L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour une dizaine de news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mar. 18 nov. 2014 - IATA - Premium Traffic Monitor - Septembre 2014 : Hausse du trafic aérien (+2,5%)

Partagez
Noter cette article :

L'IATA, l'Association internationale du transport aérien a publié son "PREMIUM TRAFFIC MONITOR" pour le mois de septembre 2014.

La croissance du nombre de passagers aériens internationaux s'est améliorée au cours du mois de septembre 2014 avec une hausse de 2,5% par rapport à la même période un an plus tôt, une augmentation toutefois plus faible que les 4,5% réalisés au cours du mois d'août 2014.

Ce ralentissement de la croissance du trafic aérien est une conséquence du ralentissement généralisé dans les grandes économies au début du 4e trimestre 2014.

Le marché de l'Extrême-Orient reste faible, en baisse de 1,6% en septembre 2014 par rapport à la même période un an plus tôt. La baisse du trafic aérien en Thaïlande et en Malaisie est aggravée par les déboires de l'économie chinoise.

Le récent affaiblissement de l'économie de la zone euro pourrait commencer à avoir des effets négatifs sur le nombre de passagers aériens, avec une hausse de seulement 2,3% pour le marché intérieur européen, soit un retrait par rapport à la tendance observée jusqu'à présent cette année (3,6%).

Passagers aériens internationaux par classe de siège

Points clés :

  • Growth in international air passengers slowed in September, rising 2.3% compared to a year ago – a weaker increase than the 4.5% achieved in August. Premium and economy passenger numbers were up by the same rate in September, 2.3%; 
  • There was also a decline in passenger numbers in September compared to August. Part of that is a correction in volumes after the strong increase in August compared to July – importantly, the overall trend remains positive;
  • But there is also a more fundamental weakening the positive growth trend, with latest data showing widespread slowing in major economies at the start of Q4;
  • The within Far East market remains weak, contracting 1.6% in September year-on-year. Air travel declines in Thailand and Malaysia and now being compounded by setbacks in the Chinese economy;
  • The recent weakening of the Eurozone economy may be starting to have negative impacts on air travel demand, with a rise of just 2.3% for the within Europe market – slower than the trend so far this year (3.6%);
  • Longer-haul markets have been performing relatively more strongly, including the North Atlantic and North and Mid Pacific, which explains why international RPKs are growing much faster than passenger numbers.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mer. 19 nov. 2014 - BdF - Les souscriptions nettes de titres d’OPC monétaires des non-résidents redeviennent positives en septembre 2014

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres des souscriptions nettes de titres d’OPC pour le mois de septembre 2014.

OPC non monétaires (1003,8 milliards d’euros, données non consolidées) : reprise des souscriptions nettes en septembre (+2,6 milliards en données cvs) après les rachats nets enregistrés en août (-0,6 milliard) et en juillet (-0,1 milliard).

OPC monétaires (273,6 milliards d’euros, données consolidées) : les rachats nets se poursuivent en septembre (-6,8 milliards en données cvs, après -4,9 milliards en août). Néanmoins, les non-résidents souscrivent pour 2,7 milliards de titres d’OPC monétaires après 0,3 milliard de rachats nets en août.

Évolution des encours de titres d'OPC en septembre 2014
(en milliards d'euros, taux de valorisation en %)

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 18 nov. 2014 - AMF - S'informer sur... Le Médiateur de l'AMF

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié un guide d'information sur son Médiateur.

La médiation est un service public gratuit prévu par la loi. L’intervention du médiateur offre une ultime occasion de résoudre amiablement un litige en matière financière à l’aide d’un tiers indépendant et impartial. Le recours au médiateur est encadré par une charte.

L'AMF y rappelle entre autres que le médiateur intervient dans le cadre de tout litige qui entre dans son champ de compétences :

  • la commercialisation de produits financiers,
  • la gestion de portefeuille,
  • la transmission d’ordres de bourse,
  • la tenue de compte titres ou PEA,
  • le Forex (si la société est agréée),
  • l’épargne salariale,
  • etc.

Dans le cadre de sa mission de protection et d’information des épargnants, l’Autorité des marchés financiers met à disposition du piblic des guides pratiques sur des thèmes variés concernant la bourse et les produits financiers. 

Bibliothèque : Le médiateur de l’AMF,

Mar. 18 nov. 2014 - Eurostat - Le PIB en hausse de 0,2% dans la zone euro et de 0,3% dans l’UE28

Partagez
Noter cette article :

Eurostat a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce les chiffres du PIB de la zone euro pour le troisième trimestre 2014.

Au cours du troisième trimestre 2014, le PIB corrigé des variations saisonnières a augmenté de 0,2% dans la zone euro1 (ZE18) et de 0,3% dans l’UE28 par rapport au trimestre précédent, selon les estimations rapides publiées par Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne. Au cours du deuxième trimestre 2014, le PIB avait crû de 0,1% dans la zone euro et de 0,2% dans l’UE28.

En comparaison avec le même trimestre de l'année précédente, le PIB corrigé des variations saisonnières a enregistré une hausse de 0,8% dans la zone euro et de 1,3% dans l’UE28 au troisième trimestre 2014, après respectivement +0,8% et +1,3% le trimestre précédent.

Au cours du troisième trimestre 2014, le PIB des États-Unis a augmenté de 0,9% par rapport au trimestre précédent (contre +1,1% au deuxième trimestre 2014). Par rapport au même trimestre de l'année précédente, le PIB a progressé de 2,3% (contre +2,6% au deuxième trimestre 2014). 

Taux de croissance du PIB de l'UE28, de la zone euro et des États-Unis
Pourcentage de variation par rapport au trimestre précédent

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 18 nov. 2014 - FINMA - La FINMA reconnaît les règles de conduite de la SFAMA

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce qu'elle reconnaît les règles de conduite de la SFAMA.

L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA reconnaît les règles de conduite de la SFAMA en tant que standard minimal. Ces règles correspondent aux devoirs de diligence et d'information du secteur, devoirs élargis suite à la révision de la loi sur les placements collectifs de capitaux. Elles entreront en vigueur au 1er janvier 2015.

Les révisions partielles de la loi sur les placements collectifs de capitaux et de l'ordonnance sur les placements collectifs de capitaux ont conduit à un élargissement conséquent des devoirs de diligence et d'information incombant aux titulaires d'autorisation et à leurs mandataires. De nouvelles dispositions ont ainsi été introduites concernant l'information de tous les honoraires et frais imposés aux investisseurs ainsi que des rémunérations pour la distribution. De plus, la séparation fonctionnelle et hiérarchique des systèmes de contrôle et le traitement des conflits d'intérêts sont également réglés.

Les règles de conduite de la SFAMA mettent désormais en œuvre l'essentiel des règles de conduite légales élargies. Par ailleurs, les établissements actifs dans le domaine des placements collectifs de capitaux sont tenus de suivre une politique de salaires et de rémunération adaptée au principe de proportionnalité ainsi qu'à la taille et au profil de risque de l'établissement.

Les règles de conduite de la SFAMA engendrent aussi une simplification, puisque les deux règles de conduite préexistantes pour l'industrie suisse des fonds et pour les gestionnaires de placements collectifs, datant de 2009, sont réunies en un code de conduite commun. Les nouvelles règles de conduite entrent en vigueur au 1er janvier 2015, un délai transitoire d'un an étant cependant prévu pour permettre de mener à bien les travaux de mise en œuvre nécessaires.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Mar. 18 nov. 2014 - Project Syndicate - La goutte capable de faire déborder le vase européen de la Grande Bretagne ?

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article d'Harold James, professeur d'histoire et d'affaires internationales à l'Université de Princeton, professeur d'histoire à l'Institut universitaire européen de Florence, et Senior Fellow au Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale, sur le thème de la goutte capable de faire déborder le vase européen de la Grande Bretagne.

Est-ce que 1,7 milliards de livres sterling (2,7 milliards de dollars) représentent une grosse dépense pour le gouvernement britannique ? C’est le cas quand il s’agit d’une exigence budgétaire de l'Union européenne qui tombe du ciel.

En outre, l'impact de la facture budgétaire inattendue de l'UE n’est pas seulement d'ordre financier, car elle est arrivée à un moment où le parti anti-européen United Kingdom Independence Party (UKIP) a le vent en poupe dans les sondages.

L'épisode révèle le caractère arbitraire de l'établissement du budget de l'UE, qui montre l'Union européenne elle-même sous un mauvais jour – et pourrait faire déborder le vase de l'adhésion de la Grande-Bretagne...

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 17 nov. 2014 - FCA - Marché des changes : lourde amende pour 5 banques accusées de manipulation

Partagez
Noter cette article :

L'Autorité des marchés de la Grande-Bretagne a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce la condamnation de 5 banques pour manipulation du marché des changes.

Les banques visées sont les américaines Citibank et JP Morgan Chase, les britanniques HSBC et RBS, et la suisse UBS.

Les deux autorités de régulation soupçonnent les traders des 5 banques de s'être entendus, via des forums de discussion sur Internet et des messageries instantanées, pour manipuler les cours en leur faveur. Ces mauvaises pratiques auraient duré du début 2008 à la fin 2013.

Selon le communiqué de presse de la FCA, les cinq banques visées "n'avaient pas correctement contrôlé leurs opérations dans les échanges de devises du G10", un panier comprenant les dix monnaies les plus utilisées dans le monde.

Le régulateur britannique impose une amende record de 1,1 milliard de livres au total (1,4 milliard d'euros) à l'encontre des cinq grandes banques internationales. Le régulateur américain des marchés dérivés, la CFTC, a infligé quant à lui une amende d'un montant total dépassant 1,4 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros).

La FCA indique de son côté que son enquête se poursuit sur Barclays, qui ne fait pas partie du règlement négocié de mercredi dernier.

Résumé :

The G10 spot FX market is a systemically important financial market. At the heart of today’s action is our finding that the failings at these Banks undermine confidence in the UK financial system and put its integrity at risk.

In relation to Barclays Bank Plc, we will progress our investigation into that firm which will cover its G10 spot FX trading business and also wider FX business areas.

In addition to taking enforcement action against and investigating the six firms where we found the worst misconduct, we are launching an industry-wide remediation programme to ensure firms address the root causes of these failings and drive up standards across the market. We will require senior management at firms to take responsibility for delivering the necessary changes and attest that this work has been completed.

This complements our ongoing supervisory work and the wider reforms to the fixed income, commodity and currency markets which are the subject of the UK Fair and Effective Markets Review.

Consulter le communiqué de presse de la FCA

Consulter le communiqué de presse de la CFTC

Lun. 17 nov. 2014 - BdF - Sélection de variables et modélisation prédictive multi-fréquentielle

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un article de Clément Marsilli sur le thème de la sélection de variables et de la modélisation prédictive multi-fréquentielle.

Dans le cadre de prévisions de court terme de l’activité économique, mobiliser l’ensemble de l’information disponible est un élément essentiel à une bonne modélisation. La différence dans les fréquences d’échantillonnage des indicateurs macroéconomiques restreint un usage efficient de ces données. À cet égard, la modélisation multi-fréquentielle MIDAS (Mixed-Data Sampling) a prouvé sa capacité à agréger de manière optimale les séries temporelles pour la prévision économique. Le choix des variables à privilégier demeure néanmoins délicat.

Cet article entend développer différentes techniques de sélection de variables à fréquences multiples dans l’optique d’améliorer la capacité prédictive de la modélisation MIDAS.

Deux méthodes basées respectivement sur la sélection par régression pénalisée et la recherche stochastique bayésienne sont notamment introduites dans cette étude. Celles-ci sont combinées à une procédure de validation croisée permettant une sélection automatique des variables selon leur apport prédictif.

Enfin, les aptitudes empiriques des différentes stratégies MIDAS sont comparées via un exercice de prévision du PIB américain sur la période 2000-2013 à partir de données journalières et mensuelles

Il apparaît que les modélisations développées dans cet article parviennent à identifier les indicateurs conjoncturels avancés et améliorent ainsi leur qualité prédictive.

Consulter l'article

Lien de secours

Lun. 17 nov. 2014 - FINMA - Réglementation sur les liquidités : début de la période d'observation concernant le NSFR

Partagez
Noter cette article :

La FINMA, l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers suisse, a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce le début de la période d'observation concernant le NSFR (réglementation sur les liquidités).

Le ratio structurel de liquidité à long terme (net stable funding ratio, NSFR) fait partie de la nouvelle réglementation sur les liquidités instaurée par Bâle III et doit être appliqué comme exigence minimale en Suisse dès 2018. L'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers FINMA travaille déjà à l'introduction de cette valeur de référence et requiert à partir de 2015, à titre de test, l'établissement de rapports de la part de ses assujettis.

Le Comité de Bâle a adopté le NSFR le 31 octobre 2014. Le NSFR viendra dès 2018, en tant que standard réglementaire minimal, compléter le ratio de liquidité à court terme (liquidy coverage ratio, LCR), conformément aux calendriers suisse et international fixés pour l'introduction des dispositions de Bâle III.

De manière similaire à l'introduction du LCR, la mise en place du NSFR doit être précédée d'une période d'observation de plusieurs années avec collecte de données. Cette manière de procéder a déjà fait ses preuves lors de l'introduction du LCR. Les buts visés par la collecte de données sont multiples. Tout d'abord, elle permet aux banques de se préparer à la nouvelle réglementation, notamment en adaptant la gestion de leur financement en fonction de ce nouveau ratio et en élaborant les rapports correspondants. Ensuite, les données collectées pourront être exploitées par le groupe de travail national sur la réglementation des liquidités, lors de l'élaboration de la réglementation relative au NSFR. Elles serviront notamment de base aux discussions portant sur les questions de calibrage et sur la forme à donner au nouveau justificatif de liquidité NSFR. Enfin, les données récoltées permettront également aux autorités d'évaluer les effets de l'introduction des exigences minimales relatives au NSFR.

La période d'observation s'étend sur trois ans et se divise en deux étapes. En préparation à l'introduction du NSFR, la FINMA collecte les données suivantes:

  • Test-reporting: cinq rapports trimestriels sur des formulaires Excel à partir du 31 décembre 2014 pour toutes les banques des catégories de surveillance 1 à 3 ainsi qu’une sélection d'établissements de la catégorie 4.
  • Etablissement général de rapports: rapports trimestriels sur les formulaires d’annonce de la BNS pour toutes les banques dès le deuxième trimestre 2016 et jusqu'à la fin de l'année 2017.

Afin de permettre aux établissements participant au test-reporting d'établir leurs rapports, La FINMA met en ligne un formulaire pour collecter les données (en allemand), accompagné d'instructions de traitement (en allemand). Une version française de ces instructions suivra. Les instructions de traitement contiennent des informations supplémentaires relatives au concept du NSFR et à la structure du formulaire de collecte de données.

S'agissant d'un test-reporting, il est possible que le formulaire de collecte et les instructions de traitement  fassent l'objet de modifications périodiques. Ce test-reporting ne comprend pas les autres paramètres d'observation. Ceux-ci feront l'objet d'un autre test-reporting dont le début sera indiqué par la FINMA durant le premier semestre 2015.

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 17 nov. 2014 - OCDE - L’Asie émergente devrait connaître une croissance robuste à moyen terme, mais les réformes institutionnelles seront essentielles pour l’avenir

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce que l'asie émergente devrait connaître une croissance robuste à moyen terme, mais que les réformes institutionnelles seront essentielles pour l’avenir.

Alors que les perspectives restent modérées pour de nombreux pays de l’OCDE, l’Asie émergente devrait connaître une croissance de moyen terme robuste, selon les dernières Perspectives économiques en Asie du Sud-Est, Chine et Inde. La croissance annuelle du PIB de l'Asean -10, la Chine et l'Inde sera en moyenne de 6,5% sur la période 2015-19. La dynamique de croissance reste robuste dans les 10 pays de l'ASEAN, avec une croissance économique de 5,6% en moyenne sur la période 2015-19. La région reste cependant exposée à des risques internes et externes, qui rendent essentiels la poursuite des réformes, l'intégration régionale et le renforcement des capacités institutionnelles.

Les Perspectives voient les grandes économies de l'ASEAN-5 – l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande et le Viet Nam – maintenir leur dynamique de croissance sur le moyen terme, avec en premier lieu l'Indonésie (6,0%) et les Philippines (6,2%). Les perspectives économiques pour Brunei Darussalam et Singapour sont stables, tandis que le Cambodge, le Laos et le Myanmar verront leur croissance accélérer, et dépasser 7% par an.

En ce qui concerne les deux plus grandes économies émergentes de l'Asie, la Chine et l’Inde, la croissance de la Chine devrait ralentir à 6,8% sur la période 2015-19, dans la mesure où elle s’adapte à l'évolution démographique, au passage d'une croissance tirée par l’investissement à une croissance également tirée par la consommation, et à des défis dans le secteur de l'agriculture et dans le domaine de l’éducation, de même qu’à des défis environnementaux. La croissance de l'Inde devrait rester stable à 6,7%, avant tout renforcement potentiel résultant des plans de réforme du nouveau gouvernement.

« Alors que les économies émergentes d'Asie font preuve de résilience, elles restent exposées à plusieurs risques, y compris le ralentissement de la demande externe et l'instabilité politique de la région », a déclaré le Secrétaire général adjoint de l'OCDE, Monsieur Rintaro Tamaki, lors du lancement du rapport au Sommet de l’investissement et du commerce  de l'ASEAN au Myanmar. « Accélérer davantage le processus d'intégration régionale pour construire la Communauté économique de l'ASEAN d'ici à 2015 est nécessaire, tout comme le renforcement des capacités nationales dans les secteurs publics afin de soutenir la mise en œuvre des politiques qui favoriseront la croissance et le développement. »

« Des capacités institutionnelles renforcées et des gouvernements efficaces sont nécessaires dans la région pour favoriser une croissance durable et inclusive. Les Perspectives soulignent l'importance de poursuivre les réformes globales, bien conçues et avec un rythme approprié, tout en reconnaissant l'importance des contextes spécifiques à chaque pays dans l'élaboration de leurs résultats », a déclaré le Directeur du Centre de développement de l'OCDE, Monsieur Mario Pezzini.

Les objectifs des plans nationaux de développement à moyen terme identifient et reflètent bien les priorités des gouvernements. La traduction effective de ces objectifs en résultats a varié considérablement entre les pays et entre les domaines de politiques au sein des pays.

Par exemple, le plan national de développement à moyen terme de l'Indonésie (2010-2014) et le plan de développement des Philippines (2011-2016) ont contribué à de solides performances économiques dans les deux pays, mais des défis demeurent dans la réduction des inégalités. Les taux de croissance élevés, favorisés par le dixième plan de la Malaisie (2011-2015), ont mis le pays sur une voie favorable mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre les objectifs en termes d'inclusion et de durabilité. La Malaisie devra également améliorer ses niveaux de productivité pour devenir un pays à revenu élevé.

Les réformes du secteur public ont fait des progrès considérables en Asie du Sud-Est, Chine et Inde, bien que de nombreux pays de la région doivent apporter de nouvelles améliorations en vue d’atteindre un meilleur classement sur  l'Indice d'Efficacité du Gouvernement et d'autres mesures de performance du secteur public.

De même, l'Asie émergente a connu un succès mitigé dans la construction des institutions sur lesquelles reposent les marchés - telles que l’Etat de droit et l’exécution des contrats - et dans l'application des exigences fiscales et réglementaires dans le secteur privé. Il convient de remédier à ces faiblesses potentielles identifiées pour faire face à l'informalité, qui entrave le potentiel de croissance, et pour encourager le développement de marchés formels flexibles.

Consulter le communiqué de presse

Lien de secours

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :