L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Ven. 26 sept. 2014 - SEC - Condamnation d'un conseiller de fonds private equity pour mauvaise allocation des dépenses des portefeuilles de l'entreprise

Partagez
Noter cette article :

La Securities and Exchange Commission, l'Autorité de marché des États-Unis a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce la condamnation d'un conseiller de fonds private equity basé à New-York pour mauvaise allocation des dépenses des portefeuilles de l'entreprise.

Selon la plainte déposée par la SEC, Lincolnshire Management, un cabinet de conseil en investissement basé à New York a violé son obligation fiduciaire envers plusieurs fonds de private equity en partageant les frais de deux entreprises de façon à ce que les pertes de la première se répercutent sur l'autre.

Lincolnshire Management a accepté de verser plus de 2,3 millions de dollars au titre d'amende pour régler les accusations de la SEC.

Résumé :

The Securities and Exchange Commission today charged a New York-based investment advisory firm with breaching its fiduciary duty to a pair of private equity funds by sharing expenses between a company in one’s portfolio and a company in the other’s portfolio in a manner that improperly benefited one fund over the other.

An SEC investigation found that while Lincolnshire Management integrated the two portfolio companies and managed them as one, the funds were separately advised and had distinct sets of investors.  Despite developing an expense allocation policy as part of the integration, it was not followed on some occasions, resulting in the portfolio company owned by one fund paying more than its fair share of joint expenses that benefited the companies of both funds.

Lincolnshire agreed to pay more than $2.3 million to settle the SEC’s charges.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - VoxEU - La BCE fait-elle de l'assouplissement quantitatif ?

Partagez
Noter cette article :

Le site VoxEU a publié l'article de Charles Wyplosz, professeur d'économie internationale à la Graduate Institute, Geneva et Directeur du Centre international d'études monétaires et bancaires, sur le thème de la relation entre BCE et assouplissement quantitatif.

La semaine dernière, la BCE a annoncé qu'elle allait commencer à acheter des titres adossés à des prêts bancaires aux ménages et aux entreprises.

Alors que les marchés et les médias ont généralement accueilli cette annonce avec enthousiasme, cet article identifie plusieurs raisons de rester prudent.

Les programmes d'assouplissement quantitatif des autres banques centrales ont impliqué l'achat d'un montant fixe de titres selon un agenda précis.

En revanche, la nouvelle politique de la BCE est déterminée par la demande, et elle ne sera efficace que si elle rompt le cercle vicieux de la récession et de la croissance du crédit négatif.

Résumé :

Last week, the ECB announced that it would begin purchasing securities backed by bank lending to households and firms.

Whereas markets and the media have generally greeted this announcement with enthusiasm, this column identifies reasons for caution.

Other central banks’ quantitative easing programmes have involved purchasing fixed amounts of securities according to a published schedule.

In contrast, the ECB’s new policy is demand-driven, and will only be effective if it breaks the vicious circle of recession and negative credit growth.

Consulter l'article

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - FMI - Le FMI et la Banque de France organisent le premier forum FMI – banques centrales pour les marchés en développement : La Voie vers un régime de ciblage de l’inflation et les dispositions monétaires transitoires

Partagez
Noter cette article :

Le Fonds Monétaire Internationnal a publié un communiqué de presse dans lequel il annonce qu'il organise avec la coopération de la Banque de France le premier forum FMI – banques centrales pour les marchés en développement : La Voie vers un régime de ciblage de l’inflation et les dispositions monétaires transitoires.

Le Département monétaire et des marchés de capitaux (MCM) du Fonds monétaire international et la Banque de France ont organisé le premier forum FMI – banques centrales pour les marchés en développement, à Paris (France), les 9 et 10 septembre 2014. Lors de ce forum, les débats ont porté sur la transition vers un régime de ciblage de l’inflation et les dispositions monétaires transitoires. Le forum doit servir de plateforme de discussion pour les pays dont le secteur financier est en développement et qui cherchent à moderniser leur cadre de politique monétaire. Les gouverneurs, sous-gouverneurs, ou membres des organes de décision de 20 banques centrales représentant 33 pays ont participé à ce forum. La Banque des règlements internationaux (BRI) était également représentée.

Dans leurs remarques préliminaires, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, et le Premier Directeur général adjoint du FMI, David Lipton, ont mis l’accent sur le fait que l’événement et le sujet abordé intervenaient à un moment opportun compte tenu de l’intérêt croissant manifesté par de nombreux marchés en développement et émergents pour l’adoption d’un régime de ciblage de l’inflation. Ils ont également souligné que, pour de nombreux pays, la voie vers ce régime était « plus facile à dire qu’à faire », compte tenu des défis bien particuliers que constituent pour eux les contraintes pesant sur la mise en œuvre de la politique monétaire, le caractère moins que favorable de l’environnement macroéconomique et financier et, dans le monde d’après crise, la coordination des politiques afin d’atteindre les objectifs de stabilité monétaire et financière. Tous ces aspects militent en faveur de dispositions monétaires transitoires durant le passage à un régime de ciblage de l’inflation. Ils ont souligné que le forum offrait une occasion unique aux responsables de la politique monétaire d’examiner ensemble ces défis et de trouver une manière de les surmonter.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - Ministère des Finances - G20 Finances en Australie : des avancées sur plusieurs priorités françaises

Partagez
Noter cette article :

Le Ministère des Finances a publié un communiqué de presse dans lequel il fait le point des avancées sur plusieurs priorités françaises durant le G20 Finances en Australie.

Lors de la réunion des ministres de finances et gouverneurs de banques centrales du G20 les 20 et 21 septembre en Australie, des avancées ont été obtenues sur des priorités soutenues par la France. Michel Sapin a insisté sur la nécessité de mener une politique budgétaire qui soutient la croissance et l’emploi, tout en préservant les finances publiques. Le ministre a également ouvert les discussions sur l’optimisation et la fraude fiscale.

Pour une croissance plus forte

La présidence australienne avait mis au cœur des débats la nécessité d’augmenter la croissance à moyen terme et l’objectif d’un PIB mondial en 2018 2 % plus élevé qu’en l’absence de mesures, ainsi qu’un programme de travail ambitieux sur l’investissement.

Au-delà du consensus sur ces deux aspects, Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, a fait reconnaître la nécessité d’une croissance plus forte à court terme également. Les participants ont conclu à la nécessité de politiques monétaires et budgétaires mobilisées en ce sens. En particulier, la politique budgétaire doit pouvoir soutenir la croissance et l’emploi.

L'échange automatique d’informations en matière fiscale avance

Michel Sapin a par ailleurs ouvert la discussion sur l’optimisation fiscale agressive des multinationales et l’échange automatique d’informations en matière fiscale. Il a indiqué que « la concurrence fiscale de tous contre tous nuit à tous ».
Sur l’échange automatique d’informations fiscales entre administrations, Michel Sapin a souligné qu’« il n'y a pas d'issue autre que l'application d'un standard international ». Les participants se sont accordés pour mettre en place dès 2017 le standard développé par l’OCDE. La France a été pionnière dans cette avancée, avec ses partenaires européens du « G5 fiscal » (Allemagne, Espagne, Italie et Royaume-Uni) que le ministre avait reçus à Paris au printemps, pour fédérer un groupe de 47 Etats et territoires.

Les premières conventions bilatérales seront signées le 29 octobre, lors d’une réunion à Berlin, pour une mise en œuvre des échanges automatiques d’information dès 2017. D’autres pays se joindront d’ici fin 2018. Grâce à cette masse critique, le mouvement deviendra irréversible.

Michel Sapin a par ailleurs fortement soutenu le travail de l’OCDE sur l’optimisation fiscale et l’érosion des bases qui a abouti à l’adoption de sept premières propositions et rappelé que « le but, c’est que chaque Etat puisse récupérer la part d’assiette fiscale qui lui revient. Rien de plus, rien de moins. Le but c’est aussi que toutes les entreprises, petites ou grandes, internationales ou non, contribuent de façon égale à l’impôt, à hauteur de leurs bénéfices et là où elles les réalisent vraiment ». Le G20 s’est engagé à aboutir d’ici fin 2015 sur ces sujets. Le ministre reste mobilisé pour éliminer les pratiques fiscales dommageables, notamment les régimes préférentiels de brevets ou patent box.

Lutter contre les « fonds vautours »

Enfin, sur proposition de la France et du Brésil, les travaux se poursuivront au FMI sur la résolution ordonnée et coopérative des crises de dette souveraine. Il s’agit de lutter contre les « fonds vautours », qui attaquent en justice les pays les plus fragiles, au détriment de solutions négociées conciliant les intérêts des populations et des créanciers.

 

Consulter le communiqué

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - AMF - L’Autorité des marchés financiers met à jour la liste des sites internet non autorisés proposant du trading d’options binaires

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce la mise à jour de la liste des sites internet non autorisés proposant du trading d’options binaires.

L’AMF publie une nouvelle liste mise à jour des sites internet proposant du trading d’options binaires pour lesquels aucun prestataire de services d’investissement autorisé n’a pu être clairement identifié.

L’Autorité des marchés financiers met une nouvelle fois en garde les épargnants sur des campagnes publicitaires agressives, sur internet, portant sur le trading d’options binaires et annonçant des rendements très importants dans des délais très courts.

Voici la nouvelle liste qui annule et remplace celle publiée le 2 juillet 2014. Attention, ces sites peuvent évoluer très rapidement et cette liste n’a pas vocation à être exhaustive.

Pour rappel, les options binaires sont des instruments financiers sous forme d’options, pouvant générer des profits ou des pertes, selon la réalisation ou la non réalisation d’une condition à l’expiration de l’option. L’investisseur doit se positionner sur la direction que le prix d’un actif sous-jacent (par exemple une action, une matière première, un indice…) prendra avant son expiration : s’il pense que le prix d’un actif sera à la hausse, il achète une option call ; s’il suppose que le prix d’un actif sera en baisse, il achète une option put.

Liste des sites concernés :

  • www.01broker.com
  • www.24hcapital.com
  • www.4xp.com
  • www.24xp.com/FR
  • www.50option.com
  • www.77options.com
  • www.abcbinaire.com
  • www.agfmarkets.com
  • www.ajbrowdercapital.com
  • www.astonmarkets.com
  • www.bancdemonaco.com
  • www.bankandbinary.com
  • www.bankandtrader.com
  • www.bankofmarket.com
  • www.bankxp.com
  • www.banqofbroker.com
  • www.banqueinvest.com
  • www.banqueoption.com
  • www.betonspot.com
  • www.bfmmarkets.com
  • www.bfmvip.com
  • www.bforbroker.com
  • www.bfxoption.com
  • www.bigoption.com
  • www.binairedirect.com
  • www.binareo.com
  • www.binarinvest.com
  • www.binarylowcost.com
  • www.binarymarkets.com
  • www.binarynvest.com
  • www.binarywallstreet.com
  • www.binoa.com
  • www.bnry.com
  • www.bo-bank.com
  • www.bocapital.com
  • www.bossoptions.com
  • www.boursofx.com
  • www.boursoland.com
  • www.boursomarket.com
  • www.brokerinternationalbank.com
  • www.brokerofgeneve.net
  • www.cedarfinance.com
  • www.cititrader.com
  • www.cobtrading.com
  • www.daily-option.com
  • www.digitoption.com
  • www.easyxp.com
  • www.ebinaires.com
  • www.empireoption.com
  • www.excellencebroker.com
  • www.excitingmarkets.com
  • www.fboption.com
  • www.financialbinary.com
  • www.financial-broker.com
  • www.fmtrader.com
  • www.frxbanque.com
  • www.futurmarket.com
  • www.fxbfinances.com
  • www.gftrades.com
  • www.gfmtrader.com
  • www.globaltrader365.net
  • www.golden-bank.com
  • www.good-option.com
  • www.goptions.com
  • www.gtimarkets.com
  • www.gtoptions.com
  • www.idmarkets.com
  • www.ikkotrader.com*
  • www.ingbroker.com
  • www.intercontinentalmarkets.com
  • www.invest-binary.com
  • www.ioptioneu.com
  • www.ksftrader.com
  • www.leaderoption.com
  • www.legendoptions.net
  • www.livetrader.eu
  • www.lo-bank.com
  • www.markets-capital.com
  • www.markets-investment.com
  • www.miller-options.com
  • www.monatrade.com
  • www.nowoption.com
  • www.obmarkets.com
  • www.obinarycorporation.com
  • www.okboptions.com
  • www.opteck.com
  • www.optimarkets.com
  • www.optionet.com
  • www.option-bank.com
  • www.optionbanking.com
  • www.optionrama.com
  • www.optionsmarter.com
  • www.option-world.com
  • www.optionsxo.com
  • www.phenixoption.com
  • www.planetoption.com
  • www.prestigebanq.com
  • www.priva-trade.com
  • www.pro-binary.com
  • www.royaldebank.com
  • www.scottoption.com
  • www.startoptions.com
  • www.stockpair.net
  • www.timebinary.com
  • www.tmarkets.com
  • www.tradecall-invest.com
  • www.tradequicker.com
  • www.tradereasy.com
  • www.trader-invest.com
  • www.tradersking.com
  • www.tradersleader.com
  • www.traderush.com
  • www.traderxp.com
  • www.triumphoption.com
  • www.ubinary.com
  • www.vipbinary.com
  • www.winn-trade.com
  • www.worldtradeoption.com
  • www.xpertmarket.com
  • www.xpmarkets.com
  • www.zeoption.com
  • www.zoomoption.com

De manière générale, avant de vous engager, vous devez toujours vérifier que l’intermédiaire financier qui propose ou conseille ces investissements figure bien sur la liste des établissements financiers autorisés à exercer en France (https://www.regafi.fr). L’intermédiaire non habilité s’expose à des sanctions pénales. Si l’intermédiaire concerné ne figure pas sur ce registre, nous vous invitons fortement à ne pas répondre à ses sollicitations.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - AMF - L’ACPR et l’AMF mettent en garde le public contre les activités de plusieurs sites Internet et entités qui proposent des investissements sur le forex sans y être autorisés.

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers et l'Autorité de contrôle prudentiel ont publié un communiqué de presse dans lequel elles mettent en garde le public contre les activités de plusieurs sites Internet et entités qui proposent des investissements sur le forex sans y être autorisés..

L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et l’Autorité des marchés financiers publient une mise à jour de la liste des sites Internet et entités proposant en France, sans y être autorisés, des investissements sur le marché des changes non régulé (forex). Ce communiqué est la dixième alerte émise par l’ACPR et l’AMF depuis le 7 juillet 2011.

Voici la nouvelle liste qui annule et remplace celle publiée le 2 juillet 2014. Attention, ces sites peuvent évoluer très rapidement et cette liste n’a pas vocation à être exhaustive.

- www.4xp.com/fr / Forex Place Limited
- www.astonforex.com / Marketrade Ltd
- www.bancmarkets.com / Marketing Accounting Ltd
- www.bforex.com / BFOREX Limited
- www.brokerandco.com / Sisma Capital Limited
- www.cfxmarkets.com / CFB International Ltd
- www.colbertcap.com / Colbert Capital
- www.elyseescapital.com / Elysees Capital
- www.eurobondfx.com / Eurobond Ltd
- www.euromaxfinance.com / Euromax Finance Limited
- www.finanzasforex.com / Evolution Market Group Inc
- www.finchmarkets.com / Finch Markets
- www.forextrada.com / Forextrada
- www.forextradition.com / Forex Tradition
- www.fxbtrade.com / AXA Assets LTD
- www.fxcast.com / Surplus Finance SA
- www.fxntrade.com / Genus Group Ltd
- www.gcitrading.com / GCI Financial Limited
- www.haussman-invest.com / Haussman Invest
- www.ibcfx.com / IBC Capital Ltd
- www.ihforex.com / Investment House International
- www.ikkotrader.com / IP International service
- www.instaforex.com / InstaForex Companies Group
- www.integralbroker.com / IB International Ltd
- www.investcapitalmarkets.com / ICM Worldwine Ltd
- www.itcfx.com / Investment Formula Corporation
- www.itnfx.com / International Traders Network FX
- www.jbc-pro.com / JBC Pro Limited
- www.justrader.com / MT Capital Partners
- www.kd-markets.com / Globstate Assets Holdings Ltd
- www.metatrada.com / Meta Trada
- www.motionforex.com / Motion Forex Ltd
- www.nakitrade.com / Nakitrade
- www.netotrade.com / Neto Trade Global Investment
- www.obroker.com / Landkey Enterprises Inc
- www.privilegetrading.com
- www.sunbirdfx.com / Sunbird Trading limited
- www.tmarkets.com / T Markets
- www.tradaxa.com / Sisma Capital Limited
- www.tradect.com / Investment House Limited
- www.traderplace.com / Trader Place
- www.tradmaker.com / Trading Technologies Limited
- www.trader369.com / IP International Service – AJ
- www.triomphecapital.com / Triomphe Capital
- www.youtradefx.com / Youtrade Capital Market PTY

Avant de s’engager, vous devez vérifier que l’intermédiaire qui vous propose ou vous conseille des investissements figure bien sur la liste des établissements financiers autorisés à exercer en France (https://www.regafi.fr).

Si l’intermédiaire concerné ne figure pas sur ces listes, nous vous invitons fortement à ne pas répondre à ses sollicitations car celui-ci est en infraction avec la législation applicable et n’est pas tenu de respecter les règles élémentaires de protection des investisseurs, de bonne information ou de traitement des réclamations.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - AFG - Le raccourcissement du cycle de règlement livraison à 2 jours : la Place française prête pour basculer à partir du lundi 6 octobre 2014

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les modalités du raccourcissement du cycle de règlement livraison à 2 jours : la Place française prête pour basculer à partir du lundi 6 octobre 2014.

Sur les marchés financiers européens, une forte impulsion est actuellement donnée à la sécurisation, la normalisation et l’harmonisation des échanges. C’est dans cette logique que s’inscrit le Règlement CSD voté par le Parlement Européen. Ce règlement inclut en particulier le raccourcissement du délai de règlement/livraison à 2 jours de bourse contre 3 actuellement.

Ce nouveau cycle de règlement livraison concerne l’ensemble des opérations portant sur toutes classes d’actifs (actions/obligations…) réalisées sur un marché (réglementé ou organisé).

Depuis deux ans, l’AFTI a conduit les travaux de la Place de Paris, en lien avec d’autres associations professionnelles (comme l’AFG notamment), les infrastructures les autorités de tutelle et les établissements financiers pour traiter les divers impacts de cette bascule. Ces études ont permis de déterminer la date du 6 octobre 2014 comme étant la plus favorable pour adopter ce nouveau cycle de règlement-livraison de 2 jours. Les impacts identifiés sont recensés dans un cahier des charges commun de la Place diffusé par les différentes associations impliquées.

Dans le sillage de la France, une trentaine de places européennes ont également retenu le 6 octobre 2014 pour se conformer à ce nouveau standard de règlement-livraison.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 26 sept. 2014 - Project Syndicate - Juncker révolutionne le fonctionnement de l’Europe

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article d'Ana Palacio, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères et ancien vice-président de la Banque mondiale, actuellement membre du Conseil d'État espagnol et professeur invité à l'Université de Georgetown, sur le thème de la révolution du fonctionnement de l’Europe par Juncker.

Antérieurement à sa désignation au poste de président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker n’a cessé de subir la foudre de détracteurs le décrivant comme un fédéraliste de la vielle école, dont il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il bouleverse le statu quo. Or, la nouvelle structure imposée par Juncker au sein de la Commission vient considérablement chambouler la manière dont les choses fonctionnent à Bruxelles.

Jusqu’à présent, l’attention prêtée à la question de savoir qui avait été désigné, et à quel poste – en particulier autour de la nomination d’une Federica Mogherini relativement inexpérimentée au poste de Haute Représentante pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité de l’UE – avait éclipsé la transformation structurelle de la Commission. Or, la personnalité de tel ou tel commissaire européen se révèle une question beaucoup moins importante que les tendances ayant conduit la Commission à réaxer ses priorités initiales d’élargissement et de marché intérieur vers l’énergie et l’union monétaire...

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 25 sept. 2014 - OCDE - Capital managérial et R-D des entreprises, moteurs de la convergence de la productivité

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un article sur le thème du capital managérial et de la R et D des entreprises, moteurs de la convergence de la productivité.

Ce document analyse le rôle que jouent le capital managérial et les activités de recherche et de développement menées par les entreprises pour renforcer la convergence de la productivité multifactorielle dans un groupe de 42 pays.

Le modèle de croissance à long terme de l’OCDE est élargi pour montrer que, outre l’ouverture aux échanges, la vitesse de convergence d’une économie vers son niveau de stabilité de la PMF à long terme est une fonction croissante de la qualité de son capital managérial et de la taille de son secteur national de la R-D.

L’importance économique de ces deux facteurs déterminants est examinée dans le contexte d’un scénario dans lequel la croissance de la PMF à la frontière technologique est supérieure de ½ point de pourcentage (à celle retenue dans la projection de référence) par an jusqu’en 2060.

Cet exercice montre que certains pays qui ont atteint la frontière bénéficient d’une croissance beaucoup plus forte que ce à quoi on pourrait s’attendre en se basant uniquement sur leur ouverture aux échanges. Cette étude examine ensuite les éléments de l’action publique qui déterminent le capital managérial et la R-D des entreprises, révélant l’importance des réformes structurelles et  politiques soigneusement conçues en faveur de l’innovation.

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 25 sept. 2014 - VoxEU - Rétablir la stabilité financière et la croissance économique

Partagez
Noter cette article :

Le site VoxEU a publié l'article de James Boughton, Senior Fellow au sein de CIGI, sur le thème du rétablissement de la stabilité financière et de la croissance économique.

Le système financier international ne fonctionne pas bien et les réformes des institutions régionales et mondiales sont plus que nécessaires.

L'auteur de cet article analyse certaines des transformations que le FMI pourrait mettre en œuvre afin de suivre le rythme des changements dans l'économie mondiale.

Selon James Boughton, un des problèmes pour la crédibilité du FMI est le G20 dans sa conception et son organisation actuelles.

Les réformes institutionnelles, cependant, doivent être combinées avec les progrès de la politique économique en vue de promouvoir la croissance économique et la stabilité financière.

Résumé :

The international financial system is not working fine and reforms of regional and global institutions are much needed.

This column discusses some of the transformations that the IMF could implement in order to keep pace with the changes in the world economy.

One problem for the credibility of the IMF is the G20 in its current design and organisation. Institutional reforms, however, should be combined with advances in economic policy in order to promote economic growth and financial stability.

Consulter l'article

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :