L'information financière que vous ne trouvez nulle part ailleurs !

Actualité

Nous sélectionnons chaque jour les news que nous estimons importantes pour pouvoir suivre les points suivants :

• le fonctionnement général des marchés financiers, selon les produits et les régions du monde (et principalement en France, Europe et USA) ;

• la réglementation des activités financières, principalement en France, Europe et USA ;

• les tendances économiques et financières fondamentales qui permettent déjà de « voir » l’avenir économique et financier du monde.

Zone :

Categorie :

Mar. 19 avr. 2016 - AMF - L’Autorité des marchés financiers alerte le public contre la société MTL INDEX

Partagez
Noter cette article :

L'autorité des marchés financiers a publié une mise en garde contre des offres d’investissement de la société MTL INDEX sur le territoire français.

La société MTL INDEX propose, notamment via le site http://mtlindex.com/fr/, aux particuliers français d’investir dans des terres rares et métaux précieux.

L’AMF a reçu de nombreux signalements d’investisseurs de cette société, spécialement de la part de clients souhaitant s’informer sur le devenir de leurs investissements ou vendre leur stock de terres rares, et ne parvenant plus à contacter MTL INDEX.

En raison de ces incertitudes et compte tenu des informations qui lui ont été transmises, l’AMF recommande vivement aux épargnants français de ne pas donner suite aux offres d’investissement de la société MTL INDEX.

L’AMF rappelle enfin aux investisseurs d’appliquer avant tout projet de placement les conseils de vigilance suivants :

  • aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé ;
  • obtenez un socle minimal d’informations sur les sociétés ou intermédiaires qui vous proposent le produit (identité sociale, pays d’établissement, responsabilité civile, règles d’organisation, etc.) ;
  • interrogez la société ou l’intermédiaire sur l’étendue de votre responsabilité juridique en souscrivant à son offre ;
  • posez-vous la question de savoir comment est réalisée la valorisation du produit proposé (prix d’achat ou prix de vente) et renseignez-vous précisément sur les modalités de revente du produit.

Placements à haut risque ou arnaques : les conseils de l’AMF

Lun. 18 avr. 2016 - OCDE - Les charges fiscales sur les revenus du travail se sont stabilisées en 2015 dans les pays de l’OCDE

Partagez
Noter cette article :

La charge fiscale pesant sur le salarié moyen est restée constante à 35.9 % dans les pays de l’OCDE en 2015, mettant ainsi un terme à une série de hausses annuelles depuis 2011, selon un nouveau rapport.  

"Les impôts sur les salaires 2016" montrent qu’en 2015, les prélèvements sur les revenus du travail ont légèrement augmenté dans 24 des 34 pays de l’OCDE. Cette hausse fut compensée par des diminutions dans 8 pays. L’Espagne, l’Estonie et la Grèce ont enregistré de fortes baisses, dépassant un point de pourcentage, selon ce rapport.

Le niveau des prélèvements fiscaux et des cotisations de sécurité sociale (CSS) dans chaque pays est mesuré par le « coin fiscal », qui correspond au montant total des impôts et cotisations sociales versés par les salariés et les employeurs, diminué des prestations familiales reçues et divisé par les coûts totaux de main-d’œuvre pour l’employeur.

Entre 2010 et 2015, les impôts sur les salaires ont progressé d’environ 1 point pour le travailleur moyen dans les pays de l’OCDE, même si la plupart des pays n’ont pas relevé les taux légaux de l’impôt sur le revenu. 

L’augmentation des prélèvements sur les salaires s’explique essentiellement par une progression des salaires plus rapide que les allégements et crédits d’impôt, ce qui est corroboré par le fait que 7 pays seulement ont appliqué aux revenus salariaux moyens des taux d’imposition légaux supérieurs en 2015 à ce qu’ils étaient en 2010, et dans 8 pays ces taux étaient plus bas.

« Un niveau élevé de prélèvements sur les seconds apporteurs décourage les individus, et notamment les femmes, de travailler », explique Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d’administration fiscales de l’OCDE. « Les responsables publics devraient faire de l’égalité femmes-hommes une considération essentielle lorsqu’ils conçoivent leur système fiscal. À tout le moins, ils devraient faire plus pour que la conception du système fiscal n’exacerbe pas les inégalités existantes entre les sexes ».  

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 18 avr. 2016 - FMI - L’économie mondiale s’essouffle : une croissance trop faible depuis trop longtemps

Partagez
Noter cette article :

L’économie mondiale continue à croître, mais à faible allure, ce qui l’expose davantage aux risques, indique le FMI dans sa dernière édition des Perspectives de l’économie mondiale

Le FMI prévoit des taux de croissance de 3,2 % en 2016 et 3,5 % en 2017, soit une révision à la baisse de 0,2 % et 0,1 %, respectivement, par rapport à la Mise à jour de janvier 2016 (voir le tableau).

Dans une récente allocution, la Directrice générale du FMI, Mme Christine Lagarde a rappelé que la reprise est encore trop timide, trop fragile, et que cette faiblesse persistante risque d’avoir des répercussions dommageables sur le tissu social et politique de nombreux pays.

«Moins de croissance, cela signifie moins de droit à l’erreur», a déclaré M. Maurice Obstfeld, Conseiller économique et Directeur du Département des études du FMI. «Une croissance anémique persistante laisse des séquelles, qui ont pour effet de ralentir la croissance potentielle, et, du même coup, la demande et les investissements», a-t-il ajouté.

Face à ces perspectives en berne, il importe de réagir avec vigueur, a souligné M. Obstfeld, ce qui implique une stratégie plus énergique sur trois fronts, alliant des mesures structurelles, budgétaires et monétaires.

«Si les décideurs nationaux perçoivent clairement les risques auxquels leurs pays sont tous exposés et agissent ensemble pour s’y préparer, cela pourra avoir des effets positifs considérables sur la confiance à l’échelle mondiale» a ajouté M. Obstfeld.

Points clés :

  • Le taux de croissance mondiale serait de 3,2% cette année et de 3,5 % en 2017 ;
  • Les risques majeurs sont d’ordre financier, géopolitique ou liés aux dissensions politiques ;
  • Il importe d’agir sur trois fronts : structurel, budgétaire et monétaire.

Lire le rapport

Regarder la vidéo

Blog d’Obstfeld

Étude sur les réformes structurelles

Pays émergents et flux de capitaux

Discours de Lagarde

Lun. 18 avr. 2016 - BdF - L’endettement de marché des entreprises ralentit en février

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs à la dette bancaire et endettement de marché des sociétés non financières pour le mois de février 2016.

Le taux de croissance annuel de l’endettement de marché passe de 4,8 % à 2,8 % en février, en raison de remboursements nets de 1 milliard d’euros sur le mois et d’un effet de base, alors que le taux de croissance des emprunts bancaires (4,6 %) est proche de celui du mois précédent.

Au total, la croissance du financement des sociétés non financières s’établit, sur un an, à 3,9 % en février, après 4,8 % en janvier.

Financement des sociétés non financières
(Encours et flux non cvs en milliards d'euros, taux de croissance et taux d'intérêt en %

Télécharger le document

Lien de secours

Lun. 18 avr. 2016 - AMF - L'AMF épingle Aviva Investors France pour ses procédures d'affectation prévisionnelle des ordres

Partagez
Noter cette article :

L'autorité des marchés financiers a publié la décision de sa Commission des sanctions du 6 avril 2016 à l'égard de la société Aviva Investors France.

Le Collège de l'Autorité des marchés financiers avait demandé une amende de 950.000 euros à l’encontre d'Aviva Investors France pour insuffisance des procédures d’affectation prévisionnelle des ordres et des mesures de contrôle afférentes, et pour insuffisance des procédures en matière de conservation et d’enregistrement des ordres.

Pour des faits similaires, la commission des sanctions avait condamné en décembre dernier Fédéris Gestion d’Actifs à une amende de 400.000 euros, alors que le Collège avait demandé 700.000 euros.

L’AMF a ouvert des procédures à l’encontre d’autres sociétés de gestion sur le même fondement.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 15 avr. 2016 - AFG - Gouvernement d’entreprise : nouveau renforcement de l’implication des sociétés de gestion dans l’exercice des votes lors des assemblées 2015 et amélioration de la qualité du dialogue avec les émetteurs

Partagez
Noter cette article :

L’Association française de la gestion financière a publié l’édition 2016 - la quatorzième - de l’enquête annuelle de son service Economie-Recherche sur l’exercice des votes, lors des assemblées tenues en 2015, par les sociétés de gestion de portefeuille.

Voter lors des assemblées d’actionnaires est l’un des moyens pour les gestionnaires d’actifs d’exercer, au nom de leurs mandants - les investisseurs institutionnels et privés - leur rôle de contrôle et d’amélioration de la gouvernance des entreprises, et ce afin de contribuer à terme à améliorer la valeur de celles-ci et donc des placements.

Les gérants sont vigilants quant à la qualité et à la pertinence de l’information fournie par les émetteurs. L’expression de l’influence des actionnaires et de leurs représentants les gérants est d’autant plus efficace que les droits des actionnaires lors des assemblées générales peuvent être pleinement exercés et que les organes de décision de l’entreprise jouent efficacement leur rôle.

Les principaux résultats de l’enquête sont les suivants :

  • Généralisation du vote et accroissement de la couverture internationale ;
  • Renforcement du niveau d’engagement des sociétés de gestion ;
  • Persistance de certains écarts entre résolutions soumises aux assemblées générales et politiques de vote des sociétés de gestion ;
  • Intensification du dialogue et jugement plutôt positif de la gouvernance des émetteurs.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 15 avr. 2016 - BCE - Balance des paiements trimestrielle et position extérieure de la zone euro (quatrième trimestre 2015)

Partagez
Noter cette article :

La Banque centrale européenne a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs à la balance des paiements trimestrielle et position extérieure de la zone euro pour le quatrième trimestre 2015.

Le compte des transactions courantes de la zone euro a affiché un excédent de 329,5 milliards d’euros (3,2 % du PIB de la zone) en 2015.

À fin 2015, la position extérieure de la zone euro enregistrait des engagements nets de 400 milliards d’euros, soit 4 % environ du PIB de la zone.

Le présent communiqué de presse intègre pour la première fois un rapprochement complet des variations de la position extérieure globale décomposées en transactions, réévaluations (variations des prix et des taux de change) et autres variations en volume. 

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 15 avr. 2016 - BdF - Conjoncture Industrie, Services et Bâtiment : Mars 2016

Partagez
Noter cette article :

La Banque de France a publié un communiqué de presse dans lequel elle détaille les chiffres relatifs à la conjoncture à l'Industrie, aux Services et au Bâtiment pour le mois de mars 2016.

Industrie :progression de la production et des livraisons, intensification des commandes, accroissement de la production prévue en avril.

Services :poursuite de la hausse de l’activité, prévisions d’augmentation moins soutenue de l’activité en avril.

Bâtiment :stabilité de l’activité, progression prévue en avril.

Prévision de PIB 1er trimestre 2016 :+0,4 % (troisième estimation, révisée à la hausse de 0,1 point).

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 15 avr. 2016 - AMF - L’AMF a prononcé le retrait d’agrément de la société de gestion de portefeuille Arkeon Gestion

Partagez
Noter cette article :

Tenant compte de la situation de la société de gestion de portefeuille Arkeon Gestion, le Collège de l’Autorité des marchés financiers a décidé du retrait de son agrément. Celui-ci sera effectif le 15 juin 2016.

Lors de sa séance du 15 mars 2016, le Collège de l’AMF a pris acte du jugement d’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire concernant la société de gestion de portefeuille Arkeon Gestion prononcé le 1er mars 2016 par le tribunal de commerce de Paris. Le mandataire judiciaire chargé de la liquidation de la société par le tribunal de commerce de Paris est Maître Valérie Leloup-Thomas.

En application de l’article L. 532-10 du code monétaire et financier, le Collège de l’AMF a donc décidé de prononcer le retrait de l’agrément de la société Arkeon Gestion en qualité de société de gestion de portefeuille. Le retrait d’agrément prendra effet le 15 juin 2016.

Jusqu’à cette date, la société est placée sous le contrôle de Madame Claude Dupuy, désignée en qualité de mandataire par l’AMF, afin de s’assurer que la société n’effectue pendant cette période que des opérations strictement nécessaires à la préservation des intérêts des clients et des porteurs des fonds qu’elle gère.

Télécharger le document

Lien de secours

Ven. 15 avr. 2016 - Ministère des Finances - Les défaillances d'entreprises en baisse sur l'année 2015

Partagez
Noter cette article :

Bonne nouvelle pour l'économie française. Le nombre de défaillances d'entreprise a reculé en 2015 (-2,1 % par rapport à 2014), d'après une récente publication des économistes de Coface. Ce groupe connait bien la question, puisqu'il propose des assurance-crédits aux entreprises contre le risque de défaillance financière de leurs clients. C'est la deuxième année consécutive que ce chiffre est à la baisse.

Mieux encore, « le taux de défaillances, qui rapporte les défaillances au stock d'entreprises, revient donc à son niveau de 2008 », soit avant la crise, d'après l'étude. 1 entreprise sur 77 a été concernée l'an dernier et « près de 21 000 emplois ont été épargnés ».

Les plus grosses baisses en Bretagne et dans l'électronique

Seuls deux secteurs sur les onze observés (services aux particuliers, textile) et trois régions sur treize (Ile-de-France, Centre, Pays-de-la-Loire) voient leurs défaillances progresser. A l'inverse, la Bretagne (-11,6 %) côté région et l'électronique (-11 %) côté secteur s'en tirent le mieux. Pour Coface, les entreprises ont été soutenues notamment par « la baisse des prix du pétrole, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) ou l'affaiblissement du coût du crédit ».

Encore un recul prévu en 2016

Ces données rejoignent celles d'autres études récentes. Le rapport « Petites et moyennes entreprises » (PME) 2015 de l'Observatoire des PME soulignait également un recul des défaillances pour les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI). Autre raison de se réjouir : Coface prévoit une embellie encore plus importante en 2016, avec « une troisième année consécutive de baisse des défaillances d'entreprises (...), de 3,5 % par rapport à 2015 ».

Télécharger le document

Zone :

Categorie :

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

Tous les champs sont obligatoires.

Operation in progress

Une erreur est survenur lors de l'envoi du message

Votre message a bien été envoyé

MemoFin Feedback vous permet de nous signaler les problèmes que vous rencontrez, de suggérer de nouvelles fonctionnalités ou de nous envoyer des commentaires d'ordre plus général.

 

Saisissez votre message ci-dessous :