L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Lun. 23 mars 2015 - Project Syndicate - La déflation est une bonne chose pour l'Europe

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Daniel Gros, directeur d uCenter for European Policy Studies et ancien conseiller économique à la Commission européenne, au Parlement européen, et auprès du Premier ministre et du ministre des Finances français, sur le thème de la déflation et de l'Europe.

Dans l'économie mondialisée d'aujourd'hui aucun prix n'a plus d'importance que celui du pétrole brut. Plus de 80 millions de barils sont produits et consommés chaque jour, dont la plus grande partie est vendue sur les marchés internationaux.

Aussi la chute brutale du prix du pétrole brut (de 110 dollars le baril l'année dernière à environ 60 dollars aujourd'hui) permet-elle aux pays importateurs d'économiser des centaines de milliards de dollars. Pour l'UE et les USA, cela représente 2 à 3% de leur PIB.

Consulter l'article

Lien de secours

Ven. 20 mars 2015 - CAE - Pour une politique macroéconomique d’ensemble en zone euro

Partagez
Noter cette article :

Le Conseil d’analyse économique a présenté sa nouvelle Note qui s’interroge sur la politique macroéconomique d’ensemble en zone euro.

Alors que la reprise paraît bien engagée aux États-Unis et au Royaume-Uni, la zone euro peine à se redresser, sans avoir pourtant subi de choc spécifique depuis 2012. Difficile de ne pas y voir une défaillance du pilotage macroéconomique propre à la zone euro.

Dans cette nouvelle Note du CAE, les deux auteurs, Agnès Bénassy-Quéré et Xavier Ragot, examinent ce qui n’a pas fonctionné : ce pilotage est resté polarisé sur la surveillance budgétaire sans prêter suffisamment attention aux divergences nominales (différences de salaire, de compétitivité, …), aux déséquilibres financiers nourris par la dette privée et à la nécessité d’une gestion d’ensemble de la demande en zone euro. Ils formulent huit recommandations pragmatiques pour corriger les faiblesses de la gouvernance macroéconomique actuelle de la zone euro, tout en plaidant pour davantage d’intégration à moyen terme.

Les huit recommandations peuvent se rassembler autour de deux grands axes :

  1. Simplifier et mieux intégrer la surveillance entre la zone euro et les Etats membres ;
  2. Permettre une meilleure appropriation par les Etats membres et renforcer le diagnostic partagé.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 20 mars 2015 - AMF - Bernheim Dreyfus & Co SAS et ses dirigeants sanctionnés par l'AMF

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié la décision de sa Commission des sanctions du  du 17 mars 2015 à l'égard de la société Bernheim Dreyfus & Co, de MM. Sébastien Dettmar, Lionel Melka, Amit Shabi et de Madame C.

La Commission des sanctions reproche entre autres à Bernheim Dreyfus & Co SAS de n'avoir pas respecté l'agrément de l'AMF concernant l'exercice de la gestion collective qui rendait nécessaire le recrutement d'un gérant expérimenté alors que la personne recrutée en 2011 n'était pas pleinement opérationnelle à l'époque. Par ailleurs, concernant les responsables de la société, ils avaient également exercé l'activité de réception et de transmission d'ordres sans agrément pendant plusieurs mois.

Bernheim Dreyfus & Co SAS écope d'une sanction pécuniaire de 80 000 euros. Sébastien Dettmar, Amit Shabi et Lionel Melka, tous trois associés dans la société, écopent quant à eux d'une amende dont le montant s'élève à 30 000 euros

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 20 mars 2015 - Eurostat - L’emploi en hausse de 0,1% dans la zone euro et de 0,2% dans l’UE28

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs à l'emploi  pour le quatrième trimestre 2014 et par rapport au troisième trimestre 2014.

Le nombre de personnes ayant un emploi a augmenté de 0,1% dans la zone euro (ZE18) et de 0,2% dans l'UE28 au quatrième trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent, selon les estimations basées sur les
comptes nationaux et publiées par Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne. Au troisième trimestre 2014, l'emploi avait progressé de 0,2% dans la zone euro et de 0,3% dans l’UE28. Ces chiffres sont corrigés des variations saisonnières.

Par rapport au même trimestre de l'année précédente, l'emploi a augmenté de 0,9% dans la zone euro et de 1,0% dans l'UE28 au quatrième trimestre 2014 (après respectivement +0,7% et +0,9% au troisième trimestre 2014).

Selon des estimations d’Eurostat, 226,7 millions d'hommes et de femmes avaient un emploi dans l'UE28 au quatrième trimestre 2014, dont 148,6 millions dans la zone euro. Ces chiffres sont corrigés des variations saisonnières.

Ces données trimestrielles sur l'emploi fournissent une mesure du volume de la main-d'œuvre qui est cohérente avec celle de la production et des revenus dans les comptes nationaux. 

Évolution de l'emploi
Indices: 2005T1=100

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 20 mars 2015 - OCDE - La communauté internationale continue de progresser à grands pas dans la lutte contre la fraude fiscale

Partagez
Noter cette article :

Le Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales a publié 9 nouveaux rapports d’examen par les pairs, y compris un rapport supplémentaire de Phase 1 portant sur la Suisse, qui montrent que la communauté internationale continue de progresser vers la mise en œuvre de la norme internationale d’échange de renseignements sur demande.

L’OCDE salue les initiatives récentes de la Suisse en faveur de la transparence fiscale, jugées suffisantes pour supprimer ce pays de la liste des juridictions bloquées dans leur processus d’examen par les pairs. Les examinateurs vont désormais déterminer dans quelle mesure la Suisse applique effectivement l’échange de renseignements sur demande ; ce rapport devrait paraître au second semestre de 2016.

Les rapports de Phase 1 portant sur El Salvador et la Mauritanie évaluent leur cadre juridique et réglementaire pour la transparence et l’échange de renseignements. Ces deux pays passeront à l’étape suivante du processus, qui étudiera les pratiques d’échange de renseignements, au cours du premier semestre de 2015.

Le Forum mondial a également analysé les pratiques d’échange de renseignements de six juridictions par le biais de rapports de Phase 2 d’examen par les pairs. Il a attribué à chacune d’elles des notes de conformité avec les différents éléments qui composent la norme internationale ainsi qu’une note globale. Cinq juridictions – ArubaÎles CookHongriePortugal et Uruguay – ont reçu la note globale « conformes pour l’essentiel ». Curaçao a été jugé « partiellement conforme ».

Le rapport supplémentaire sur la Suisse évalue les améliorations apportées à son cadre juridique et à ses mécanismes d’échange de renseignements fiscaux depuis l’adoption du rapport de Phase 1 en 2011. La Suisse a mis en place une nouvelle loi sur l’assistance administrative internationale, qui s’applique expressément à tous les mécanismes d’échange de renseignements. Elle a également mis à jour son réseau de conventions, en signant de nouveaux accords bilatéraux ainsi que la Convention concernant l’assistance administrative mutuelle en matière fiscale. La Suisse dispose actuellement de mécanismes d’échange de renseignements avec 127 juridictions. 92 d’entre eux sont conformes à la norme internationale, dont 42 sont en vigueur. La Suisse remplit les conditions pour passer à la Phase 2, qui sera lancée au second semestre de 2015.

Avec la diffusion de cette dernière série d’examens, le Forum mondial a désormais réalisé 183 examens par les pairs et attribué des notes de conformité à 76 juridictions qui ont fait l’objet d’un examen de Phase 2. Quatre juridictions sont jugées non conformes, tandis que dix sont aujourd’hui partiellement conformes. Il reste 11 juridictions qui ne peuvent pas passer à la Phase 2 compte tenu des défaillances dans leur cadre juridique et réglementaire. Un examen supplémentaire des Îles Marshall a été lancé en février 2015 en vue d’évaluer les changements apportés à leur cadre juridique pour se conformer à la norme mondiale depuis l’examen de Phase 1 de 2012.

 

Ven. 20 mars 2015 - BdF - L’encours d’OPC non monétaires à son plus haut niveau depuis octobre 2007

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs 

  • OPC monétaires (278,5 milliards d’euros, données consolidées (a)) : la collecte des OPC monétaires est positive en janvier (+3,7 milliards d’euros en données cvs après -11,6 milliards en décembre).
  • OPC non monétaires (1044,8 milliards d’euros, données non consolidées) :les souscriptions nettes sont légèrement positives en janvier (+0,4 milliard en données cvs, après +2,8 milliards en décembre). Elles se portent principalement sur les fonds mixtes (+1,4 milliard) et les fonds obligataires (+1,0 milliard) alors que les « autres fonds » (b) subissent des retraits (-2,1 milliards). En raison essentiellement d’effets de valorisation (+35,6 milliards), l’encours d’OPC non monétaires s’inscrit à son plus haut niveau depuis octobre 2007.

(a) L’encours consolidé des titres d’OPC monétaires exclut la détention de titres des OPC monétaires résidents.

(b) La catégorie des « autres fonds » regroupe les fonds d’épargne salariale, fonds à formule, fonds à risque, fonds innovation, fonds d’investissement de proximité et « hedge funds ».

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Ven. 20 mars 2015 - Argus de la Finance - CGPI : les conseillers en gestion de patrimoine indépendants en pleine mutation

Partagez
Noter cette article :

Le site internet Argus de la Finance a publié un dossier sur le thème de la mutation des conseillers en gestion de patrimoine indépendants.

Les quelque 4 000 conseillers en gestion de patrimoine indépendants (CGPI), qui représentent environ 7% de l'encours d'assurance vie en France, constituent un réseau en pleine évolution mais toujours convoité.

Selon la directive MIF 2, à horizon 2017, lesconseillers en gestion patrimoine pourront conserver leur modèle économique basé sur les commissions… s’ils renoncent à se prétendre « indépendant ». 

Mais tout n’est pas réglé : les questions liées à la transparence de leur rémunération pourraient déstabiliser les cabinets et leur relation avec leur client. De même, l’afflux de règlementation et l’environnement de taux bas pèsent sur leur quotidien. De Patrimonia aux conventions annuelles de leurs associations agréées, en passant par les enquêtes d’opinion menées sur la profession de CGP : les questions sont souvent les mêmes.

UN RÉSEAU ENCORE CONVOITÉ

Il n’empêche, les CGPI restent, pour les assureurs, un réseau de distribution convoité pour vendre de l’épargne patrimoniale comme le montre de récents partenariats. Ils sont aussi parfois à l’avant-garde comme sur la souscription dématérialisée ou la vente de fonds eurocroissance

Dans un tel contexte, ils seront sans doute amener à perdre leur "i" d'indépendant et à se regrouper pour rompre l'isolement comme l'explique le dossier CGPI de l'Argus de l'assurance à paraître vendredi 20 mars dont nous dévoilons quelques éléments.  

Consulter l'article

Ven. 20 mars 2015 - Project Syndicate - L’impartialité pour la dette souveraine

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d'économie et professeur d'université à l'Université de Columbia, et de Martin Guzman, chercheur postdoctoral au Département d'économie et des finances à la Columbia University Business School, sur le thème de l'impartialité pour la dette souveraine.

En juillet dernier, lorsque le juge fédéral américain Thomas Griesa a prononcé une décision concernant l’Argentine stipulant que cette dernière devait rembourser intégralement ce que l’on a appelé les « fonds vautours » qui avaient racheté sa dette souveraine à un prix imbattable, la nouvelle à plonger le pays dans la faillite, dite faillite-Griesa. Cette décision a eu de profondes répercussions, y compris sur les obligations issues de différentes juridictions, suggérant ainsi que la justice américaine imposait sa règle sur les contrats exécutés dans d’autres pays.

Depuis, les avocats et les économistes tentent de démêler le dédale des implications de la décision de Griesa. La justice américaine peut-elle réellement revendiquer l’autorité de sa justice au-delà des frontières de l’Amérique ?

Consulter l'article

Lien de secours

Jeu. 19 mars 2015 - BRI - Le Comité de Bâle et l'OICV revoient le calendrier d'application des exigences de marge pour les dérivés non compensés centralement

Partagez
Noter cette article :

La Banque des Réglements Internationnaux a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce avoir modifié le dispositif établissant les exigences de marge applicables aux dérivés dont la compensation n'est pas assurée par une contrepartie centrale.

Le dispositif avait initialement été publié en septembre 2013, après deux consultations. Conscients de la complexité de sa mise en œuvre, le Comité de Bâle et l'OICV sont convenus : i) de différer de neuf mois l'application des obligations d'échange portant sur les marges initiales et les marges de variation ; ii) d'introduire une période transitoire aux fins d'une application graduelle de l'obligation d'échanger une marge de variation.

Par rapport au dispositif de 2013, la version révisée reporte au 1er septembre 2016 le début de la période transitoire de collecte et de versement de la marge initiale des dérivés non compensés centralement, initialement fixée au 1er décembre 2015. La fin de la période transitoire a été décalée pour tenir compte de ce report de neuf mois. En outre, s'agissant de l'obligation d'échanger une marge de variation, une période transitoire de six mois, qui débutera le 1er septembre 2016, est instituée. Le tableau ci-après résume ces changements.

Conformément à leurs mandats, le Comité de Bâle et l'OICV continueront de suivre l'avancement de la mise en œuvre du dispositif afin de s'assurer d'une progression concordante entre les différents produits, juridictions et intervenants de marché. Ils s'intéresseront, notamment, à l'élaboration de réglementations nationales et réfléchiront à des recommandations sur la validation et la vérification a posteriori des modèles d'appels de marge.

Le Comité de Bâle et l'OICV poursuivront la concertation avec le secteur, notamment aux fins de la mise au point de modèles de marge initiale respectant les exigences en vigueur. Cette coopération permettra de garantir la conformité des modèles quantitatifs de marge initiale en cours d'élaboration avec le dispositif. Toutefois, le Comité de Bâle et l'OICV n'analyseront ni ne valideront de modèle.

Jeu. 19 mars 2015 - AMF - Décision du 17 février 2015 de modification des règles d'Alternext en vue d'introduire des règles spécifiques relatives au placement privé de titres de créance

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié la décision du 17 février 2015 relative à la modification des règles d'Alternext en vue d'introduire des règles spécifiques relatives au placement privé de titres de créance.

Sont ainsi approuvées les modifications des règles d’Alternext soumises par Euronext Paris SA. Le texte de ces modifications est annexé à la présente décision.

Elles entreront en vigueur à la date déterminée par Euronext Paris SA.

Télécharger le document

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :