L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Ven. 25 nov. 2016 - Ministère des Finances - Renforcer le dispositif de gel des avoirs pour lutter plus efficacement contre le financement du terrorisme

Partagez
Noter cette article :

Lors du Conseil des ministres du mercredi 23 novembre, Michel Sapin, ministre de l’Économie et des Finances, a présenté une ordonnance visant à renforcer la cohérence et l’efficacité du dispositif national de gel des avoirs. Retour sur les dispositions de cette ordonnance.

Renforcer l'efficacité du dispositif du gel des avoirs

Dans le cadre de la lutte contre le financement du terrorisme, l'ordonnance présentée le 23 novembre 2016 renforce le dispositif du gel des avoirs.

Elle étend le champ des avoirs susceptibles d’être gelés, notamment aux biens immobiliers et mobiliers.

Elle rend automatique l’interdiction pour les personnes assujetties de mettre à disposition des fonds et des ressources économiques au profit des personnes qui font l’objet d’une mesure de gel.

Elle élargit les catégories de personnes assujetties au respect de ces mesures d’interdiction pour permettre le gel de certains versements de prestations en provenance d’organismes publics. Par exemple, des organismes comme les mutuelles ou encore la sécurité sociale ne pourront plus ni verser des sommes, ni ponctionner des comptes bancaires visés par des mesures de gel d’avoirs. Auparavant, seules les personnes physiques ou morales assujetties au respect de ces mesures de gel , à l'instar des établissements bancaires, étaient concernées. Cette mesure évitera que des personnes visées par des mesures de gel d’avoirs continuent de toucher des prestations sociales par exemple.

Elle précise les modalités de déblocage partiel des avoirs gelés afin de prendre en compte la nécessité pour la personne faisant l'objet de la mesure de couvrir les frais du foyer familial et d'assurer la conservation de son patrimoine.

La mise en œuvre de ces nouvelles dispositions sera effective avant le 1er juillet 2017, la date d’entrée en vigueur étant fixée par décret.

Obligations déclaratives et limitation de l'anonymat des cartes prépayées

Cette ordonnance fait suite au décret du 10  novembre 2016 relatif à la lutte contre financement du terrorisme. Ce décret comprenait déjà des mesures annoncées dans le cadre du plan du 18 mars 2015, mais également en novembre 2015. Il comprend des mesures-phares comme :

  • l'accès élargi au fichier des personnes recherchées (FPR), comprenant les fiches « S », par les agents de Tracfin depuis le 11 novembre 2016, au lendemain de la publication du décret,
  • la limitation de l’usage des cartes prépayées avec la prise d’identité dès le premier euro et des mesures de vigilance pour les « cartes cadeaux » à partir de 250 euros, à compter du 1er janvier 2017,
  • l'extension des amendes douanières aux transferts de sommes, titres ou valeurs lorsqu’ils sont acheminés par fret vers ou en provenance d’un pays de l’Union européenne pour une valeur d’au moins 10 000 euros, dès le 1er décembre 2016.

Ven. 25 nov. 2016 - ACC - Baromètre de l'activité chimique du mois de novembre 2016 : hausse de 0,3%

Partagez
Noter cette article :

L'American Chemistry Council a publié un communiqué de presse dans lequel elle analyse les chiffres de l'activité chimique au cours du mois de novembre 2016.

Le Baromètre de l'activité chimique, un indicateur économique avancé créé par l'American Chemistry Council, est en hausse de 0,3 % au cours du mois de novembre 2016. Cette hausse fait suite à celle du mois précédent (+0,3%). Le CAB reste en hausse de 4,2% sur un an, soit une augmentation marquée par rapport aux comparaisons antérieures.

Le Chemical Activity Barometer comprend quatre principaux volets, chacun consistant en une série d'indicateurs : la production, les cours des actions, les prix des produits, et les stocks et d'autres indicateurs.

Résumé :

The Chemical Activity Barometer (CAB), a leading economic indicator created by the American Chemistry Council (ACC), featured another solid gain of 0.3 percent in November, following a gain of 0.3 percent in October and a 0.4 percent gain in September and August. Accounting for adjustments, the CAB is up 4.2 percent over this time last year, a marked increase over earlier comparisons and the greatest year-over-year gain since August 2014. All data is measured on a three-month moving average (3MMA). On an unadjusted basis the CAB climbed 0.3 percent in November, following a 0.2 percent gain in October.

The Chemical Activity Barometer has four primary components, each consisting of a variety of indicators: 1) production; 2) equity prices; 3) product prices; and 4) inventories and other indicators.

In November, three of the four core categories for the CAB improved. Production-related indicators, equity prices, and inventory were positive, while product prices were stable at best.

The Chemical Activity Barometer is a leading economic indicator derived from a composite index of chemical industry activity. The chemical industry has been found to consistently lead the U.S. economy’s business cycle given its early position in the supply chain, and this barometer can be used to determine turning points and likely trends in the wider economy. Month-to-month movements can be volatile so a three-month moving average of the barometer is provided. This provides a more consistent and illustrative picture of national economic trends.

Applying the CAB back to 1912, it has been shown to provide a lead of two to fourteen months, with an average lead of eight months at cycle peaks as determined by the National Bureau of Economic Research. The median lead was also eight months. At business cycle troughs, the CAB leads by one to seven months, with an average lead of four months. The median lead was three months. The CAB is rebased to the average lead (in months) of an average 100 in the base year (the year 2012 was used) of a reference time series. The latter is the Federal Reserve’s Industrial Production Index.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 25 nov. 2016 - BCE - Statistiques relatives aux fonds d’investissement de la zone euro : troisième trimestre 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié les chiffres relatifs aux fonds d’investissement de la zone euro pour le troisième trimestre 2016.

Au troisième trimestre 2016, l’encours de parts émises par les fonds d’investissement non monétaires est ressorti à 9 762 milliards d’euros, soit une hausse de 334 milliards par rapport au deuxième trimestre 2016.

Les fonds d’investissement non monétaires ont renforcé leurs portefeuilles en actions et en titres de créance émis par le reste du monde. Dans le même temps, les avoirs en actions et en titres de créance émis par les résidents de la zone euro ont augmenté.

Les fonds « mixtes » ont enregistré une entrée de 15 milliards d’euros au troisième trimestre 2016 et les fonds « obligations » une entrée de 65 milliards.

L’encours de parts émises par les fonds d’investissement monétaires s’est établi à 1 094 milliards d’euros, soit 30 milliards de plus qu’au deuxième trimestre 2016.

Émissions de parts de fonds d’investissement non monétaires

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 25 nov. 2016 - BdF - Dépôts dans les régions françaises en septembre 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs aux crédits dans les régions françaises en septembre 2016.

La centralisation financière des dépôts et crédits recense, sur une base conventionnelle, les opérations traitées par environ 300 banques adhérentes à la Fédération bancaire française, pour le compte de leur clientèle non financière (résidente et non résidente). Ne participent à cette centralisation ni les sociétés financières ni les institutions financières spécialisées.

La centralisation est élaborée en fonction de l'implantation géographique des guichets ayant traité les opérations et est agrégée par département de la France métropolitaine. Les variations des données d’un mois sur l’autre peuvent refléter les modifications affectant les réseaux bancaires, ainsi que la titrisation de certains crédits.

Pour les dépôts bancaires de la clientèle non financière : Septembre2016

Pour les crédits : Septembre 2016

Ven. 25 nov. 2016 - AMF - L’AMF dresse un bilan de l’information publiée par les sociétés cotées en matière de responsabilité sociale, sociétale et environnementale et publie son rapport annuel sur le gouvernement d’entreprise

Partagez
Noter cette article :

L'autorité des marchés financiers a publié son 3e rapport sur l’information sociale, sociétale et environnementale (RSE) communiquée par un échantillon de sociétés cotées. Ce rapport souligne des bonnes pratiques en matière d’information extra-financière et contient des recommandations sur la transparence et la cohérence de l’information. L’AMF publie, par ailleurs, comme chaque année, son rapport sur le gouvernement d’entreprise et les rémunérations des dirigeants des sociétés cotées.

L’AMF a analysé l’information en matière de responsabilité sociale, sociétale et environnementale (RSE) publiée par un échantillon de 60 sociétés cotées (dont 30 PME-ETI) dans leur document de référence de l’exercice 2015.

L’AMF a constaté que les sociétés cotées françaises, qu’elles soient grandes ou petites, consacrent à ce sujet des moyens croissants en termes de temps, d’allocation de ressources ou de développement de nouveaux outils de suivi. Il ressort, par ailleurs, qu’au-delà du cadre réglementaire, les émetteurs s’engagent davantage sur des objectifs à long terme, recourent à des indicateurs plus clairs et pertinents et tendent, pour certains d’entre eux, à présenter une information intégrant des données financières et extra-financières. Néanmoins, les sociétés pourraient adopter une approche plus resserrée afin de mieux identifier, voire de hiérarchiser les informations à intégrer dans leur « stratégie RSE » et, in fine, dans leur communication.

Les principaux constats faits par l’AMF sont les suivants :

  • Un nombre moyen de 33 pages consacrées à la RSE en très nette augmentation (+40 % par rapport à 2013) ;
  • Une transparence méthodologique des indicateurs qui apparaît comme un point fort des émetteurs français, même si leur comparabilité, d’un émetteur à l’autre, pourrait encore être améliorée ;
  • Des efforts réalisés par les grandes entreprises pour définir des objectifs chiffrés encadrant leur démarche RSE, mais un suivi dans le temps qui peut encore être amélioré ;
  • Quelques émetteurs communiquent désormais sur des éléments extra-financiers au sein de leur communication financière (contre aucun en 2013) ;
  • Un engouement manifeste des grandes entreprises pour les études de matérialité et leur présentation sous forme de « matrices de matérialité » ;
  • La RSE est de plus en plus placée au cœur de la stratégie des émetteurs et considérée comme un véritable levier de performance à long-terme ;
  • Des grandes entreprises de plus en plus engagées dans une démarche d’intégration des enjeux extra-financiers.

A la lumière de cette analyse, l’AMF émet 4 nouvelles recommandations :

  1. Accroitre la pertinence de l’information extra-financière;
  2. Mieux décrire le rôle de la RSE dans la stratégie de l’entreprise ;
  3. S’interroger sur l’articulation des informations financières et extra-financières. En effet, l’AMF est favorable à une démarche d’intégration plus forte dès lors qu’elle permet aux investisseurs de mieux appréhender la stratégie de création de valeur et la performance globale de l’entreprise. Si la diversité des démarches des sociétés conduit l’AMF à ne pas préconiser un modèle de présentation ou un référentiel en particulier, elle est favorable en revanche à ce qu’une telle publication soit intégrée dans le document de référence ;
  4. Améliorer la communication dans le cadre des émissions de « green bonds » en veillant notamment à la transparence de l’information donnée à l’émission des titres et durant leur durée de vie.

Le nombre de recommandations émises par l’AMF est volontairement limité car l’année 2016 est une année de transition. En effet, dès 2017, les émetteurs devront appliquer les dispositions de la loi sur la transition énergétique dans leurs rapports 2016. Par ailleurs, la directive sur l’information non financière, en cours de transposition, devrait conduire à modifier, pour partie, les textes issus de l’« ère Grenelle II », les nouvelles dispositions devant s’appliquer aux rapports sur les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2017.

L’AMF publie, par ailleurs, comme chaque année, en application du code monétaire et financier, son rapport annuel sur le gouvernement d’entreprise et la rémunération des dirigeants de sociétés cotées. Cinq nouvelles recommandations sur les rémunérations des dirigeants sont formulées :

  1. Présenter les éléments de rémunération dans le document de référence ou le rapport annuel de l’exercice considéré ;
  2. Distinguer chacun des critères utilisés pour la partie variable de la rémunération ;
  3. Indiquer le plafond de la rémunération variable au regard de la rémunération fixe ;
  4. En cas d’application de clauses d’ajustement affectant le calcul ou le paiement de certains éléments de la rémunération, donner une information claire et précise sur leur mise en œuvre et veiller à ce que le caractère préétabli des critères ayant permis de déterminer ces éléments ne soit pas remis en cause ;
  5. Faciliter l’accès des actionnaires aux éléments de rémunération soumis au vote.

Jeu. 24 nov. 2016 - BdF - Les crédits dans les régions françaises en septembre 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs aux crédits dans les régions françaises en septembre 2016.

La centralisation financière des dépôts et crédits recense, sur une base conventionnelle, les opérations traitées par environ 300 banques adhérentes à la Fédération bancaire française, pour le compte de leur clientèle non financière (résidente et non résidente). Ne participent à cette centralisation ni les sociétés financières ni les institutions financières spécialisées.

La centralisation est élaborée en fonction de l'implantation géographique des guichets ayant traité les opérations et est agrégée par département de la France métropolitaine.

Les variations des données d’un mois sur l’autre peuvent refléter les modifications affectant les réseaux bancaires, ainsi que la titrisation de certains crédits. 

Pour les dépôts bancaires de la clientèle non financière : Septembre 2016

Pour les crédits : Septembre 2016

Jeu. 24 nov. 2016 - Deutsche Börse - La Bourse de Francfort lance un segment pour les PME

Partagez
Noter cette article :

La Deutsche Börse a publié un communiqué de presse dans lequel elle annonce le lancement le 1er mars 2017 d'un nouveau segment destiné à accueillir les PME et les start-up allemandes, 13 ans après l'arrêt du Neuer Markt.

Carsten Kengeter, le Président de Deutsche Börse a déclaré « Le financement de la croissance fait partie des tâches fondamentales d'une Bourse. Le besoin en capitaux de petites et moyennes entreprises en Allemagne et en Europe a nettement augmenté. »

Pour éviter les excès du « Nouveau Marché », Börse sera donc très sélectif et seules les sociétés ayant un modèle économique éprouvé et répondant aux critères de DB pourront y entrer (publication obligatoire d'études d'analystes financiers et communication transparente). Ces vérifications permettront d'éviter de reproduire les mêmes erreurs qui avaient rompu la confiance des épargnants allemands envers les actions après l'éclatement de la bulle Internet.

Cette initiative fait suite à une demande de Sigmar Gabriel, le ministre de l'Economie, qui souhaite aider les start-up à trouver des fonds. « Je suis confiant dans le fait que le nouveau segment puisse contribuer de manière décisive à ce qu'on voie de nouveau plus d'introductions en Bourse de jeunes entreprises innovantes », a-t-il déclaré.

 

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 24 nov. 2016 - BCE - Balance des paiements mensuelle de la zone euro (septembre 2016)

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié les chiffres relatifs à la balance des paiements mensuelle de la zone euro pour le mois de septembre 2016.

En septembre 2016, le compte des transactions courantes de la zone euro a enregistré un excédent de 25,3 milliards d’euros.

Dans le compte financier, les investissements directs et de portefeuille cumulés ont enregistré des acquisitions nettes d’actifs à hauteur de 32 milliards d’euros et une diminution nette des passifs de 22 milliards.

Télécharger le document

Lien de secours

Mer. 30 nov. 2016 - CVMO - La CVMO publie le rapport d'activité du Bureau des investisseurs pour 2015-2016

Partagez
Noter cette article :

La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO) a publié aujourd'hui l'avis 11-776 du personnel de la CVMO Investor Office Activity Report 2015-2016 (rapport d'activité du Bureau des investisseurs pour 2015-2016).

Le rapport fournit une mise à jour des initiatives en matière de politique, de recherche, d'éducation et de sensibilisation du Bureau des investisseurs de la CVMO depuis son lancement l'année dernière et décrit ses principaux domaines d'intérêt. Parmi ses initiatives en 2015-2016, le Bureau a conclu de nouveaux partenariats avec plus de 30 organismes, mis sur pied un nouveau Comité consultatif d'experts pour les personnes âgées pour aider à mieux comprendre et régler les questions liées aux investisseurs plus âgés, contribué à l'expansion des capacités de recherche de la CVMO et lancé plusieurs outils innovateurs destinés aux investisseurs et au secteur. En outre, les activités d'éducation et de sensibilisation ont enregistré des augmentations importantes en ce qui a trait à l'utilisation et à la participation.

« Le Bureau des investisseurs a entamé son mandat avec un programme ambitieux », a déclaré Tyler Fleming, directeur du Bureau des investisseurs. « Nous voulons atteindre de meilleurs résultats pour les investisseurs en élargissant et en modernisant les efforts de la CVMO relativement à la participation des investisseurs, la recherche, l'éducation et la sensibilisation, et en apportant de nouvelles perspectives à l'élaboration des politiques et des activités de l'organisme. La réaction que nous avons reçue jusqu'à présent nous indique que nous sommes sur la bonne voie. »

Au cours des 12 prochains mois, le Bureau des investisseurs fera progresser d'importants projets, notamment la stratégie globale visant les personnes âgées de la CVMO, un document qui examine les concepts de finance comportementale et de sciences, ainsi qu'une application mobile GerezMieuxVotreArgent.ca conviviale. 

Les investisseurs sont invités à consulter le site InvestorOffice.ca pour en apprendre davantage sur le Bureau des investisseurs et ses travaux.

La CVMO a pour mandat de protéger les investisseurs contre les pratiques déloyales, irrégulières ou frauduleuses et de favoriser des marchés financiers justes et efficaces en plus de promouvoir la confiance en ceux-ci. 

Télécharger le document

Lien de secours

Jeu. 24 nov. 2016 - AMF - Pourquoi et comment investir S’informer sur… en actions cotées ?

Partagez
Noter cette article :

L'autorité des marchés financiers a publié un guide dans lequel elle fait le point sur les actions cotées.

En achetant des actions, vous devenez propriétaire d’une partie du capital d’une société. À ce titre, ce placement vous permet de participer à la vie de l’entreprise – notamment lors des assemblées générales – et de percevoir des dividendes.

Si les actions sont exposées à des variations de cours parfois brusques et inattendues, le rendement est potentiellement intéressant sur le long terme. Avant de vous lancer, posez-vous les bonnes questions.

Sommaire :

  • Pourquoi investir en actions cotées ?
  • Comment investir en actions cotées ?
  • Quelles sont les précautions à prendre ?
  • Quelles questions se poser avant d’investir en actions ?

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :