L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Ven. 08 juil. 2016 - BCE - Statistiques relatives aux taux d’intérêt des banques de la zone euro : mai 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs aux taux d’intérêt des banques de la zone euro pour le mois de mai 2016.

L’indicateur composite du coût d’emprunt pour les nouveaux prêts accordés aux sociétés a reculé de 8 points de base par rapport au mois précédent, s’établissant à 1,91 % en mai 2016.

L’indicateur composite du coût d’emprunt pour les nouveaux prêts au logement consentis aux ménages a fléchi de 7 points de base par rapport au mois précédent, ressortant à 2,02 % en mai. Il s’agit de la 4e baisse consécutive depuis février 2016.

Au cours du même mois, le taux d’intérêt composite appliqué aux nouveaux dépôts des sociétés et des ménages de la zone euro a diminué.

Taux d’intérêt des banques sur les contrats nouveaux de prêt et de dépôt concernant les sociétés et les ménages de la zone euro
(en pourcentage annuel)

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 08 juil. 2016 - Ministère des Finances - Lancement du contrat d’assurance-vie «capital-investissement», au service du financement des entreprises

Partagez
Noter cette article :

Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, a annoncé le lancement du premier contrat d’assurance-vie « capital-investissement ». Ce nouveau produit vise à favoriser la mobilisation de l’épargne des Français au service du financement des entreprises.

Auparavant, lorsque le souscripteur d’un contrat d’assurance-vie rachetait son contrat ou décédait, l’assureur disposait de deux mois pour verser la valeur correspondante au contrat à l’assuré ou au(x) bénéficiaire(s), une fois les pièces nécessaires reçues. Cette obligation avait pour conséquence que les assureurs ne pouvaient proposer des contrats dits en unités de compte (UC) investis en titres financiers qu’ils n’étaient pas capables de liquider sur un marché dans ce délai.

Contribuer au financement en fonds propres des entreprises

Depuis la loi pour la croissance, l'activité et l’égalité des chances économiques, l’encadrement de l'assurance-vie a été modifié afin de permettre la création de produits dédiés au capital-investissement. Désormais, les assureurs-vie pourront proposer des unités de compte correspondant à des parts de fonds de capital-investissement.

C’est-à-dire en parts de fonds qui investissement en titres non cotés de PME, ce qui n’existait pas avant la loi croissance. Le paiement au rachat ou au décès sera effectué en titres. Cette mesure permet de faire en sorte que l'assurance-vie, investie aujourd’hui en grande partie en obligations des Etats, contribue davantage au financement en fonds propres des entreprises.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 08 juil. 2016 - AMF - Guide d’élaboration du programme d’activité des sociétés de gestion de portefeuille et des placements collectifs autogérés

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié sa doctrine relative à l'élaboration du programme d’activité des sociétés de gestion de portefeuille et des placements collectifs autogérés.

La position-recommandation DOC-2012-19 indique comment renseigner les rubriques du dossier d’agrément (dont le programme d’activité) et des fiches complémentaires.

Il apporte notamment des précisions sur la règle des "quatre yeux", l’accès à la qualité de membre de marché, l’analyse crédit, la délégation et l’externalisation, les exigences en fonds propres ainsi que sur le dispositif de contrôle interne.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 08 juil. 2016 - BdF - Forte croissance des crédits à l’habitat et à la consommation

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié les chiffres relatifs aux crédits aux crédits aux particuliers pour le mois de mai 2016.

Le taux de croissance annuel des crédits aux particuliers est en hausse en mai 2016 (+ 3,8 %, après + 3,6 % en avril), sous l’effet conjugué de l’augmentation des crédits à la consommation (+ 5,9 %, après + 5,2 %) et des crédits à l’habitat (+ 3,4 %, après + 3,2 %).

La production de crédits nouveaux à l’habitat augmente (16,9 milliards d’euros, après 15,5 milliards d’euros en avril 2016), portée par une remontée des renégociations.
Le taux d’intérêt des crédits à l’habitat à long terme à taux fixe est en baisse régulière depuis décembre 2015 (1,98 % en mai 2016, après 2,10 % en avril 2016 et 2,34 % en décembre 2015).

Encours et taux de croissance annuel

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 07 juil. 2016 - Project Syndicate - Rareté financière dans un monde d’abondance

Partagez
Noter cette article :

Le site project-syndicate.org a publié l'article de Barry Eichengreen, professeur d'économie et de sciences politiques à l'Université de Californie, Berkeley, et ancien conseiller principal en politiques auprès du Fonds monétaire internationa, sur le thème de la rareté financière dans un monde d’abondance.

Alors que les taux d'intérêt sont à des niveaux historiquement bas et que les banques centrales achètent tout ce qui bouge, le monde est inondé de crédit. Pourtant, paradoxalement, une grave pénurie de liquidités internationales met l'économie mondiale en danger.

« Liquidités internationales » fait ici référence à des actifs de grande qualité acceptés dans le monde entier pour payer des importations et le service de la dette extérieure. Ce sont les mêmes actifs que les banques centrales utilisent lorsqu'elles interviennent sur les marchés des changes. Ils servent de réserve de valeur fiable pour les investisseurs internationaux. Ils fournissent des repères de prix sur les marchés financiers. Enfin, ils sont largement acceptés comme garantie dans le cadre de prêts transfrontaliers.

Dès lors, la principale différence entre ces actifs internationaux et des actifs liquides en général, est que seuls les premiers sont acceptés dans un grand nombre de pays différents et utilisés régulièrement dans des transactions entre ces derniers...

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 07 juil. 2016 - BdF - Rémunération inchangée des dépôts bancaires à moins de deux ans

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié les chiffres relatifs aux crédits au taux de rémunération des dépôts bancaires pour le mois de mai 2016.

Le taux moyen de rémunération des dépôts bancaires à moins de deux ans est stable en mai, à 0,42 %.

En revanche, celui des dépôts bancaires à plus de deux ans affiche une diminution de 5 points de base (2,54 %, après 2,59 % en avril).

Taux moyens de rémunération des encours de dépôts bancaires

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 07 juil. 2016 - AMF - Les obligations professionnelles à l’égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers

Partagez
Noter cette article :

L’Autorité des marchés financiers a publié sa doctrine relative aux obligations professionnelles à l’égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers.

La position-recommandation DOC-2007-21 détaille les obligations professionnelles à l’égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers.

Des précisions sont ainsi apportées quant aux conditions d’entrée en relation avec le client, aux mandats de gestion de portefeuille (forme, contenu, information du mandant sur la gestion de son portefeuille) et aux modalités d’exécution du mandat de gestion.

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 07 juil. 2016 - CVMO - Les autorités en valeurs mobilières du Canada présentent les prochaines étapes de l’examen des frais des organismes de placement collectif

Partagez
Noter cette article :

Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières ont publié aujourd’hui l’Avis 81-327 du personnel des ACVM, Prochaines étapes de l’examen des frais des organismes de placement collectif par les ACVM, afin d’honorer leur engagement de communiquer des orientations sur les frais des organismes de placement collectif avant la fin du premier semestre de 2016.

On peut consulter l’Avis 81-327 du personnel des ACVM sur les sites Web des membres des ACVM.

Les ACVM sont le conseil composé des autorités provinciales et territoriales en valeurs mobilières du Canada. Elles coordonnent et harmonisent la réglementation des marchés des capitaux du Canada.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 06 juil. 2016 - Deutsche Börse - Le chiffre d'affaires des marchés au comptant de Deutsche Börse s'établit à 134,9 milliards d'euros en juin 2016

Partagez
Noter cette article :

La Deutsche Börse a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille le chiffre d'affaires de ses marchés au comptant pour le mois de juin 2016.

En juin, le chiffre d'affaires des marchés au comptant de Deutsche Börse s'établit à 134,9 milliards d'euros, contre 149,3 milliards d'euros pour la même période un an plus tôt.

Sur ces 134,9 milliards, 123,9 sont imputables à Xetra (juin 2015 : 140,1 milliards d'euros), 5,6 milliards à Xetra Stood (juin 2015: 6.4 milliards), et 4,2 milliards sont attribuables à la Bourse de Francfort (juin 2015 : (4,1 milliards d'euros). En ce qui concerne le Tradegate Exchange, le chiffre d'affaires de ses carnets d'ordres a atteint approximativement 6,8 milliards d'euros pour la même période contre 5,1 milliards en juin 2015.

Dans le marché action, le chiffre d'affaires a atteint 113,6 milliards d'euros sur les marchés cash de la Deutsche Börse.

Le chiffre d'affaires des obligations est d'environ 700 millions d'euros, et celui des produits structurés de 1,4 milliard d'euros.

Enfin, le chiffre d'affaires du carnet d'ordres dans les ETFs/ETCs/ETNs s'élève à 19,0 milliards d'euros pour la période analysée.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 06 juil. 2016 - OCDE - Les liens entre la faiblesse de l’investissement et le ralentissement de la croissance de la productivité et de la production potentielle dans l’OCDE

Partagez
Noter cette article :

L'Organisation de coopération et de développement économiques a publié un document sur les liens entre la faiblesse de l’investissement et le ralentissement de la croissance de la productivité et de la production potentielle dans l’OCDE.

Le cadre général de l’OCDE pour l’estimation du potentiel de production est combiné à des résultats empiriques antérieurs de l’OCDE pour analyser les causes de la faiblesse récente de la croissance de la productivité. La faible croissance de la productivité du travail de ces dernières années reflète des contributions historiquement faibles à la fois de la productivité totale des facteurs (PTF) et de l’intensité capitalistique.

Le ralentissement de la croissance tendancielle de la productivité avant la crise est principalement expliqué par un ralentissement de longue date de la croissance de la PTF ; néanmoins, depuis la crise, l’accentuation de la décélération s’explique surtout par une plus faible contribution de l’intensité capitalistique, qui s’observe dans pratiquement tous les pays de l’OCDE.

Une part substantielle de la faiblesse de la croissance du stock de capital depuis la crise financière peut s’expliquer par la réponse de l’investissement, via un effet accélérateur, à lafaiblesse prolongée de la demande, conduisant à son tour à une détérioration de la production potentielle suivant un effet de type hystérèse.

Des preuves circonstancielles suggèrent qu’une mauvaise allocation du capital avant la crise a aussi contribué au ralentissement de la croissance du stock de capital, notamment parmi les pays les plus sévèrement touchés. Dans beaucoup de pays de l’OCDE, la baisse de l’investissement public en point de PIB a encore aggravé la faiblesse post-crise de la croissance du stock de capital, à la fois directement et aussi probablement indirectement via des effets négatifs sur l’investissement des entreprises.

Enfin, dans un contexte où les instruments conventionnels de politiques macroéconomiques sont de plus en plus contraints, le ralentissement du rythme des réformes structurelles représente une opportunité manquée, ne serait-ce qu’en raison du soutien à la fois à l’investissement et à la croissance du potentiel qu’auraient pu fournir des réglementations plus adéquates du marché des produits.

Télécharger le document

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :