tout type de choc et contribuer à la stabilité macroéconomique. Ils démontrent qu’aux États-Unis, l’endettement évolue de manière procyclique avec la production. Ils élaborent ensuite un modèle de cycle conjoncturel réel à agents non ricardiens et nous utilisons des règles pour décrire la politique budgétaire.

Les auteurs de cet article établissent que l’endettement procyclique génère des fluctuations moins prononcées que l’endettement contracyclique. De façon saisissante, il en résulte que dans ce cadre, la politique budgétaire keynésienne classique déstabilise le cycle conjoncturel.

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 02 sept. 2013 - MemoFin lance son application sur la plateforme Android

Partagez
Noter cette article :

MemoFin est heureux de vous annoncer le lancement de son application disponible sur la plateforme Android

Grâce à l'application gratuite MemoFin, l'assistant-Investisseur, approfondissez vos connaissances sur les mécanismes économiques et financiers.

Vous trouverez dans cette application :

  • un lexique de près de 2 000 termes ;
  • une bibliothèque de rapports ;
  • les news publiées quotidiennement par notre site internet, memofin.fr.

Si vous avez des questions ou suggestions, n'hésitez pas à nous contacter directement par email.

Mer. 04 sept. 2013 - WFE - Focus d'août 2013

Partagez
Noter cette article :

La World Federation of Exchanges, l'association qui représente l’ensemble des marchés réglementés mondiaux, a publié le nouveau numéro de sa revue "FOCUS" (n°246, août 2013).

On y apprend que pour la première fois depuis 2001, les recettes totales ont diminué de 10% pour s'établir à 28 milliards de dollars. Tous les types d'échanges et toutes les régions ont été touchés.

Points clés du numéro de ce mois-ci :

  • Les revenus de négociation des deux marchés au comptant et dérivés ont diminué suite à la baisse des volumes ;
  • Les coûts totaux ont également diminué (-5%), mais dans une moindre mesure ;
  • La rentabilité a fortement diminué ;
  • Le bénéfice net a reculé de 25% à 9 milliards de dollars ;
  • La marge bénéficiaire nette moyenne était de 32% (contre 39% en 2011).

 

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 04 sept. 2013 - Deutsche Börse - Le chiffre d'affaires dans les marchés au comptant de Deutsche Börse s'établit à 84,6 milliards d'euros en août 2013

Partagez
Noter cette article :

La Deutsche Börse a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les détails relatifs à son chiffre d'affaires dans les marchés au comptant  pour le mois d'août 2013.

Le chiffre d'affaires de Xetra, la Bourse de Francfort, s'élève à 84,6 milliards d'euros pour le mois d'août contre 86,6 milliards un an plus tôt. Sur ces 84,6 milliards, 76,8 milliards d’euros sont imputables à Xetra (août  2012 : 79,4 milliards €) et 4,0 milliards d'euros le sont à la Bourse de Francfort (août 2012 : 4,4 milliards €). Le chiffre d'affaires du Tradegate Exchange s'élève à 3,7 milliards d'euros pour le mois d'août contre 2,7 milliards d'euros un an plus tôt.

Concernant les actions, le chiffre d'affaires a atteint 74,0 milliards d'euros sur les marchés cash de Deutsche Börse (Xetra: 68,6 milliards d'euros, Bourse de Francfort: 2,0 milliards d'euros et Tradegate Exchange: 3,4 milliards d'euros). Le chiffre d'affaires des obligations est de 0,9 milliard d'euros et celui des produits structurés de 1,2 milliard d'euros. Enfin, le chiffre d'affaires des ETF / ETC / ETN s'est élevé à 8,3 milliards d'euros sur la période étudiée.

Consulter le communiqué

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :